Les Golden Globes 2018 : une mer noire, Oprah présidente et Time’s Up

Les Golden Globes 2018 : une mer noire, Oprah présidente et Time’s Up

Le 7 janvier dernier a eu lieu la 75ème cérémonie des Golden Globes. Organisée par la Hollywood Foreign Press Association, elle récompense, chaque année, les meilleurs films et œuvres de fictions télévisuelles. Trois mois seulement après l’affaire Weinstein, cette édition a été spéciale. Du code vestimentaire jusqu’aux discours, la lutte contre l’inégalité des genres a été au cœur de la cérémonie.

Harvey Weinstein ou la fin du glamour hollywoodien

Pourquoi autant de noir ?

Hier soir, une très grande majorité des personnes présentes ont arboré des tenues complètement noires. On pouvait également voir quelques pins « Time’s Up ». Pour la première fois on n’a pas demandé aux femmes « Qu’est-ce que vous portez ? », mais « Pourquoi vous le portez ? » Tout a commencé le 1er janvier 2018. Suite aux révélations de 2017, plus de 300 femmes travaillant dans l’industrie du cinéma ont décidé d’agir activement contre le harcèlement sexuel. Elles ont lancé l’initiative Time’s Up.

Dans une lettre ouverte, elles se sont adressées aux victimes, pas seulement dans l’industrie du cinéma mais dans toutes les industries, apportant leur soutien et exigeant un changement. La lettre a été publiée dans le New York Times, partagée sur les réseaux sociaux, accompagnée d’un appel aux dons. En l’espace d’une semaine, elles ont réussi à récolter plus de 16 millions de dollars. Ce fonds servira à apporter une aide légale et financière aux victimes qui n’ont pas les moyens de se défendre.

Dans cette même volonté de solidarité, les signataires de la lettre de Time’s Up ont choisi de s’habiller en noir, pour ainsi dénoncer les inégalités de genres. Démarche qui a été suivie par une grande majorité des invités. Par ailleurs, huit actrices ont choisi d’être accompagnées par des activistes, afin d’allier leurs forces et de présenter un front uni. Laura Dern était accompagnée de Monica Ramirez co-fondatrice de l’Alianza Nacional de Campesinas, une organisation qui défend particulièrement les agricultrices. C’est une lettre de Monica Ramez, adressée à plusieurs actrices, qui a démarré le mouvement Time’s Up. Michelle Williams était présente avec Tarana Burke, directrice de « Girls for Gender Equity » et fondatrice du mouvement #metoo. Emma Watson était avec Marai Larasi, directrice d’Imkaan, une association qui lutte contre les discriminations faites envers les femmes noires. Susan Sarandon était accompagnée de Rosa Clemente, journaliste politique. Meryl Streep était avec Ai-jen Poo, directrice de « The National Domestic Workers Alliance ». Shailene Woodley était accompagnée de Calina Lawrence, toutes deux ont manifesté pour la protection de la réserve indienne de Standing Rock. Amy Poehler était avec Saru Jayaraman, la présidente du ROC, Restaurant Opportunities Centers. Et Emma Stone était elle accompagnée de Billie Jean King, la championne de tennis qu’elle interprète dans Battle of the Sexes.

Oprah présidente ?

Seth Meyers était l’hôte de ces Golden Globes. Dans son monologue d’ouverture, il s’est adressé à « l’éléphant qui n’était pas pas dans la salle », a.k.a Weinstein. Il a également fait plusieurs blagues sur le sujet, mais elles n’étaient pas toutes réussies. Il finit par annoncer, en riant, la future présidence d’Oprah Winfrey. Celle-ci a d’ailleurs reçu pour l’occasion le prix Cecil B. de Mille pour l’ensemble de sa carrière. Elle est la première femme de couleur à le recevoir. Elle célèbre, dans son discours, la parole qui s’est libérée et les femmes qui ont lutté. On peut voir dans toute l’assistance des personnes se lever, émues, l’acclamant. Futur présidente ? Pas sûre, mais elle continue d’inspirer les foules.

« Speaking your truth is the most powerful tool we all have. And I’m especially proud and inspired by all the women who have felt strong enough and empowered enough to speak up and share their personal stories. » — Oprah Winfrey

Dire la vérité est le plus puissant pouvoir que nous avons. Et je suis particulièrement fière et inspirée par toutes ces femmes qui se sont senties assez fortes et courageuses pour évoquer et partager leur histoire personnelle.

« So I want all the girls watching here and now to know that a new day is on the horizon ! And when that new day finally dawns it will be because of a lot of magnificient women, many of whom are right here in this room tonight. And some pretty phenomenal men, fighting hard to make sure that they become the leaders who take us to the time when nobody ever has to say me too again. » — Oprah Winfrey

Alors je souhaite que toutes les filles qui nous regardent ici et maintenant sachent qu’un jour nouveau se profile à l’horizon ! Et quand ce jour viendra, ce sera grâce à de nombreuses femmes magnifiques, dont beaucoup sont présentes ici ce soir. Et quelques hommes assez phénoménaux, se battant pour s’assurer qu’elles deviendront les leaders qui nous amèneront vers une époque où personne n’aura plus jamais à dire ‘Me Too’.

Big Little Lies, grande gagnante

Natalie Portman présentait la catégorie mixte du meilleur réalisateur avec Ron Howard, ce soir-là. Elle interrompit d’ailleurs ce dernier, exprimant le manque de représentation de femmes dans cette catégorie  : « Voici la liste entièrement masculine des nommés pour le prix de meilleur réalisateur. »

Pour pallier à ce manque de femmes dans les positions clefs, Reese Witherspoon fonde sa propre compagnie de production en 2012. Elle souhaite soutenir des projets où les premiers rôles sont féminins. Que ce soit avec Gone Girl, Wild ou bien aujourd’hui avec Big Little Lies, elle ne rencontre que des succès. Nicole Kidman et Laura Dern remportent toutes les deux un Golden Globe. Chacune à leur tour, elles célèbrent dans leur discours leurs partenaires, le pouvoir des femmes travaillant ensemble et s’expriment sur le harcèlement et les violences sexistes, au cœur de cette série. Reese Witherspoon, au cœur du mouvement Time’s Up, s’exprime à son tour en recevant le Golden Globe de la meilleure mini-série, soutenant les victimes partout dans le monde.

« May we teach our children that speaking out, without the fear of retribution is our culture’s new North Star. » — Laura Dern

Puissions-nous apprendre à nos enfants que parler sans avoir peur de représailles est la nouvelle étoile Polaire de notre culture.

Les femmes en rouge

Un autre série rencontre le succès : The Handmaid’s Tale repart avec deux Golden Globes. Dans un futur proche, le taux de natalité connaît une baisse drastique et une secte en profite pour prendre le pouvoir. Les femmes sont classées selon leurs fonctions, et perdent tout droits. Adaptation du roman de Margaret Atwood, ce monde dystopique résonne douloureusement avec les dernières décisions du président Trump. De nombreuses femmes ont été inspirées et ont manifesté en portant les couleurs des servantes écarlates. Elisabeth Moss en recevant son prix de meilleur actrice dans une série dramatique le dédie à l’autrice. Mais aussi à toutes les femmes avant et après elle qui ont été assez courageuses pour s’exprimer contre l’intolérance et l’injustice, pour se battre pour l’égalité et la liberté dans ce monde. Elle reprend les mots de Margaret Atwood pour exprimer comme beaucoup d’autres gagnantes ce soir-là le changement à venir :

« We no longer live in the blank white spaces at the edge of print. We no longer live in the gaps between the stories. We are the stories in print and we are writing the stories ourselves. »

“Nous ne vivons plus dans les blancs espaces vides au bord de l’impression. Nous ne vivons plus dans les espaces entre les histoires. Nous sommes l’histoire imprimée et nous écrivons l’histoire nous-mêmes.”

Plus tard dans la soirée, c’est le producteur Bruce Miller qui accepte le Golden Globe pour la meilleure série dramatique. Il remercie lui aussi Margaret Atwood, « notre mère à tous », et dédie ce prix à tous les gens qui font tout leur possible pour empêcher The Handmaid’s Tale de devenir réel.

Mais où est Meryl Streep ?

Un film sur la liberté de la presse avec Meryl Streep et Tom Hanks en vedette et Spielberg derrière la caméra. Avec 6 nominations, The Post partait gagnant pour finalement partir sans prix. C’est Three Billboards Outside Ebbing, Missouri le grand gagnant : il remporte 4 prix sur ses 6 nominations. The Shape of Water et Lady bird, repartent chacun avec 2 Golden Globes. Parmi les gagnants nous avons aussi : I, Tonya, Darkest Hour, The Disaster Artist, The Greatest Showman et Coco. Seuls Darkest Hour et Coco sont sortis en France pour l’instant, de quoi vous faire un bon programme cinématographique pour l’année 2018 !

Si vous souhaiter avoir plus de renseignements sur l’initiative Time’s Up, rendez-vous sur le site.

Retrouvez la liste complète des nominé.e.s et des gagnant.e.s ici.

crédit photo : art streiber