L’exposition Corpus ou l’art “habité”

L’exposition Corpus ou l’art “habité”

Dans l’exposition Corpus du Jeu de Paume, les coups de pinceau s’invitent sur des photographies en noir et blanc, le fil de l’écriture devient apparent et l’on découvre, au détour d’un enregistrement, une symphonie qui devient corporelle. Artiste méconnue en France, Helena Almeida est une des figures les plus importantes de la scène contemporaine portugaise. À travers ses photomontages et ses performances, elle questionne l’art et ses limites.

Participant à la remise en question de l’art classique et à la redéfinition de la peinture, qui sort de la toile ou devient une toile « habitée », Helena Almeida tente de dépasser les limites de l’art pictural. Jouant avec la forme et la couleur, elle interroge la notion de cadre et de toile : les supports traditionnels sont détruits ou s’autodétruisent afin de laisser émerger l’imagination et ainsi une nouvelle forme d’art – plus abstrait.

À la frontière entre l’extériorité et l’intériorité, l’ensemble de son œuvre se concentre sur le corps, sur son corps, qu’elle photographie, modifie, peint et dépeint. En entrelaçant les différents médiums et techniques de production, elle interroge le geste artistique, cette main qui transforme le rien en art, cette main qui peint, qui travaille la matière, qui prend des photographies. Habituellement invisible, le mutisme du corps artistique est ici rendu palpable. À travers cette exposition, Corpus, qui rassemble des œuvres des années 1960 à nos jours, Almeida tente de rappeler au spectateur que l’artiste est toujours présent dans son œuvre.

L’œuvre d’Helena Almeida est présentée comme « habitée » par l’artiste elle-même. L’art est donc le lieu du corps, lieu où le corps s’exprime et où il est célébré : dans ses photographies, Almeida met en scène le corps tel qu’elle le perçoit. Ce corps, c’est le sien, celui d’une femme qui vit, séduit, meurt. Dans les années 70, c’est le bleu qui transperce ses autoportraits tandis que, dans ses dernières œuvres, le noir s’insère progressivement, comme une traînée de cendre.

Informations complémentaires

• Adresse : 1 place de la Concorde, 75008 Paris
• Jusqu’au 22 mai 2016
• 10 euros pour le tarif normal & 7,50 euros pour le tarif réduit – gratuit le dernier mardi du mois pour les moins de 25 ans.
Site du Jeu de Paume

Hits: 105