Alliance de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen, le retour médiatique de Barack Obama, grève générale au Brésil… La semaine en bref #42

Alliance de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen, le retour médiatique de Barack Obama, grève générale au Brésil… La semaine en bref #42

PRÉSIDENTIELLE : Nicolas Dupont-Aignan s’allie à Marine Le Pen

Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont officialisé une alliance politique qualifiée de « patriote et républicaine » samedi 29 avril lors d’une conférence de presse. C’est le premier candidat de l’élection présidentielle à s’allier avec Marine Le Pen. En cas de victoire le 7 mai, la candidate frontiste a promis de nommer Nicolas Dupont-Aignan Premier ministre. Quelques points ont été renégociés : l’accès à l’école gratuit  pour les étrangers arrivés légalement sur le territoire, une loi d’éthique et la sortie de l’euro repoussée. Une alliance qui a suscité de nombreuses critiques notamment par la droite qui a vu cela comme une « trahison ».

PRÉSIDENTIELLE : La classe politique appelle à voter Macron au second tour pour faire barrage au FN

Presque instantanément après les résultats du premier tour de l’élection présidentielle, plusieurs responsables politiques comme Anne Hidalgo, François Fillon, Christiane Taubira ou Nicolas Sarkozy ont appelé à voter Emmanuel Macron le 7 mai prochain pour empêcher Marine Le Pen d’accéder à l’Elysée. Lors d’une courte allocution lundi dernier, François Hollande a lui aussi appelé à soutenir le candidat d’En Marche ! quand les autres candidats préfèrent s’abstenir ou voter blanc. Jean-Luc Mélenchon fait durer le suspense pour donner des consignes de vote. Il se restreint à dire qu’il ne votera pas pour l’extrême-droite. Quelques manifestations anti-FN ont eu lieu mais peinent à avoir la même résonance qu’il y a quinze ans.

ÉTATS-UNIS : Barack Obama sort de son silence

Après une retraite médiatique qui aura duré trois mois, Barack Obama a fait sa première apparition publique le week-end dernier. Il est revenu dans l’université de Chicago où il avait été professeur de droit constitutionnel. 500 étudiants l’ont accueilli par une standing ovation. Pas une seule fois il n’a fait mention de son successeur mais, pour commencer son allocution, l’ancien président des États-Unis a sorti cette petite phrase « Il s’est passé des choses en mon absence ? ». Il a ensuite tenu une conversation avec six jeunes, étudiants à l’université et lycéens de Chicago, au cours de laquelle il a présenté son nouvel objectif, La Fondation Obama, pour soutenir et encourager l’engagement politique des jeunes de ce pays, afin de former les leaders de demain. « Notre taux de participation aux élections est l’un des plus bas de toutes les démocraties […] Les seuls à pouvoir résoudre ce problème ce sont les jeunes, la prochaine génération ».

Il devrait participer le 25 mai prochain à une conversation publique à Berlin, avec la chancelière allemande Angela Merkel sur la démocratie.

AFGHANISTAN : Le ministre américain de la Défense en visite en Afghanistan

Le général James Mattis, ministre américain de la Défense, s’est rendu en visite officielle en Afghanistan. Depuis quelques temps le pays connaît un regain de violence de la part des talibans. La semaine dernière, la base militaire de Mazar-i-Sharif a été la cible d’une attaque où 140 militaires ont perdu la vie. Ce revers infligé à l’armée a amené Abdullah Habibi, le ministre de la Défense et le général Qadam Shah Shahim, chef d’État-Major, à déposer leurs démissions. James Mattis est venu en Afghanistan faire le point sur l’état des forces en présence avec le général John Nicholson, chef du contingent américain à Kaboul et le président Ashraf Ghani. En 2014, les États-Unis avaient mis fin à leur mission de combat contre les talibans. Mais il reste toujours plus de 8 000 soldats américains stationnés en Afghanistan. Ils font partie d’un programme de formation et de soutien aux forces afghanes dans la lutte contre le terrorisme. Et depuis que Donald Trump a pris la tête de la présidence, l’idée serait de redéployer encore plus d’Américains sur le terrain.

BREXIT : Les 27 pays adoptent une stratégie pour le Royaume-Uni

Les 27 chefs d’État des pays de l’Union européenne se sont réunis samedi dernier afin d’établir unanimement une stratégie dans les négociations du Brexit. Plusieurs questions ont été soulevées : le traitement des 3 millions d’expatriés au Royaume-Uni et des Britanniques présents dans les pays membres, le montant des indemnités, les frontières avec l’Irlande du Nord et un éventuel accord commercial. L’objectif de l’UE est de se montrer ferme et unie dans les négociations, ce qu’a déploré la Première ministre britannique Theresa May qui a accusé l’UE de « s’unir contre [eux] ».

SYRIE : La Turquie freine l’avancée des forces kurdes contre Daech

L’alliance arabo-kurde se rapproche de Raqqa, fief de l’organisation État islamique. Cette alliance comprend les Forces Démocratiques Syriennes soutenues par les États-Unis, et qui est récemment entrée dans la ville de Tabqa. Ville stratégique, Tabqa est le dernier portail avant Raqqa, où Daesh avait installé une prison dans lesquelles des prisonniers occidentaux étaient détenus. Mais durant cette même semaine, les positions kurdes ont été attaquées par l’aviation turque. Une vingtaine de combattants kurdes ont perdu la vie à la suite de ces frappes aériennes. Le commandant de la milice kurde YPG,  la branche syrienne du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan en Syrie et en Irak) s’est confié à l’AFP en ces mots : « Il est impensable que nous combattions sur un front aussi important que Raqqa et qu’au même moment les avions turcs nous attaquent dans le dos ».

BRÉSIL : Une grève générale paralyse le pays

Le Brésil est paralysé par une grève générale depuis vendredi. L’appel à la grève générale a été largement suivi puisqu’on estime que près de la moitié des salariés ne sont pas allés travailler vendredi. À Rio de Janeiro, huit bus ont été incendiés, et les commerçants n’ont pas osé ouvrir leurs boutiques à São Paulo. Dans toutes les grandes villes du pays, les transports en commun sont à l’arrêt et les axes de circulation sont bouchés par des barricades, créant des embouteillages de plusieurs dizaines de kilomètres. Les Brésiliens qui descendent protester dans la rue sont quant à eux réprimés à coups de gaz lacrymogène. La population manifeste contre la politique d’austérité et les réformes du nouveau gouvernement du président Michel Temer, successeur de Dilma Rousseff, destituée en août dernier. Il a d’ores et déjà prévu de faire passer le départ à la retraite de 60 à 65 ans et n’a pas réussi à résorber les chiffres du chômage dont le pourcentage s’élève à 13,7% de la population pour la période janvier-mars 2017.

AMÉRIQUE : Donald Trump demande de renégocier le traité ALENA

Ce mercredi 26 avril, Donald Trump, Justin Trudeau et Enrique Peña Nieto ont décidé de revoir les accords de libre-échange qui lient les trois pays de l’Amérique du nord depuis 1994. Trump s’était toujours montré défavorable à cet accord et avait même menacé de faire sortir le pays lors de sa campagne électorale. Après ces négociations, Trump a finalement décidé de ne pas retirer les États-Unis du traité.  

VATICAN : Le pape François en visite officielle en Égypte

Le pape François est actuellement en visite officielle en Égypte, dix-sept ans après la venue de Jean-Paul II. C’est la deuxième fois seulement qu’un pape se rend en Égypte. Une visite courte de seulement 27 heures, en raison des menaces djihadistes. D’ailleurs le pape s’est limité à la seule ville du Caire. L’Égypte compte la plus importe communauté chrétienne d’Orient : les Coptes, qui représentent 10% de la population égyptienne, soit environ 7,5 millions d’Égyptiens. La communauté avait été la cible de deux attentats simultanés au début du mois d’avril lorsque deux kamikazes s’étaient fait sauter devant des églises le jour de la messe des Rameaux, faisant une quarantaine de morts. Mais le souverain pontife avait tenu à maintenir sa visite. Il doit également être reçu par le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi et le cheikh Ahmed Al-Tayeb, l’imam de la mosquée al-Azhar.

TCHAD : L’ex-président Hissène Habré condamné à perpétuité pour crime contre l’humanité

L’ancien président tchadien Hissène Habré a été condamné à perpétuité en appel pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et crimes de torture jeudi 27 avril. Condamné par les Chambres africaines extraordinaires – un tribunal créé par un accord entre  l’Union africaine et le Sénégal afin de découvrir les crimes internationaux commis au Tchad  de juin 1982 à décembre 1990 – cette décision a mis fin à près de trente ans de lutte contre le dictateur ayant conduit une  répression qui aurait fait 40 000 morts entre 1982 et 1990. Il purgera sa peine au Sénégal.

Article rédigé par Gaelle Kabongo et Marie Mougin