Percée de Paris-Sorbonne dans le classement mondial des universités

Percée de Paris-Sorbonne dans le classement mondial des universités

Palmarès des meilleures universités mondiales : le Times Higher Education (THE) nous présente les lauréats de l’année 2017. La France compte 31 de ses établissements dans le classement contre 26 l’an passé.

Le top 5 français du classement mondial 

Seule à mettre le pied sous les projecteurs du top 100, on retrouve l’Université de Paris Sciences et Lettres (PSL – nouveau regroupement) au 72ème rang. Derrière elle, en 115ème, l’École Polytechnique gagne une place ; en 123ème, l’Université Pierre and Marie Curie perd 2 places. On retrouve également, en 181ème, l’Université Paris-Sud (-2 places) et, en 182ème, l’École Normale Supérieure de Lyon conservant sa place passée.

On constatera également la progression spectaculaire de l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV). Celle-ci enregistre un passage depuis la fourchette 351-400ème l’an passé jusqu’au 196ème rang mondial du classement de cette année !

Percée de Paris-Sorbonne dans le classement mondial des universités Sorbonne  Percée de Paris-Sorbonne dans le classement mondial des universités Sorbonne

L’ensemble des universités françaises au sein du classement de THE, édition 2018

Times Higher Education est la référence en matière d’universités à l’international. Son classement constitue un guide orientant tant les étudiants que les enseignants, en passant par les académies, les directeurs d’universités, le monde du travail, voire même le gouvernement.

La notable progression enregistrée par Paris IV saura-t-elle se renforcer pour les éditions à venir ? Elle devrait, pour sûr, parvenir à inspirer ses cousines françaises à donner le meilleur d’elles-mêmes. Notamment certaines universités « traînant » un peu, comme Paris III – absente du classement.

THE : Quels critères de sélection ?

L’essentiel du classement est constitué de données bibliométriques, mais également de mesures de réputation, auprès des pairs et des employeurs, récoltées par sondage. The Higher Education regroupe, au total, 13 critères de sélection permettant de classifier les meilleures universités mondiales au sein de leur palmarès. Il y a des indicateurs de performance regroupés en 5 parties différentes : l’environnement d’apprentissage, le volume, le revenu et la réputation des recherches effectuées par les universités, leur influence, la renommée internationale des étudiants, du corps enseignant et des recherches et, enfin, le transfert de savoir.

Par ailleurs, sont exclues du classement les universités n’effectuant pas de licence ou « bachelor degree ». De même pour les universités dont les recherches universitaires ne donneraient pas lieu à un minimum d’une moyenne de 200 articles par an sur 5 ans.

Une domination américaine du top 10

En tête de liste, trône l’immuable Université d’Oxford. Suivie par l’Université de Cambridge qui gagne 2 places par rapport au classement précédent. Ce sont, pour la première fois, deux universités anglaises qui dominent le classement. Derrière elles, 5 universités américaines : California Institute of Technology perd une place et se retrouve à ex aequo avec Stanford University qui, elle, se maintient ; suivies de Massachussetts Institute of Technology, Harvard University et Princeton University. Au 8ème rang, on retrouve l’Imperial College London, demeurant à la même place. L’University of Chicago gagne une place et passe 9ème du classement. Unique université suisse du top 10, on retrouve, en queue, l’ETH ZürichSwiss Federal Intstitute of technology Zürich à ex aequo avec l’américaine University of Pennsylvania.

Loin derrière les universités anglo-saxonnes, Paris-Sorbonne devrait tout de même rattraper son retard pour honorer sa réputation et son rayonnement historique à l’international.