Les Semaines en Bref : 10 – 23 juillet

Les Semaines en Bref : 10 – 23 juillet

INTERNATIONAL

 

1. Mossoul libérée et Abou Bakr al-Baghdadi décédé

L’Organisation État Islamique perd toujours plus de terrain. L’armée irakienne, les combattants kurdes, et les FDS Forces Démocratiques Syriennes, soutenues par Washington sont entrées à Mossoul, grâce à deux brèches dans le mur de Rafiqah qui entoure toute la vieille ville. Le Premier Ministre irakien Haider al-Abadi a proclamé dimanche 9 juillet la victoire d’une Mossoul libérée, mettant un terme à l’offensive anti-djihadiste commencée le 17 octobre dernier. Mossoul était la dernière grande ville contrôlée par Daesh en Irak, mais c’est également une ville-symbole pour l’organisation terroriste. C’est ici qu’en juillet 2014, Abou Bakr al-Baghdadi avait auto-proclamé le califat de l’État Islamique. Ce dernier serait mort selon l’OSDH Observatoire Syrien des Droits de l’Homme. L’ONG affirme détenir ces informations de la part de hauts responsables de l’Organisation État Islamique, mais pour l’instant l’OEI n’a fait aucune annonce sur ses canaux de communication.

Ce qu’en dit Le temps

Ce qu’en dit Libération

Ce qu’en dit L’orient le Jour

 

2. Le fils de Trump révèle l’implication de la Russie dans la défaite de Clinton

Le fils aîné de Donald Trump, Donald Trump Junior a révélé de lui-même sur Twitter des extraits de mails qui incriminent la Russie d’avoir cherché à faire perdre Hillary Clinton lors de l’élection présidentielle. Les extraits de mails prouvent effectivement que le gouvernement de Russie a proposé son aide au candidat républicain de l’époque, pour nuire sa rivale démocrate. Dans les échanges de mails, on lit l’équipe de campagne de Donald Trump accepter une entrevue avec l’avocate russe Natalia Veselnitskaya, en juin 2016, soit en pleine campagne présidentielle. Donald Trump Junior soutient que l’avocate russe n’avait aucun lien avec le Kremlin, pourtant parmi les extraits de mails il est inscrit : « Le procureur de la Couronne de Russie […] propose de donner à la campagne de Trump des documents officiels et des informations qui incrimineraient Hillary et ses transactions avec la Russie, et seraient très utiles pour votre père. C’est évidemment des infos de haut niveau, très sensibles mais elles font partie de l’effort de soutien du gouvernement russe à M. Trump. » Ce à quoi le fils Trump a répondu : « J’adore ça, surtout pour plus tard dans l’été. »

Ce qu’en dit Libération

Ce qu’en dit Le Monde

 

3. DIPLOMATIE : les Etats-Unis et le Qatar signent un accord pour lutter contre le financement du terrorisme.

En visite à Doha, le secrétaire d’Etat américain et le ministre des Affaires Étrangères qatari ont signé, le 11 juillet, un accord bilatéral pour lutter contre le terrorisme. Le Qatar doit “s’attaquer activement aux problèmes de financement du terrorisme”. Accusé de financer le terrorisme, le pays s’est vu isolé par ses voisins le mois dernier. Pour les dirigeants des autres pays frontaliers, cet accord passé avec les Etats-Unis est “insuffisant” et peu “fiable” pour lever le blocus contre le Qatar.

Ce qu’en dit Le Temps

Ce qu’en dit La Tribune

Ce qu’en dit Le Point

 

4. CHINE : Décès de l’opposant et Prix Nobel de la Paix : Liu Xiaobo

Le dissident chinois Liu Xiaobo est mort le 13 juillet d’un cancer du foie en phase terminale à l’âge de 61 ans. Essayiste, ce dernier a lutté toute sa vie pour la démocratie dans le pays le plus peuplé du monde. Né en 1955 dans une époque maoïste, il poursuit des études de littérature et devient professeur de philosophie. Il a participé à de nombreuses protestations contre le pouvoir en place. En 2008, il publie une pétition “la Charte 08” pour faire respecter les libertés de presse, de manifestation et de parole. L’année suivante, il est condamné à onze ans de prison. En 2010, Xiaobo s’est vu décerné le prix Nobel de la Paix ce qui a créé une tension diplomatique entre la Norvège et la Chine, qui s’est opposée à cette nomination. Liu Xiaobo est le second lauréat à s’éteindre privé de liberté.

Ce qu’en dit La Croix

Ce qu’en dit le Huffington Post

Ce qu’en dit Libération

 

5. SYRIE : Emmanuel Macron envisage de négocier avec Bachar al-Assad

Dans une déclaration du 13 juillet dernier, le président français a affirmé qu’il ne faisait plus du départ ou de la destitution de Bachar al-Assad une condition sine qua non à la résolution du conflit en Syrie. « Nous avons en effet changé la doctrine française à l’égard de la Syrie pour pouvoir avoir des résultats. » Selon lui, les objectifs principaux sont l’éradication des terroristes et la construction d’une solution politique dans la durée et inclusive. Avant d’ajouter : « Dans ce contexte-là, je ne fais pas du départ et de la destitution de Bachar al-Assad une condition préalable à l’intervention de la France. »

Ce qu’en dit le Huffington Post

Ce qu’en dit RFI

 

6. TURQUIE : Commémoration du putsch de 2016 et nouvelle purge

Vendredi 14 juillet, à la veille de la commémoration du putsch raté du 15 juillet 2016, la Turquie a lancé une nouvelle purge. Cette fois-ci 7 563 personnes ont été limogées : des policiers, des soldats et des membres de ministères. Depuis un an, 50 000 personnes ont été arrêtées et plus de 100 000 ont été limogées, accusées d’avoir participé ou collaboré à la tentative de coup d’État. Il y a un an, le 15 juillet 2016, des soldats putschiste et des soldats loyalistes, et quelques civils, se sont affrontés, faisant 290 morts. Et depuis la Turquie a plongé dans une dérive autoritaire. Les universitaires, les professeurs, les intellectuels et les journalistes sont les plus visés par les purges, mais également des fonctionnaires, des magistrats et des membres de l’armée. Malgré tout Recep Tayyip Erdogan a su surfer sur la crainte du terrorisme pour obtenir un renforcement de ses pouvoirs présidentiels par référendum en avril dernier.

Ce qu’en dit Libération

Ce qu’en dit Arte TV

 

7. ETATS-UNIS : le Congrès refuse la suppression de l’Obamacare

Un nouvel échec cuisant pour Donald Trump, le Congrès a décidé, mardi 18 juillet, de ne pas abroger le système d’assurance santé mis en place par son prédécesseur. Alors qu’il avait annoncé en début de semaine un accord entre les Républicains et les conservateurs sur l’abrogation de l’Obamacare, plusieurs sénateurs ont fait défection. Le président américain a exprimé sa déception sur Twitter en laissant “Obamacare échouer”.

Ce qu’en dit Ouest France

Ce qu’en dit Radio Canada

Ce qu’en dit Challenges

 

8. POLOGNE : l’État réduit l’indépendance de la justice

Une réforme très controversée enflamme l’opinion publique en Pologne. Le 20 juillet dernier, le gouvernement polonais a fait passer une réforme de la Cour suprême, qui augmente le pouvoir du président et de son gouvernement sur les nominations et le fonctionnement de la justice. Tout d’abord, tous les juges de la Cour suprême vont être révoqués, à l’exception de ceux qui avaient été désignés par le président. Une nouvelle chambre va également être créée, avec pour but de surveiller les juges, les procureurs, les avocats… de toutes les cours de justice polonaises, mais dont les membres seront désignés par le Parlement, soit par le parti au pouvoir qui en détient la majorité : le parti conservateur PiS (Droit et Justice). Des dizaines de milliers de polonais sont descendus dans la rue pour protester, sans succès. L’Union Européenne a également décidé de s’élever contre cette mainmise du pouvoir sur le système judiciaire. En effet cette dernière menace d’activer l’article 7, qui sanctionnerait la Pologne en lui retirant tout droit de vote lors des conseils et réunions de l’Union Européenne.

Ce qu’en dit La Croix

Ce qu’en dit RFI

 

9. ISRAËL / PALESTINE : Rupture des contacts officiels entre les autorités

L’Autorité palestinienne a annoncé, vendredi 21 juillet, rompre tout contact officiel avec l’autorité israélienne pour protester contre les mesures de sécurités sur l’Esplanade des Mosquées. Suite à la mort de deux policiers israéliens le 14 juillet, des mesures de sécurité ont été mise en place dans la vieille ville de Jérusalem : des portiques de détection de métaux, l’accès de la ville interdite aux moins de 50 ans.

Ce qu’en dit L’Orient le Jour

Ce qu’en dit le Times of Israel

Ce qu’en dit RFI

 

NATIONAL

 

1. Édouard Philippe annonce une baisse des impôts

Le Premier Ministre Édouard Philippe a annoncé une baisse d’impôts pour l’horizon 2018. La pression fiscale serait notamment allégée de 11 milliards d’euros. Pour ce faire, il compte alléger progressivement l’impôt sur les sociétés, dans le but de « provoquer un effet de souffle fiscal en faveur de l’investissement, de l’emploi et de la croissance » dans les entreprises. Il envisage également de réformer la taxe d’habitation et l’impôt sur la fortune (ISF), ce dernier serait remplacé par un impôt sur la fortune immobilière (IFI) « de façon à ce que le patrimoine qui n’est pas immobilier ne soit pas taxé ». Édouard Philippe envisage également de faire un effort d’économie d’une hauteur de 20 milliards d’euros sur les dépenses de la France, afin de contenir l’endettement du pays. Toutefois, pour les militants de la France insoumise, ces réformes sur la baisse des impôts ne devraient profiter qu’aux riches et aisés ménages français.

Ce qu’en dit France TV info

Ce qu’en dit Le Figaro

 

2. Fête nationale : le couple Trump assiste au défilé et les commémorations de l’attentat de Nice

Suite à l’invitation d’Emmanuel Macron, le couple présidentiel américain s’est rendu dans la capitale française pour assister au défilé du 14-Juillet afin de commémorer le centenaire de l’entrée des Etats-Unis dans le premier conflit mondial. Les deux hommes ont affiché une forme de complicité ce qui contraste de la poignée de main musclée échangée lors de la réunion de l’OTAN. Le président français a révélé au JDD avoir évoqué l’accord de Paris à son homologue américain dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Après le défilé du 14-Juillet à Paris, le gouvernement s’est rendu à Nice pour rendre hommage aux 86 victimes de l’attaque de l’année dernière. Les commémorations ont eu lieu sur la promenade des Anglais, lieu du massacre. De nombreuses personnalités ont succédé sur le pupitre pour commémorer les morts. 86 faisceaux lumineux ont orné la place en hommage au nombre de personnes tués dans cette nuit tragique.

Ce qu’en dit le JDD

Ce qu’en dit le Figaro

Ce qu’en dit l’Express

 

3. Le Sénat accepte les textes sur la moralisation de la vie publique

Le Sénat vient de voter deux textes pour moraliser la vie politique et publique, et ce avec une vaste majorité. Le premier texte qui veut interdire les emplois familiaux et moraliser l’embauche des collaborateurs de parlementaires et membres du gouvernement, a été adopté par 298 voix contre 5. Tandis que le second texte, qui vise à mettre fin à la réserve parlementaire et ainsi mettre un terme aux conflits d’intérêts, a été adopté par 300 voix contre 5. Ces deux mesures étaient l’une des conditions de l’alliance entre le gouvernement d’Emmanuel Macron et le MoDem de François Bayrou, et avaient notamment été motivées par le scandale des emplois fictifs de l’épouse et des enfants de François Fillon.

Ce qu’en dit Ouest France

Ce qu’en dit le Figaro

 

4. Le gouvernement peut légiférer par ordonnance. Le Sénat durcit le projet de réforme du code du travail

Les députés de l’Assemblée nationale ont approuvé, jeudi 13 juillet,  à 270 voix ( 50 contre) le projet de loi qui autorise le gouvernement à légiférer par ordonnance le code du travail. Le texte va être examiné par le Sénat début août.

Une semaine après les députés, la commission des Affaires sociales du Sénat, a adopté mercredi 19 juillet, le même texte de loi en ajoutant cependant 31 mesures susceptible d’indigner les syndicats. Ces amendements donnent plus de flexibilités aux entreprises notamment en réduisant de moitié les délais de contestation d’un licenciement économique.

Ce qu’en dit le Parisien

Ce qu’en dit la Dépêche

Ce qu’en dit l’Opinion

 

5. Benjamin Netanyahou est venu commémorer la Rafle du Vél d’Hiv à Paris

Ce dimanche 16 juillet, Benjamin Netanyahou était à Paris pour la commémoration des 75 ans de la Rafle du Vél d’Hiv. C’était la toute première fois qu’un chef d’État israélien assistait à la cérémonie de l’un des plus douloureux épisodes de l’Histoire juive et française. En 1942, les 16 et 17 juillet, plus de 13 000 juifs, ont été arrêtés en région parisienne et placés au Vélodrome d’Hiver avant d’être déportés. Pendant quatre jours, 13 152 juifs, dont 3 000 enfants en bas âge, ont été retenus dans des conditions inhumaines, dans les gradins du Vélodrome, avant d’être envoyés dans des camps, dont la grande majorité ne reviendront pas…

Ce qu’en dit la Tribune de Genève

Ce qu’en dit RFI

 

6. Démission du chef d’État-major, le général de Villiers

Le chef d’Etat major des armées, le général Pierre de Villiers, a annoncé sa démission mercredi 19 juillet. Cela intervient après une semaine de tension entre ce dernier et le président de la République Emmanuel Macron. A l’annonce d’une baisse de 850 millions d’euros dans le budget de l’armée, le chef d’État major avait exprimé son mécontentement vis-à-vis des choix de Bercy. Vu comme un affront par le président de la République, ce dernier a tenu à affirmer son autorité en recadrant publiquement son chef d’État major. Des mots qui ont suscité des critiques vives des députés dont certains ont appelé à soutenir le chef d’Etat major. La polémique n’en finit pas car le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a qualifié la communication du général de Villiers “déloyale” et “d’avoir mis en scène sa démission”. Le général de Villiers a été remplacé par François Lecointre.

Ce qu’en disent les Inrocks

Ce qu’en dit Le Figaro

Ce qu’en dit Libération

 

7. Le projet de loi antiterroriste remplace l’état d’urgence

Les sénateurs ont adopté, dans la soirée du mardi 18 juillet, le projet de loi très controversé de lutte contre le terrorisme. Plusieurs mesures sont prévus comme l’assouplissement des “mesures individuelles de contrôle administratif et de surveillance”. L’individu assigné à résidence ne peut quitter le périmètre de la commune. Les préfets peuvent décider de la fermeture d’un lieu de culte pour six ans maximum s’il est suspecté d’abriter une activité terroriste ou une incitation à la violence terroriste. Le projet de loi autorise aussi le système de suivi des données des dossiers de passagers aériens et maritimes (PNR) donc toute information personnelle sur le voyage d’un individu sera connue des services et surveillée.

Ce qu’en dit Europe 1

Ce qu’en dit le Nouvel Obs

Ce qu’en dit France TV Info