Théâtre : Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée – Derrière la porte

Théâtre : Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée – Derrière la porte

[Ce texte a été rédigé par un contributeur non adhérent n’appartenant pas à la rédaction de Sorb’on. Pour plus d’informations sur le fonctionnement de Sorb’on et le statut de contributeur, rendez-vous ici]

« Si vous aviez trouvé ici trois personnes, les premières venues, là au coin de ce feu, vous parleriez à l’heure qu’il est littérature ou chemins de fer, après quoi vous iriez dîner. C’est donc parce que je me suis trouvée seule que vous vous croyez tout à coup obligé, oui, obligé, pour votre honneur, de me faire cette même cour, cette éternelle, insupportable cour, qui est une chose si inutile, si ridicule, si rebattue. Mais qu’est-ce que je vous ai donc fait ? »

De tout temps, la séduction est, et restera un art épineux. Une marquise et un comte vont s’y piquer : les paroles fusent, les mots rebondissent, les rhétoriques s’entrechoquent.
L’instant est vrai puisque spontané. Les personnages le sont tout autant, du moins, c’est ce qu’ils pensent.

Et voilà qu’ils se réveillent au lendemain de leur lune de miel. Hier encore, il lui clamait son amour, hier toujours, elle le repoussait. Ils se connaissent désormais et les artifices d’hier sonnent faux aujourd’hui. L’instant était réel pourtant, alors pourquoi cette parade amoureuse devient-elle soudainement insupportable ?

Musset questionne les masques que les codes et les normes nous amènent à fabriquer. Qu’ils façonnent les relations sociales, soit … Ont-ils cependant leur place dans un couple ?

Alberto Lombardo, metteur en scène et dramaturge, scinde sa pièce sans jamais rompre le fil conducteur. Du XIXe siècle, nous passons au XXIe et de l’écriture de Musset, nous nous laissons porter vers la sienne. Malgré une esthétique relativement déplorable, c’est une pièce vivante et intelligente menée par un couple de comédiens brillants et accessibles, notamment Julie Macqueron qui n’hésite pas à badiner avec le burlesque tout en gardant un ton juste et une élocution admirable.

Informations complémentaires

  • Auteur : Alfred de Musset et Alberto Lombardo
  • Mise en scène : Alberto Lombardo
  • Avec : Ariane Bassery, Guillaume Dollinger, Pablo Gallego, Héloïse Lacroix, Julie Macqueron
  • À La Comédie Saint-Michel
    • Les jeudis à 21h30
    • Les dimanches à 18h15

 Article rédigé par Marianne Moing