Quand le rap emmerde le Front national

Quand le rap emmerde le Front national

Résolument contestataire, incisif et provoquant, le rap a produit de nombreuses diatribes anti FN. Du Marine de Diam’s à Une saison blanche et sèche d’Ärsenik, les plumes se sont mobilisées et ont condamné tour à tour un vote dangereux et fatal pour le bien vivre-ensemble.

Le peuple uni contre la haine avec Keny Arkana

En réaction au détournement de ses clips en rap antisarkozyste par un militant frontiste, la rappeuse marseillaise et altermondialiste revendique son opposition au parti d’extrême-droite avec Le Front de la haine. Internationaliste et révolutionnaire dans l’âme, elle fustige la politique institutionnelle et s’émancipe des divers partis politiques pour mener son combat contre l’intolérance.
« J’te crache mon rap internationaliste fait pour brûler vos drapeaux / Tu veux ma rage hein ? Pour que ta moyenne monte / Ton bleu blanc rouge m’écœure moi j’suis une citoyenne du monde »

Le racisme et la haine : une bassesse made in FN

Dans ce rap aux pensées suicidaires, Oxmo et Lino visent le « point final » qui achèverait les causes de leur infortune. Une infortune due à l’avidité du gain de certains individus mais aussi au racisme et à la haine auxquels ils doivent faire face au quotidien. La punchline anti FN du son revient ainsi à Lino : « Du pur son de vermine sur la FM / C’est rare comme trouver des couilles dans le slip des élus FN »

Quand NTM donne des leçons d’histoire

Plus jamais ça ? Le slogan pacifiste et antimilitariste, apparu après la Première Guerre mondiale, a pourtant été répété tout au long d’un XXe siècle à la merci des massacres et des destructions. NTM parle d’un « retour au même schéma » avec la montée du Front national et prononce dans un enchaînement de jeux de mots sagace, un véritable hymne au devoir de mémoire et contre l’oubli.
« National est ce front, international est l’affront / Voilà pourquoi je fais front, fronçant les sourcils / Quand le borgne sénile / S’amuse à faire un score de 25% dans ma ville / Non, plus jamais ça, stoppons tout ça / Stoppons l’hémorragie, cérébrale est l’embolie / Vous avez compris / Vous avez saisi, ressaisissez-vous »

La flamme du FN enflamme Ärsenik

Avec ce rap au texte bien senti, Calbo et Lino usent de tout leur génie pour dénoncer avec rage l’idéologie du FN. Le titre, Une saison blanche et sèche, reprend celui d’un roman d’André Brink sur l’apartheid publié en 1979 et interdit à sa sortie.
« La France / Aux Français, ça a le mérite d’être franc c’est sûr / Ça s’affiche sur les murs, a du sang sur les mains et la censure sera pour moi »

IAM et le devoir de parler : 21/04

Le 21 avril 2002, le résultat du premier tour de l’élection présidentielle voit passer Jean-Marie Le Pen au second tour. IAM sort alors sa plume par devoir et fidélité à ses convictions.
« Y’a toujours pas d’inclinaison d’nos corps / Entend c’manifeste, le jour noir qui suit la demi-victoire des gros porcs »
« Faut croire que vous êtes lâches, en plus, tous autant que vous êtes / Ceux qui pensent qu’le mal s’résout par le mal peut-être / Là y’a plus d’peut-être, ils ont voté pour un facho / C’est pas un vote contestataire quand on connaît Dachaux »

Message personnel pour Marine

Diam’s livre avec Marine un pamphlet émouvant et personnel dirigé directement contre Marine Le Pen. Elle l’associe à son père pour dévoiler une dédiabolisation malhonnête.
« Marine / Tu pouvais briser la chaîne / Prendre la parole et nous rendre nos rêves / Mais Marine / T’as fait la même connerie que lui / Penser que le blanc ne se mélange pas à autrui »

Hits: 1258