Dead Obies : le phénomène de rap québécois

Dead Obies : le phénomène de rap québécois

Dead Obies, groupe de rap québécois, commence tout juste à se faire connaître sur la scène internationale. Voici la présentation d’un groupe à la fois original et s’inscrivant dans l’actualité musicale.

Il y a quelques semaines, je n’avais encore jamais entendu parler de musique canadienne, et encore moins de rap québécois. Si l’idée intrigue ou fait sourire, c’est sans doute car nous ne sommes pas exposés à la scène musicale canadienne tant nous avons été influencé par le soft power de leurs voisins étasuniens.

Ainsi, Dead Obies est un groupe composé de six membres : Snail Kid, Yes Mccan, Jo RCA, O.G. Bear, 20Some, et VNCE à la production musicale.

Un rap original et plein d’énergie

Si leur musique a visiblement été influencée par des rappeurs plus « mainstream », elle tranche nettement avec ce qu’on a l’habitude d’écouter. Et pour cause, les Dead Obies rappent dans un mélange d’anglais, de français et de créole. Cette originalité est d’ailleurs revendiquée. Les rappeurs qualifient leur musique de « post-rap », un courant qui a pour but de s’affranchir des codes musicaux établis par le genre afin d’y apporter un souffle nouveau.

Si les Dead Obies ont d’ores et déjà conquis le public canadien, leur concert du 9 novembre dernier à Paris constituait leur première tête d’affiche en France. Leur concert au Batofar était tout du moins « explosif », comme l’annonçait un de leur titre. Les six membres du groupe ont en effet enchaîné single sur single dans un flow impeccable et sous l’égide d’un public déchaîné.

Des influences revendiquées

Il est évident que les Dead Obies ont été influencés par le rap des Etats-Unis. Des titres comme  “Where they at” ou encore  “Montréal $ud” sont des titres ayant dépassé le million de vues sur Youtube et sont sans rappeler certaines musiques de Travis Scott ou encore Asap Rocky. Cette influence apparaît non seulement dans leur musique, mais également dans leur style vestimentaire et la réalisation de leurs clips.

De plus, leur appartenance à la francophonie et leur amour du rap français ont été clairement revendiqués lorsque les Dead Obies ont repris le titre “réseaux” de Niska en guise de clôture de leur concert au Batofar.

Ainsi, Dead Obies s’inscrit dans l’actualité musicale. Cela pourrait très certainement les propulser sur les devants de la scène musicale française et marquer le début d’un succès à l’international.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

Crédit photo : Dead Obies