La France, candidate à l’exposition universelle de 2025

La France, candidate à l’exposition universelle de 2025

Jeudi 28 septembre 2017 la France a remis son dossier de candidature au Bureau International des Expositions (BIE) qui se situe à Paris. La France est en compétition avec le Japon, la Russie et l’Azerbaïdjan pour remporter l’exposition universelle de 2025. 

Un peu d’histoire…

C’est la célèbre capitale anglaise qui a accueilli en 1851 la première exposition universelle. Les expositions internationales ont été créées pour présenter les réalisations industrielles de différentes nations. A l’origine elles servaient à présenter les savoirs technologiques et industriels des différents participants, les savoirs étaient issus des progrès faits au cours de la Révolution industrielle. Chaque pays devait construire son propre pavillon d’exposition pour abriter ses différentes réalisations. Tous les pavillons avaient une architecture typique du pays qu’ils représentaient.

Une candidature tricolore très appuyée et significative par son thème

Préfacée par Emmanuel Macron, on apprend dans le dossier de candidature que le président entend faire “de Paris et de la France, l’espace au sein duquel chaque culture, chaque innovation et chaque projet pourra dessiner et préparer l’avenir”. On y retrouve l’intérêt du président pour la candidature de Paris-Saclay qui ne date pas d’hier car selon l’ex chef de la communication de François Hollande, Gaspard Gantzer, “à Bercy, il [Emmanuel Macron, ndlr] était plus sensible à l’Expo qu’aux JO.”

Si le dossier tricolore est retenu pour organiser l’exposition universelle de 2025, le thème de l’exposition sera « la connaissance à partager, la planète à protéger ». Le choix du thème est symbolique car en 2025 on fêtera les 10 ans de la COP21 qui s’est déroulée à Paris.

Encore de nombreux défis à relever pour gagner la candidature

Le coût de l’exposition s’élèvera à 3,5 milliards d’euros et sera en grande partie assuré par des fonds privés. Pour pouvoir être rentable, il faut attirer au moins 40 millions de visiteurs, grâce notamment au prix des billets d’entrée qui est prévu à 35 euros. Mais l’enjeu majeur de l’évènement réside dans les transports en commun de la région parisienne : les travaux de rénovation ou de création de nouvelles lignes du Grand Paris Express sont loin d’être terminés aujourd’hui, et le système se doit être fonctionnel d’ici moins de 10 ans. Lorsque l’on voit l’état de certaines lignes, certains voyageurs peuvent rester dubitatif. Bien heureusement, les Jeux Olympiques de 2024 officieront avant l’exposition, et nous montrera les éventuelles améliorations à faire…

Quelques dates et lieux à retenir

C’est en novembre 2018 que les 193 pays membres du Bureau International des Expositions voteront pour la candidature la plus convaincante. D’après Emmanuel Macron la France est prête à inviter le monde de nouveau, 125 ans après la dernière exposition universelle parisienne qui s’est tenue en 1900 !

Si la France l’emporte, l’exposition aura lieu du 1er mai au 31 octobre 2025 sur un terrain de 110 hectares sur le Plateau de Saclay, en Essonne. Le choix du lieu de l’exposition n’est pas anodin : le plateau est un terrain agricole connu pour regrouper de grands établissements universitaires et laboratoire de recherche. Selon Expo France « le site de Saclay était celui qui présentait ainsi la meilleure adéquation avec le projet de l’Exposition universelle ».

Une nouvelle Tour Eiffel connectée

A chaque exposition son monument représentatif, Paris-Saclay 2025 prévoit la création d’un énorme globe appelé “village global” présenté au milieu du centre d’exposition. Au même titre que la Tour Eiffel a été l’œuvre marquante de la dernière exposition universelle parisienne, ce globe a pour but de représenter l’évènement.

La France, candidate à l'exposition universelle de 2025 Culture France  crédit photo : http://www.expofrance2025.com/

Il devrait être le plus grand globe jamais construit, connecté avec le monde pour que la planète puisse suivre l’exposition en temps réel, mais aussi accessible de l’intérieur. Avec ses 127 mètres de diamètre, il invitera également les visiteurs d’Ile-de-France à parcourir le monde.

Le dossier français pour l’exposition universelle sera-t-il aussi convaincant que celui des Jeux Olympiques ?