Investiture, Eurovision et limogeage du directeur du FBI…La semaine en bref #44

Investiture, Eurovision et limogeage du directeur du FBI…La semaine en bref #44

PRÉSIDENTIELLE : Journée d’investiture d’Emmanuel Macron

Dimanche 14 mai 2017, Emmanuel Macron a pris officiellement la tête de l’Etat. La cérémonie a commencé vers 10h, François Hollande attendait le président élu sur le perron de l’Elysée. Les deux hommes se sont entretenus pendant près d’une heure avant qu’Emmanuel Macron raccompagne son prédécesseur vers son véhicule. Après la remise la Légion d’honneur et la proclamation des résultats officiels par Laurent Fabius, il a prononcé un discours où il promet de tenir ses “engagements pris vis-à-vis des Français”. Le nouveau président a remonté les Champs-Elysées à bord d’un véhicule militaire. A 17 heures, il s’est rendu chez la maire de Paris, Anne Hidalgo, pour la visite traditionnelle.

LÉGISLATIVE : Manuel Valls veut rejoindre la majorité présidentielle, rejeté par En Marche ! et le PS

Invité mardi matin sur RTL radio, l’ancien Premier ministre socialiste a annoncé sa candidature aux législatives sous l’étiquette En Marche ! avant d’ajouter “le PS est mort”. Une annonce qui n’a pas suscitée d’enthousiasme dans le mouvement du président élu. Ses porte-paroles se sont empressés de démentir la nouvelle. Lors d’une conférence de presse, le secrétaire général Richard Ferrand a confirmé que Valls ne sera pas investi par En Marche! Cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans sa famille politique d’origine. Alors que le Parti Socialiste appelait à l’unité, la gauche a prévu une sanction disciplinaire à l’encontre de ce dernier.

FRANCE : Marion Maréchal-Le Pen se retire de la vie politique

Un des principaux visages du Front National, Marion Maréchal-Le Pen, a annoncé, mardi 9 mai, son retrait temporairement de la vie politique après la défaite de sa tante à l’élection présidentielle. Elle ne se représentera donc pas aux législatives. La jeune femme de 27 ans a expliqué dans une lettre les motifs de son départ pour des raisons “personnelles et politiques”. Une décision saluée par Marine Le Pen.

ETATS-UNIS : Donald Trump limoge le directeur du FBI

Donald Trump vient de destituer le directeur du FBI, James Comey. Dans une lettre rendue publique, le président des Etats-Unis annonce mettre fin « avec effet immédiat » aux fonctions du directeur. Il est notamment accusé de ne pas savoir diriger efficacement le Bureau. Une vaste enquête du ministère de la Justice met d’ailleurs en avant la mauvaise gestion de l’affaire des mails d’Hillary Clinton durant la campagne électorale. Cette dernière a d’ailleurs accusé publiquement le FBI d’avoir contribué à sa défaite aux présidentielles, en rouvrant une enquête sur cette affaire à dix jours du scrutin. Pour autant, un certain nombre d’élus démocrates voient dans cette manœuvre un moyen pour l’administration Trump d’étouffer l’affaire des emails et la possible découverte d’une collaboration avec la Russie, elle-même accusée d’avoir piraté la campagne de Clinton.

ETATS-UNIS : Washington va armer les Kurdes pour combattre la Syrie

Le président Trump a donné son accord lundi 8 mai au Pentagone d’armer leurs alliés kurdes de Syrie dans la lutte contre l’organisation Etat islamique à Raqa. Les Etats-Unis comptent fournir aux milices kurdes syriennes des « armes légères, munitions, mitrailleuses, véhicules blindés, ou équipement du génie ». Une décision qui a causé une tension dans la relation entre les Etats-Unis et la Turquie. Le président  turc Erdogan a demandé à l’administration Trump de revenir sur sa décision.

TERRORISME : Al-Qaïda appelle à mener des actions individuelles en Occident

Dimanche dernier, Al-Qaïda a publié une vidéo incitant directement à des actes terroristes en Occident. Dans cette vidéo du 7 mai, l’émir Kassim-Al-Raymir s’est adressé à ses frères musulmans « vivant dans les pays de la mécréance » et les appelait directement à mener des « actions individuelles isolées ». Depuis l’éruption de l’Organisation État Islamique, Al-Qaïda était passée dans l’ombre mais depuis quelques temps l’organisation terroriste prouve qu’elle ne s’est pas délitée, en multipliant les appels au passage à l’acte. Et pour ce faire elle reprend notamment les techniques de Daesh, qui lui ont permis de prendre de l’ampleur et de dépasser Al-Qaïda sur la liste des organisations terroristes les plus recherchées : inciter les intégristes à frapper là où ils se trouvent, renforcer le djihadisme individuel et territorial pour contrer les difficultés qu’ont les « fidèles » à rejoindre les rangs des organisations terroristes au Moyen-Orient.

UKRAINE : Regain des tensions russo-ukrainiennes pour l’Eurovision

Alors que l’Ukraine accueille l’Eurovision cette année, le concours de chant européen devient un nouveau théâtre de l’affrontement Ukraine-Russie. L’année dernière, c’est la candidate ukrainienne, Jamala qui avait remporté la compétition, avec une chanson très politique contrariant la Russie. Cette année le fait que la finale du cours se tienne en Ukraine fait ressurgir les tensions géopolitiques entre les deux pays. L’Ukraine a tout d’abord interdit la venue de la candidate russe, Ioulia Samoïlova. On lui reproche le concert qu’elle a donné en Crimée, territoire anciennement ukrainien, annexé par Moscou. Et en conséquence le Kremlin a décidé de boycotter l’événement. Aucun média russe ne retransmettra la compétition cette année.

CORÉE DU NORD : Pyongyang accuse les Etats-Unis de vouloir assassiner Kim Jong-Un

La Corée du Nord accuse directement les Etats-Unis de comploter, avec la Corée du Sud, un assassinat contre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un. L’information est sortie par le biais d’un communiqué de presse du ministère de la Sécurité de l’État, parlant d’un « complot vicieux », de mèche avec les services de renseignement sud-coréens et à base de « substances biochomiques ». Par ailleurs, les Etats-Unis viennent de mettre en place une unité spéciale de la CIA dirigée contre la Corée du Nord. Mike Pompeo, directeur de la CIA, a annoncé la création d’un Centre d’opération en Corée du Sud, afin de mieux coordonner et diriger les efforts de la Central Intelligence Agency contre les menaces de la Corée du Nord.

ISRAËL : Le gouvernement ferma la radio-télévision publique

Mardi la radio-télévision publique israélienne a été brusquement interrompue par le gouvernement. C’est lors du journal de 20h que la chaîne de télévision Channel 1 et la station de radio Kol Israël ont annoncé en direct que leurs services s’arrêteraient le lendemain matin. À l’origine c’est la réforme de l’audiovisuel public de Benyamin Netanyahou. Cette dernière a été entreprise depuis plusieurs années, mais l’arrêt des programmes ne devait pas être effectif avant ce dimanche 14 mai. Les choses ont été brusquement précipitées, via un communiqué-éclair paru le soir même, créant une onde de choc chez les journalistes, techniciens… et auprès du grand public. Le gouvernement compte créer à la place un nouveau service public avec moins d’émissions d’actualité et d’information, et des représentants du gouvernement dans les équipes.

SOMALIE : Signature d’un pacte international de sécurité

Lors d’une conférence internationale à Londres, le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed appelé Farmajo, accompagné de plusieurs délégations internationales ont signé un pacte de sécurité, jeudi 11 mai, afin de stabiliser la Somalie. Un plan d’aide financier pour lutter contre la sécheresse et la famine, lutter contre le terrorisme qui sévit dans la région.