Fusillade à Las Vegas, indépendance controversée en Catalogne, manifestations anti-Poutine… Semaine en bref #60

Fusillade à Las Vegas, indépendance controversée en Catalogne, manifestations anti-Poutine… Semaine en bref #60
  • TERRORISME : Fusillade à Las Vegas

Dimanche 1er octobre au soir, une fusillade a éclaté dans la ville de Las Vegas, dans le Nevada aux Etats-Unis. Le tireur a tiré contre la foule d’un festival de musique avant de se suicider. 58 personnes y ont perdu la vie, et plus de 500 personnes ont été blessées. C’est la fusillade la plus meurtrière aux Etats-Unis de ces dernières années. Le tueur a été identifié comme Stephen Paddock, un retraité de 64 ans. Mais les forces de police américaine n’ont toujours pas trouvé d’explications claires sur ses motivations. L’Organisation État Islamique a revendiqué la fusillade mais pour pour le FBI il s’agit d’une revendication hasardeuse. Daesh tenterait de se réapproprier cette tuerie alors qu’il n’y a aucune preuve de radicalisation chez le tueur. Motivée par les témoignages de la compagne du tueur, la police s’orient plutôt vers la folie. Il était inconnu des systèmes de police et pourtant il avait réussi à se concocter une collection d’artillerie de 49 fusils et armes de poing, des explosifs et des milliers de munitions. Poussée plus loin, l’enquête est tout de même parvenue à des résultats plus concluants : repérant que le tueur avait envisagé d’autres attaques similaires à Chicago et à Boston.

Ce qu’en dit Libération
Ce qu’en dit France TV info
Ce qu’en dit Le Monde

 

  • ESPAGNE : retour sur le très sulfureux référendum catalan

Alors que dimanche dernier, la Catalogne appelait aux urnes pour voter pour ou contre son indépendance, le gouvernement espagnol s’est montré très hostile et a cherché à empêcher l’accès aux urnes par des descentes de police. Pour autant, le vote a bien fini par avoir lieu. C’est le oui à l’indépendance qui l’a emporté à la majorité. Mais dès le lendemain les médias espagnols dénigraient dans leurs titres un tel résultat : le quotidien El Pais a par exemple qualifié ce référendum d’ « illégal » et a appelé le chef de gouvernement Mariano Rajoy à trouver une alternative par le fédéralisme. El Mundo, deuxième quotidien le plus lu en Espagne a quant à lui parlé d’ « irresponsabilité » de la part de l’institution qui a organisé le référendum, a qualifié ses membres d’ « illuminés » et les a accusé de « déclencher le chaos ». Le journal s’est lui aussi rangé du côté du gouvernement de Madrid, accusant l’indépendance catalane de « coup d’État » et appelant Madrid à agir immédiatement, en utilisant l’article 155 de la Constitution pour suspendre le statut d’autonomie de la région. Au niveau européen, les pays voisins se sont inquiétés des heurts et de la violence qui se sont élevés lors du référendum, notamment avec la répression policière.

A l’heure actuelle, le gouvernement de Madrid refuse toujours de reconnaître le référendum et refuse même toute proposition de médiation avec le nouveau gouvernement catalan. La position du chef de gouvernement espagnol Mariano Rajoy a obtenu le soutien du roi Felipe VI. Tandis que de l’autre côté, le président de la Généralité catalane, Carles Puigdemont, devant administrer la région nouvellement indépendante, n’a pas l’intention de revenir sur le résultat du référendum. Pour rappel, le oui au référendum pour l’indépendance de la Catalogne a raflé 90,18 % des suffrages.

Ce qu’en dit Le Monde
Ce qu’en dit France 24
Ce qu’en dit L’Obs
Ce qu’en dit France TV info

 

  • DAESH : l’armée irakienne reprend Hawija des mains des djihadistes

La vaste opération de reconquête du territoire irakien, par la coalition arabe (l’armée irakienne et les combattants kurdes) vient de célébrer une nouvelle victoire : la reprise de la ville d’Hawija, ce jeudi. Dorénavant les djihadistes de l’organisation État Islamique ne contrôlent plus que deux villes en Irak : Rawa et al-Qaïm, proches de la frontière syrienne. Hawija est une ville d’environ 70 000 habitants. Soumis à la pénurie humanitaire pendant l’occupation islamique et malgré la libération, les civils ne sont pas totalement libérés pour autant. L’ONG Norwegian Refugee Council (NRC) a alerté que la population avait « toujours besoin d’obtenir rapidement de la nourriture, de l’eau, des abris et la sécurité ». Pour exemple, un sac de 50 kilos de sucre se vendait plus de 800 dollars. Selon l’ONU, 12 500 civils avaient réussi à fuir la ville et les combats depuis le début de l’offensive le 21 septembre dernier. Or cette victoire pose une nouvelle difficulté. Dorénavant le front de soldats irakiens va se retrouver nez à nez avec les peshmergas, les combattants kurdes. Depuis que les peshmergas ont libéré la province de Kirkouk, celle-ci est administrée par les Kurdes et disputée contre les Irakiens et le pouvoir central de Bagdad pour constituer une région autonome du Kurdistan.

Ce qu’en dit l’Express
Ce qu’en dit Le Monde
Ce qu’en dit Libération

 

  • RUSSIE : l’opposition manifeste contre Vladimir Poutine le jour de son anniversaire

Alors que Vladimir Poutine fête ses 65 ans ce samedi 7 octobre, des milliers d’opposants russes en ont profité pour descendre dans les rues et manifester leur mécontentement contre son gouvernement. Des slogans « Poutine, honte de la Russie » ont été clamés dans les rues, ainsi que des portraits d’Alexeï Navalny, le principal opposant du régime actuel russe, enfermé en prison. Les forces de police auraient d’ores et déjà arrêté près de 120 manifestants. Dans les médias les manifestations n’ont fait l’objet d’absolument aucune couverture journalistique. Le Kremlin est parvenu à maintenir les principaux organes de presse dans le silence, par pression directe ou par processus d’auto-censure indirecte. Dans cinq mois la Russie devrait vivre de prochaines élections présidentielles. Mais Vladimir Poutine a d’ores et déjà prévu de se représenter. Il est arrivé au pouvoir en fin 1999 et en est actuellement à son troisième mandat. Alexeï Navalny devrait lui aussi se présenter contre Poutine, mais jusqu’à présent le gouvernement parvient à l’empêcher d’être candidat en le maintenant en prison.

Ce qu’en dit Ouest-France
Ce qu’en dit RFI
Ce qu’en dit France 24

 

  • RUSSIE : Moscou démantèle un groupe lié à Daesh

Les services russes ont annoncé lundi 2 octobre avoir démantlé un groupe lié à l’organisation État islamique qui prévoyait plusieurs attaques terroristes sur le territoire. Les autorités russes ont saisi plusieurs armes, explosifs et grenades durant l’opération. Toujours selon les autorités, les personnes arrêtés sont originaires « des républiques russes de Caucase à majorité musulmane ».

Ce qu’en dit L’Orient-Le Jour
Ce qu’en dit Le Figaro

 

  • SYRIE : Attentat à la bombe à Damas

Une voiture piégée suivie de deux kamikazes ont explosé devant un commissariat, lundi 2 octobre, dans le quartier sud de Damas. Selon le ministère de l’Intérieur syrien, un des deux kamikazes serait une enfant de sept ans. Au moins 16 personnes ont été tuées dans l’attaque dont quatre civils, huit policiers, les autres victimes sont en cours d’identification.  

Ce qu’en dit Ouest France
Ce qu’en dit Europe 1

 

  • YÉMEN : Des migrants africains enlevés et torturés

L’Organisation Internationale pour les Migrations a affirmé cette semaine que de nombreux migrants africains qui se rendent au Yémen sont enlevés et torturés par des « gangs de criminels». Ces migrants provenant généralement d’Éthiopie ou de Somalie passent par le Yémen pour arriver par voie terreste dans les pays du Golfe persique afin de trouver un emploi stable. Les bandes organisées se chargent de les enlever et de demander des rançons aux familles tout en brûlant la peau du migrant. Le conseil des droits de l’homme de L’ONU a envoyé des enquêteurs au Yémen.

Ce qu’en dit Libération
Ce qu’en dit Le Figaro

 

  • FRANCE : Ouverture du procès d’Abdelkader Merah  

Le procès d’Abdelkader Merah, frère de Mohamed Merah a débuté ce lundi 2 octobre à Paris. Ce dernier est suspecté d’avoir aidé son frère à commettre les tueries de mars 2012 à Toulouse. Un autre homme est aussi jugé, Fettah Malki, pour complicité. Selon les enquêteurs, il aurait fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles, un pistolet-mitrailleur et les munitions. En mars 2012, Mohamed Merah avait assassiné trois militaires, un enseignant et trois enfants d’une école juive. Abdelkader Merah risque la perpétuité tandis que Fettah Malki vingt ans de prison.

Ce qu’en dit France TV info
Ce qu’en dit Le Point

 

  • DROIT DES FEMMES : Donald Trump restreint l’accès à la contraception

Pendant son mandat, Barack Obama avait permis aux femmes de se faire rembourser leurs dépenses en moyens contraceptifs par leurs employeurs, dans le cadre de la couverture santé. Ce vendredi, Donald Trump est revenu sur cette mesure de l’Obamacare. Dorénavant les entreprises ne sont donc plus obligées de prendre en charge les dépenses contraceptives dans la couverture santé de leurs employées. Son action a généré un petit buzz sur les réseaux sociaux. Conduisant des féministes, des démocrates mais aussi tout simplement des femmes, des professionnels de santé, et des associations à lancer le hashtag #HandsOffMyBC (#Touchepasàmacontraception), qui est devenu l’un des hashtag les plus populaires de ce vendredi dernier. L’organisation américaine de planning familial Planned Parenthood a par exemple tweeté que cette mesure montrait « le mépris de l’administration Trump pour la santé et la vie des femmes ». Mais il n’y a pas une de manifestation particulière dans les rues américaines. Toutefois une association : ACLU, pour la défense des droits civiques, a annoncé qu’elle allait lancer des poursuites contre l’administration Trump afin de bloquer cette mesure. Et Bernie Sanders, ancien candidat démocrate aux présidentielles américaines (battu par Hillary Clinton, pour représenter le Parti Démocrate à l’élection présidentielle), a dénoncé que ce n’était « rien de moins que du sexisme ».

Ce qu’en dit RFI
Ce qu’en dit L’Express

 

  • ECONOMIE : l’INSEE prévoit 1,8% de croissance en 2017

L’institut national des etudes économiques a publié jeudi soir ses prévisions de croissance pour cette année. Selon l’INSEE, le PIB francais s’élèverait à 1,8%, une hausse de croissance que l’on n’a pas connue depuis six ans. Les statisticiens expliquent cela par une hausse des investissements par les entreprises et les ménages « qui bénéficient toujours des baisses de taux d’intérêt ».

Ce qu’en dit Le Parisien
Ce qu’en dit Europe 1

 

Article rédigé par Gaëlle Kabongo et Marie Mougin