Quel avenir pour la cryptomonnaie ? Retour sur le phénomène Bitcoin

Quel avenir pour la cryptomonnaie ? Retour sur le phénomène Bitcoin

Sorb’on revient pour vous sur les récents événements entourant l’ascension du Bitcoin au cours de ces derniers mois. Pierre Entremont, directeur d’Investissements d’Otium Venture a répondu à nos questions. 

Fin novembre 2013 elle dépassait le millier de dollars de valeurs, enregistrant alors son premier pic depuis sa création en 2009. Puis cette crypto monnaie avait connu une longue période de stagnation avant Mai 2017. Le phénomène prit une ampleur tel que chaque mois un nouveau pic était atteint, 3000 dollars de valeurs en Juin, 5000 en Septembre, 10000 en novembre et jusqu’à plus de 20000 en décembre. Cet engouement pour le Bitcoin n’a cessé de surprendre. Pour comprendre ce phénomène, Sorb’on a été accueilli par le fonds d’investissement Otium Venture et son Directeur d’Investissements, Pierre Entremont qui a accepté de répondre à plusieurs de nos questions.

  • Comment définir le Blockchain ? Et le Bitcoin ?

Une Blockchain est une base de données décentralisée dont la sécurité est garantie par ses utilisateurs. Au lieu d’avoir un élément central qui décide de tout, chaque participant au système assure sa solidité.. Ce n’est plus une légitimité étatique mais de l’utilisateur, des utilisateurs.

Bitcoin est une Blockchain dédiée exclusivement à l’échange de sa monnaie numérique propriétaire, le bitcoin. Les informations que l’on trouve dans cette base de données sont donc du type « Paul possède 1 bitcoin, Jacques possède 2 bitcoin, Paul donne 1 bitcoin à Jacques… »

  • Jusqu’où peut aller le Bitcoin ? Y a t-il un plafond de valeur ?

Non. Il y a bien un plafond au nombre des Bitcoin émis qui est de 21 millions de Bitcoin, mais les Bitcoin sont divisibles. On est pas obligé d’en acheter un, on peut même acheter 0,0000001 Bitcoin.

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’à chaque fois qu’un nouvel acheteur se manifeste il augmente la pression du côté de la demande. Comme l’offre ne peut de son côté pas augmenter, on peut rapidement se retrouver dans un phénomène d’emballement qui n’a par essence pas de plafond.

  • Que traduit cet intérêt ? Une valeur refuge ou crise de la monnaie classique ?

Les deux ne sont pas opposés. Effectivement, on peut le lire dans le contexte de création monétaire des banques centrales. Dans un contexte d’abondance de liquidité, on cherche à se mettre partout où il y a des moyens de se préserver de l’effet de l’inflation. Le Bitcoin en étant limité a 21 million est alors une valeur refuge.

  • Le Bitcoin et les Cryptomonnaies sont-ils taxables ?

Ce qui est taxable: c’est la conversion d’une cryptomonnaie type Bitcoin, en monnaie-fiat, comme l’euro ou le dollar. Tant que l’on converti une cryptomonaie dans une autre cryptomonnaie, alors, ce n’est a priori pas un événement taxable.

Ce qui se passe c’est que les gens qui ont gagné beaucoup d’argent avec les Bitcoins, peuvent au moment de se demander ce qu’ils font avec, au lieu de le convertir en euro ou en dollar qui leur ferait payer des impôts, rester en bitcoin et ne pas vendre, ce qui du coup restreint l’offre sur le marché, ou acheter d’autres types de monnaie, type éther ou autre.
Donc si l’on veut revenir au système eurodollars, on paie des impôts, c’est un argument qui peut freiner les velléités de vente.

  • Y a t-il une compatibilité entre d’autres cryptomonnaies et le bitcoin ?

Dans les protocoles non, du moins pas pour le moment. En revanche il y a plusieurs entreprises dont c’est le métier de faciliter ça. Kraken, Coinbase. Quelqu’un vient avec des bitcoins, d’autre avec des éthers et ils se mettent d’accord sur un prix d’échange.

  • Le rôle d’Otium Venture dans tout ce processus ?

C’est une technologie d’avenir, nous en sommes persuadés. Nous sommes aussi très conscients du fait que les marchés sont complètement exubérants. Néanmoins sur le long terme cela changera très probablement, et il est possible que ces technologies aient un impact profond sur le monde.

C’est cette croyance qui fait que nous investissons malgré tout… Nous avons une enveloppe de quelques millions que nous déployons en cryptomonnaie. Des cryptomonnaies de couche basse, type éther bitcoin mais aussi des tokens. Le tout avec une vision de long terme, à 3-4-5 ans. Ce qui fait que demain s’il y a un repli de marché, ça arrivera, comme tout les marchés ça monte et ça descends, on ne sera pas content pour autant, mais on pourra vivre avec car le vrai objectif est à 3-4-5.

  • Quel avenir semble se dessiner pour le marché au sens large ?

C’est évidemment impossible à dire. Je pense qu’une bonne façon de comprendre les bitcoin, c’est de le comparer à une religion.  À chaque fois qu’il y a des nouvelles personnes qui en achètent, c’est comme si la religion avait de nouveaux croyants. Contrairement aux comparaisons qu’on fait souvent avec les tulipes : une tulipe ne voit pas sa valeur changer selon son nombre de croyants, elle reste identique. Une religion, quand elle a plus de croyants, sa valeur augmente.

La valeur de la religion c’est la somme de toutes les personnes qui croient en elle, qui sont reliées et donc c’est en ça que si on devait voir où irait une bulle sur les tulipes ce serait relativement facile, ça ne peut pas trop s’éloigner d’une valeur intrinsèque d’une tulipe. Là, la valeur intrinsèque c’est la valeur de tous les gens qui y croient du coup c’est très difficile à dire, on peut aussi bien justifier un bitcoin à 100 000 dollars… qu’à 1 dollar.

  • Enfin que penser des études récentes qui établissent que l’utilisation de la cryptomonnaie est une menace pour la stabilité financière ?

La cryptomonnaie c’est avant tout un projet politique. Ce projet c’est de détruire les Etats tels qu’on les connait. Les réactions de ces derniers n’ont donc rien de très inquiétant parce que quand la Chine dit « Je veux interdire les cryptos ! », c’est bien que le projet politique de ces derniers est effectivement de détruire des Etats. C’est un signe qui montre que cela est en train de fonctionner.

À mon avis les cryptos peuvent déstabiliser le système de deux façon :

Le premier, qui est assez simple et direct, c’est qu’à partir du moment où l’on branche les cryptos avec le monde financier traditionnel, si un gros événement se produit d’un côté ça peut faire des remous de l’autre côté, comme avec les SUBPRIMES. Lorsque de nombreuses personnes investissent dessus et soudainement apprennent que leurs investissements ne valent plus rien, ça fait des vagues c’est sûr.

Il y a un deuxième niveau plus intéressant, qui est le projet politique, de remplacer de la monnaie. Or la monnaie est le bras armé de l’Etat, donc si on supprime la monnaie, on supprime un élément d’un Etat et donc on supprime, à terme, l’Etat.

 

Ces dernières semaines, la valeur du Bitcoin a cependant chuté drastiquement revenant, quelque jours avant 2018, à une valeur avoisinant les 12 000 dollars. Monsieur Entremont a précisé qu’il serait difficile aujourd’hui de conseiller quiconque souhaitant se lancer de l’échange de bitcoins. La seule certitude qu’il établit c’est qu’il ne faudrait pas investir plus que ce que l’on peut se permettre de perdre mais n’acheter de la cryptomonnaie que par rapport à son patrimoine. En moins d’un mois le cours du Bitcoin a fait preuve d’une instabilité record qui pourrait bien placer la cryptomonnaie comme un défi financier et politique majeur du XXIème siècle.

Comme l’offre ne peut de son côté pas augmenter, on peut rapidement se retrouver dans un phénomène d’emballement qui n’a par essence pas de plafond.

Crédits Infographie :  Pernelle Richard

Hits: 471