Johnny Hallyday : décès de la légende française

Johnny Hallyday : décès de la légende française

Johnny Hallyday est décédé à 74 ans dans la nuit du mardi 5 au mercredi 6 décembre 2017, terrassé par un cancer du poumon contre lequel il n’a cessé de se battre depuis un an. Sa femme Laetitia a fait l’annonce de cette terrible nouvelle vers 3 heures ce matin.

La sidération dans laquelle nous laisse la disparition du chanteur de tous les Français ce matin n’a d’égal que le grandiose d’une carrière étalée de son vivant sur trois générations de fans. Ainsi, l’homme aux 110 millions de disques fait irrémédiablement partie de nos vies. Quel que soit notre âge, il est une figure, une légende nationale. Laetitia Hallyday déclare cette nuit :

« J’écris ces mots sans trop y croire. »

Ami, père, idole, performeur, Johnny Hallyday chantait « Retiens la nuit ». Ce matin c’est elle qui le retient et nous l’enlève.

Un artiste qui a changé des milliers de vies

La vie est un parcours initiatique pour celui qui va devenir l’élu, l’initiateur du Rock’n’Roll français. À 17 ans, c’est une vraie star. Pendant 59 ans, il travaille d’arrache-pieds à une seule chose : être le meilleur partout. De la scène au cinéma, Johnny Hallyday correspondait à ses débuts à un idéal de renouveau. Et ce, dans son pari fou d’imposer le rock’n’roll français au début des années 60. Un mouvement constant de dépassement pour ne pas selon lui « tomber dans la banalité ». Beau comme un dieu,  Johnny Hallyday illumine des milliers de Français. Notamment dès ses débuts et l’émission « Salut les copains » en 1961 dans laquelle il se dévoile.

Porté par une volonté déjantée de booster nos vies, Johnny n’hésite pas à fendre la foule a son entrée au Parc des Princes en 1997. En effet, il est convaincu que si les gens sont là, c’est qu’ils l’aiment : alors pourquoi voudraient-ils lui faire du mal ? C’est alors un tsunami qui le porte de mains en mains jusqu’à la scène.

Pilier de la culture nationale

57 ans de carrière pour cette légende française inégalée et inégalable. Une disparition impensable pour cet artiste aux 10 victoires de la musique et 50 albums studio. Une disparition qui nous bouleverse au matin du lendemain du décès d’un autre versant de la culture française, celui de Jean d’Ormesson qui déclarait comme une promesse de survie à leurs disparitions si proches :

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. »

C’est à nous aujourd’hui de perpétuer cette mémoire.

Ce matin certains se rappelleront le bouleversement et le désespoir de Fabrice Lucchini, dans le film de 2006 Jean-Philippe. Film où Johnny incarne son propre rôle, basculé dans un monde où le chanteur n’existe pas. Notre réconfort se nourrit dans la chance que nous avons de l’avoir connu.

« Son talent et son courage ont toujours forcé l’admiration. » (Gilles Lhote, biographe et ami de Johnny Hallyday ce matin sur France Inter)

Le rock, il le réinvente, l’impose a des générations ébahies de Français. Johnny Hallyday est immortel et sa voix, chaude, d’une profondeur et d’une puissance folle ne cessera jamais de faire chavirer nos tripes, couler nos larmes et bercer nos vies.

Une hystérie dès ses débuts et à chaque apparition. Jusqu’à son concert à Londres le 17 octobre 2012 où on assistait en live à l’énergie monumentale de ce monstre de scène. Dans la liesse que le chanteur provoquait par sa présence et ses chansons de l’autre côté de la Manche, à 69 ans.

Un homme à fans

D’un scandale à sa découverte à idole nationale, Johnny Hallyday libère des milliers de jeunes gens. Il est un exemple pour les fans comme les artistes, embarqués que nous étions et resterons par cet homme grandiose. Parmi ces nombreux défis dont il rythme sa vie, celui magnifique et réussi d’allumer, entretenir, accompagner le feu de nos vies. Ce matin le choc et la déchirure de sa disparition ne peuvent s’atténuer que par la certitude qu’il ne souffre plus après des mois de combat contre un cancer qui lui dévorait les poumons et l’existence. L’album hommage que lui consacre une nouvelle génération de chanteurs cette année, « On a tous quelque chose de Johnny », continue d’ancrer Johnny Hallyday dans l’imaginaire national.

Dans l’émotion de ce départ, personne ne doute de la survie de Johnny Hallyday. Dans la fidélité qu’un public lui dévouait et à qui l’artiste le rendait de son talent exceptionnel. Ce matin, mes condoléances vont à sa famille, ses proches, et ces milliers d’âmes qui l’ont aimé et participeront à sa survie.

Que nous t’aimons Johnny.