Odyssey, l’ascension du groupe d’Urban Metal

Odyssey, l’ascension du groupe d’Urban Metal

Odyssey se revendique comme étant dans le genre musical Urban Metal, style pourtant trop peu connu de nos jours. Plus proche du rock que de ce que les gens entendent par « metal », le groupe est la parfaite alternative pour les fans de ce genre et pour tout amateur potentiel.

Depuis mars dernier, il est possible d’écouter le premier titre d’Odyssey sur YouTube, mais également sur SoundCloud. Ce titre, « Bleeding » est à écouter dès maintenant :

Odyssey : un rock fédérateur qui réconcilie les puristes et les néophytes

Le jeune groupe de métal est alors composé de Celia, chanteuse ; Yannis, guitariste et compositeur ; Krauzer, bassiste et Théo, batteur. Ils sont ainsi constitués des instruments phares du rock et metal. Leurs chansons anglophones sont rythmées par des sonorités très actuelles. Ils délivrent, dans leurs chansons, une véritable énergie communicative, tout particulièrement en live.

Le metal est trop souvent jugé comme agressif, violent, anticonformiste, voire même sectaire. Odyssey nous prouve, à bien des égards, qu’il faut s’éloigner des idées préconçues du grand public quant au metal. Par delà, les caractères propres au metal (sons saturés, chant éraillé, hurlé…), les différents styles qui le composent sont nombreux. Que l’on passe du hard rock au black metal ou  au hardcore, il y a tout un monde. Le public de chacun des genres sera le premier à vous le dire. Il faut alors prendre le temps de s’acclimater à chaque style pour pouvoir l’apprécier pleinement. Odyssey nous renvoie alors une image très positive et un dynamisme qui ne peut laisser personne indifférent.

L’Urban Metal, un style musical souvent méconnu

Le groupe d’Urban Metal reste campé sur les bases du rock (de Periphery, à Devin Townsend en passant par Korn) tout en aspirant à des sonorités actuelles et dans l’air du temps. Par essence, on retrouve donc un rythme typique accompagné de guitare, basse et batterie ; un tempo assez saccadé et un son saturé. Mais pour contrebalancer cette puissance musicale, la voix claire de Célia vient apporter une touche beaucoup plus douce, accompagnée de paroles loin d’être provocatrices ou revendicatrices, contrairement à ce que l’on pourrait penser. Le « screaming » (fait d’hurler à en vomir ses tripes, au sens figuré bien sûr !) n’est alors pas de mise dans ce groupe, ce qui à de quoi en rassurer certains qui seraient encore frileux de s’aventurer dans cette branche de la musique.

Tout cela fait alors d’Odyssey un groupe qui gagne à être connu de tous. En particulier de ceux qui, de prime abord, se sont dit que le metal n’était surtout pas pour eux. Ils nous prouvent alors qu’il est possible de s’adapter aux attentes de chacun.

Il en va de même pour les paroles des chansons. Trop souvent considéré comme très provocateur, et parfois à raison, le metal n’en est pas moins poétique. Il s’inspire de thèmes très variés, en passant de l’amour à la mort, ou même la revendication politique. Dans un groupe comme Odyssey, le peu de vocabulaire « sataniste » serait plutôt utilisé comme une métaphore. Sortie en mai dernier, leur nouvelle chanson, « Ashes fly away », nous le montre. Le titre serait plutôt enclin à transmettre certaines émotions loin de toute haine.

En outre, si vous n’êtes toujours pas convaincu.e.s, et encore plus si vous l’êtes, on vous invite alors vivement à écouter ce groupe en pleine ascension. De quoi rythmer différemment vos fêtes !