Liste de la honte : un J’accuse sans panache ?

Liste de la honte : un J’accuse sans panache ?

Les cantonales ne passionnent pas, les cantonales ennuient ; la France s’est engourdie. Qui peut nous parler des prérogatives qui incombent à un élu cantonal? Qui sait ce qu’est un canton, pourquoi ils existent et surtout, pourquoi ils vont « disparaître » ? Une élection qui prend le goût d’une tournée d’adieu, me direz-vous ? N’enterrons pas si vite Marianne : Johnny lui, après 181 tournées et combien d’adieux, est toujours là ! La politique est faite de fracas, d’éclats et aujourd’hui un pavé dans la mare vient d’être lancé ; une “goutte d’eau dans un orage immobile” aurait ironisé Sagan. Si dans les salons feutrés de Solférino, on prépare les cartons, la Place du Colonel Fabien (Siège du PCF) dressée front contre front s’active et se remue ; la guerre est déclarée.

Le Parti Communiste Français a publié une « Liste de la Honte » une liste dans laquelle est présentée, ce qu’il considère comme les hontes de la République. La honte de la haine, la honte de l’extrême, la honte d’une France qui ne dit pas son nom mais qui s’affirme de « souche ». En clair, la liste des candidats FN dont la République a ou devrait avoir honte. La démocratie est mise à nue, et violée par le premier de ses représentants, c’est à dire le candidat. Ce dernier, lorsqu’il devient élu, devient l’incarnation de la démocratie, de la République et de la France ; tout homme est éligible, responsable et révocable. Le candidat, du fait qu’il prétend à devenir élu, reçoit les mêmes obligations morales qui incombent à l’élu ; probité, justesse et droiture. Bien sûr ce ne sont que des mots, que des idéaux, mais lorsqu’on perd le sens des mots et des idéaux, on perd le sens de l’Homme. La parole publique est de facto le centre de toute la réflexion politique et idéologique de notre champ intellectuel.

Le Parti Communiste Français a voulu montrer que le Front National « n’est pas un parti politique comme les autres » ; mais ne fait-il pas ici, un « J’accuse » sans panache ? La démocratie accepte la présence de listes Frontistes ; la démocratie reconnaît l’élection de candidats Frontistes. De fait, qui d’autre que le peuple de France peut donner le label « certifié démocratique » ?
Nier la présence du Front National ne serait il pas nier le pluralisme politique ? Vouloir s’attaquer viscéralement à ses « origines » en mettant un mouchoir blanc sur eux, ne revient il pas à jouer le jeu du « système » que ce parti dénonce tant ? La démocratie est en danger dès lors qu’elle ne vit plus en nous ; ce sont les idées, les idéaux qu’il faut, non pas attaquer, mais exprimer. Le rejet systématique attise la haine, cloisonne un système en péril et met à bas ce qu’est la vocation même du politique : répondre aux biens communs. La condamnation des propos relevés dans le dossier du Parti Communiste Français, ne relève que de la pleine et haute autorité de la justice.

Quel message est ici diffusé ? “Ne votez pas pour eux, ce sont des méchants ?” Peut on aimer la politique après cela ? Peut croire aux idéaux après cela ? Je ne pose que des questions car je n’ai pas de réponse ; j’aurais aimé la plume d’un Zola pour répondre aux facéties mais je ne sais que trop bien, au fond, qu’au temps de Zola, aucun homme politique ne se serait exprimé comme cela. La technologie a révolutionné la politique, le politique. Un tweet hasardeux et c’est une carrière politique qui est ruinée ; on assiste à une vulgarisation du fait politique. L’hyper communication a rompu le lien sacré de la parole de l’élu et de l’attention des électeurs. Après la colère, l’amertume puis la déception ; cette cantonale a un gout étrange, celui d’une nationalisation du débat. Désormais on ne vote presque plus « pour » mais presque toujours « contre » ; je vote contre le gouvernement, je vote contre cet homme politique, je vote contre les méchants, je vote contre les utopistes. Lorsqu’on prend conscience de cela, je ne peux vous demander qu’une seule chose ; lisez les professions de foi de vos candidats. Enfermez-vous dans une bulle, cachez les logos des partis, concentrez vous sur le message délivré puis votez en âme et conscience.

La Fameuse liste :