Charlotte Gainsbourg sort Rest, album bouleversant et impudique

Charlotte Gainsbourg sort Rest, album bouleversant et impudique

Charlotte Gainsbourg a sorti le 17 novembre en toute sobriété son nouvel album Rest, fort d’une influence familiale marquée par le talent et les nombreux succès. Rest est un opus d’une sincérité rare, un hommage à la famille iconique de Charlotte. On y retrouve pour la première fois un mélange de l’anglais et du français. Serge Gainsbourg, ne serait-ce que par son nom, fait planer son ombre sur l’album de sa fille.

L’album Rest, est sans doute l’une des meilleures réussites de la carrière de Charlotte Gainsbourg. Cet album fut enregistré à New-York et produit par SebastiAn. Il est inspiré par le côté chic du Gainsbourg, de l’électro et de la synth-pop avec la voix si fragile de Charlotte. On a le sentiment que la chanteuse tire son charisme de sa sensibilité et de sa fragilité. Émotions qui se ressentent dans sa voix et qui sont pleinement assumées dans cet album. Pour la première fois, elle sort de l’ombre de son père et y pose sa voix française.

Un album en collaboration

Charlotte Gainsbourg ajoute un côté impudique dans ses paroles, au-delà du côté intime, et tendre. Elle s’aide donc pour cette production de grands noms de la pop et du célèbre musicien électro et compositeur SebastiAn. Celui-ci a travaillé avec les Daft Punk, Kelis, M.I.A… et évolue avec le label Ed Banger Records. Cette collaboration vient contrebalancer la tristesse de l’album. Ce dernier est aussi accompagné de ses confrères Vincent Taeger (Phoenix Hoax) et Emile Sornin (Forever Pavot) ou encore Owen Pallett. On y retrouve également une collaboration avec Paul McCartney dans le single « Songbird in a cage » ; ou encore avec Guy-Manuel de Homem-Christo (un des Daft Punk) pour le single « Rest ».

Son album, et plus précisément ce single, sont une sorte de déclaration. On se sent alors entraîné dans une boucle répétitive, une mélodie envoûtante entre le français et l’anglais. Son album est alors beaucoup plus personnel, notamment grâce à la langue française. Elle le dit elle-même, dans une interview sur RTL : « L’anglais me permet une distance, pas le français ».

La chanteuse se délivre de son deuil

Si l’opus Rest nous touche tant, c’est aussi parce que le message qu’il délivre est loin d’être anodin. C’est en grande partie sous le signe du deuil que l’artiste signe son album et se délivre de ses vieux démons. En effet, elle nous chante, non sans mélancolie, les souvenirs glaçants et marquants qui sont gravés en elle suite au décès de son père et la disparition prématurée de sa sœur Kate, dont elle ne s’est jamais remise. Dans les paroles de « Kate », et « Lying with you », elle évoque ainsi dans une délicatesse profonde les adieux à sa demi-sœur (dont elle lui dédie trois titres) et à son père.

Son passé est d’ailleurs très présent dans son album. Elle y assume son héritage musical, sous des airs mélancoliques propres à ceux de sa demi-sœur Lou Doillon et de son père. De plus, Rest s’ouvre avec « Ring A Ring O’Roses » qui reprend le refrain d’une comptine qu’elle connaissait enfant. Charlotte se détache alors de la douleur de ces souvenirs et nous les retranscrit de manière très crue parfois en passant des détails sur le cadavre de son père, à ses balades au Cimetière Montparnasse dans Les Oxalis. A la fin, Charlotte rend aussi hommage à sa fille que l’on entend chanter, et qui apparaît comme une sorte de rappel à la vie.

Mais quoi qu’il en soit, Charlotte Gainsbourg semble nous retranscrire le manque de ces êtres qui lui étaient chers dans des boucles musicales qui se retrouvent dans plusieurs de ses titres.

En outre, l’album Rest s’inspire de l’anglaise Jane Birkin, la mère de Charlotte Gainsbourg, et de son père. C’est un album qui se drape d’une instrumentalisation plus moderne, presque addictive. À écouter assurément !

crédit photo : Paris Match