La 3ème Mi-Temps #7 : L’OM atomise Metz, Giroud rejoint Chelsea, la défaite du XV de France face à l’Irlande, Les Bleus qualifiés en Coupe Davis…

La 3ème Mi-Temps #7 : L’OM atomise Metz, Giroud rejoint Chelsea, la défaite du XV de France face à l’Irlande, Les Bleus qualifiés en Coupe Davis…

La 3ème Mi-Temps est de retour ! Au menu aujourd’hui : de la ligue 1 avec les victoires larges du PSG et de Marseille, le début de la Coupe Davis en tennis, le scandale Larry Nassar, ou encore la disparition des « Grid Girls ». Sorb’on vous dit tout !

[FOOTBALL] – Ligue 1 : Monaco tient sa revanche, Marseille étrille Metz

Monaco et Lyon ne se quittent plus ! Ça fait déjà dix jours qu’ils se sont rencontrés en Coupe de France.  On s’en souvient, c’est sur la pelouse de Monaco que les Gones s’étaient imposés 3-2. C’est encore à Louis II que les deux équipes s’affrontaient, pour le compte de la 24ème journée de ligue 1.

Le club du rocher a cette fois retenu la leçon. Pourtant, Lyon avait tous les ingrédients réunis pour s’assurer une soirée tranquille, notamment après l’ouverture du score de Mariano (0-1,12ème). Quelques secondes plus tard, Subasic, le gardien croate de l’ASM, est contraint de laisser sa place, touché à la cuisse après avoir percuté son poteau. Le cauchemar continue un quart d’heure plus tard, lorsque Lyon double la mise. Monaco a les nerfs solides et revient dans la partie, grâce à Keita Baldé et Falcao. 2-2 à la pause, alors que les troupes de Jardim devront évoluer à 10 en seconde période, après l’expulsion de Baldé à la 44ème.

En infériorité numérique, on pouvait s’attendre à ce que les monégasques se contentent du match nul. Que nenni! À la 88ème minute de jeu, Lopes offre à son équipe la victoire, permettant à Monaco de reprendre la troisième place du championnat derrière Marseille. Lyon est alors quatrième.

Vendredi soir, Marseille n’a pas fait de détails face à la lanterne rouge du championnat, Metz. En effet, grâce à un triplé signé Florian Thauvin, et des buts de Mitroglou, Germain et Sanson, l’OM transperce la défense messine pour marquer 6 buts. Si la prestation offensive des Phocéens est idéale, défensivement, les Marseillais ont souffert, et encaissé 3 buts. Tous dans le dernier quart d’heure. Paris n’a pas eu à forcer non plus face à Lille. Ainsi, en s’imposant 3-0 à l’extérieur, avec des réalisations de Berchiche ; Neymar sur coup-franc, et un but inspiré du jeune Lo Celso. Par conséquent, les Parisiens comptent 11 points d’avance sur leur dauphin.

Dans les autres rencontres de cette journée, la plus mauvaise attaque de ligue 1, Caen, s’est rassuré, en battant Nantes à la maison. Après avoir été menés 1-0, les Normands n’ont pas abdiqué pour revenir dans la partie. Ils gagnent sur le score de 3-2. Deux doublés ont été inscrits dans ce match, celui de Da Silva pour Caen, et Bammou en faveur des Nantais. Les Canaris restent toutefois 5èmes. Guingamp aura pris le meilleur dans le choc breton face à Rennes, en marquant à la toute dernière minute, par l’intermédiaire de N’Gbakoto. Enfin, dans le bas de classement, ça va mieux pour Bordeaux, Saint-Etienne et Toulouse, qui engrangent les 3 points, respectivement face à Strasbourg, Amiens, et Nice.

– Coupe de la Ligue : un an après, les retrouvailles entre Paris et Monaco !

Cette semaine, avaient lieu les demi-finales de l’édition 2018 de la Coupe de la Ligue. Mardi, le PSG affrontait Rennes au Roazhon Park. Et les Parisiens, malgré leur statut de favoris, ont bien failli se faire piéger. À la mi-temps, le leader du championnat mène 1-0 sur un but de Thomas Meunier (24′). Cependant, Rennes s’était vu refuser un but de Kazhri à la 44ème. Au retour du vestiaire, c’est Paris qui à son tour inscrit un but invalidé par l’assistance vidéo. Puis, le PSG parvient à inscrire deux buts pour arriver à 3-0, Marquinhos à la 53e et Lo Celso 5 minutes plus tard. Mais, après un troisième recours à la vidéo durant ce match, Kylian Mbappé écope d’un carton rouge à la 63e et est donc exclu. Pour finir ce match haletant, Rennes parviendra à recoller à 2 buts à 3 dans les toutes dernières minutes du match. C’est Sakho (85e ) et Prcic (90+2e ) qui parviennent à redonner espoir à leur équipe. Cependant, c’est finalement bien le PSG qui par sa victoire, disputera la finale de la Coupe de la Ligue.

L’autre demi-finale opposait mercredi Monaco à Montpellier. Pas de grande surprise, c’est Monaco qui parvient à se qualifier pour la finale en s’imposant 2 à 0. Falcao inscrit en première mi-temps le doublé qui permet aux Monégasques de vaincre la 6e équipe du championnat. La finale sera donc un remake de celle de l’année passée, même si Monaco espère bien arracher le titre au quadruple tenant du titre. Rendez-vous le 31 mars pour le découvrir !

– Le mercato hivernal riche en transferts de dernière minute.

Le mercato d’hiver s’achevait le 31 janvier et on peut dire que la dernière journée aura été riche en transferts en Premier League. Aubameyang, joueur de Dortmund, a ainsi été acheté par Arsenal pour un montant de 63 millions d’euros. En effet, les Gunners ont donc trouvé le joueur capable de remplacer Alexis Sanchez parti pour Manchester United. L’avant-centre gabonais pourrait bien menacer Lacazette qui a dû assister au match de ce samedi sur le banc.

Du côté français, c’est Olivier Giroud qui a quitté Arsenal pour rejoindre un autre club londonien : Chelsea. Pour un montant de seulement 20 millions d’euros, l’international français espère bien augmenter son temps de jeu en vue de la Coupe du Monde en Russie. Mathieu Debuchy, international français quitte également Arsenal (qui l’avait prêté à Bordeaux) pour signer avec l’AS Saint-Etienne. Titulaire lors de la précédente Coupe du Monde, le joueur de 32 ans espère bien, lui aussi, décrocher son ticket pour la Russie.

Enfin, Lucas Moura, recruté par le PSG en 2013 quitte le club de la capitale pour rejoindre son ancien co-équipier Serge Aurier à Tottenham. Acheté environ 40 millions d’euros, le PSG n’a réussi à le revendre que pour 28 millions.

– Football féminin

Très peu de buts ont été marqués durant cette 14e journée de foot féminin. Le PSG, deuxième du championnat fait le job en s’imposant face à Guingamp 2 buts à 0. Le Paris FC fait match nul face à Rodez, tout comme Albi face à Lille. Marseille, 12e du championnat parvient à arracher la victoire aux Bordelaises, 5e au classement. Enfin, Fleury gagne à domicile contre Soyaux. Le gros match de cette journée se jouera lundi soir à 21h et opposera le premier du championnat au troisième, Lyon, face à Montpellier.

[RUGBY] – XV DE FRANCE – En quête du Grand Chelem

Comme chaque année, en Février, c’est le grand retour du Tournoi des VI Nations. L’occasion de se confronter aux équipes européennes. De se jauger au niveau international, de communier avec son public, de remporter le Grand Chelem.
Ce sont les Bleuets qui débutent la compétition en premier. Et les jeunes Bleus démarrent sur les chapeaux de roue : 10 à 0 après quinze minutes de jeu face aux Irlandais. Doublé de Romain N’tamack qui permet à l’équipe de France de mener 22 à 3 à la mi-temps. Au retour des vestiaires, les Bleuets n’arrivent plus à développer leur jeu, et commettent des fautes. Un carton jaune, et deux essais irlandais permettent à leurs adversaires de recoller au score. Mais c’était sans compter sur la détermination des Français qui inscriront deux nouveaux essais par l’intermédiaire de Jules Gimbert et Demba Bamba. Score final : 34-24. Une belle victoire de bon augure pour la suite du Tournoi.

Un premier loupé

En ouverture du Tournoi professionnel, l’Ecosse se déplace au Pays de Galles. Match a priori ouvert avec les nombreuses blessures galloises. Match finalement à sens unique. Le XV du Dragon n’a fait qu’une bouchée de celui du chardon. Valeureux, pourtant, dans les premières minutes, les Ecossais se sont montrés impuissants face aux Gallois qui ont déroulé. Quatre essais au total et un 100% au pied permettent aux Gallois de remporter le match sur le score de 34 à 7. Une première réussie donc pour les Gallois, pas pour les Ecossais qui recevront la semaine prochaine le XV de France.

Un nouveau XV de France, un nouveau staff, des nouveaux joueurs pour ce nouveau Tournoi. A domicile, les Bleus avaient à cœur de réaliser une belle prestation. Et par la même occasion de renouer avec la victoire. Mais ils vont vite comprendre qu’ils vont devoir courir après le score. Ouverture du score par les Irlandais : deux pénalités et six points pour le XV du Trèfle. Ce n’est qu’après trente-cinq minutes de jeu que les Tricolores débloquent leur compteur.

A la mi-temps, les Bleus sont menés 9 à 3 : peu d’occasions, duels perdus, fautes, les Bleus ne font que défendre. La tendance ne s’inversera pas en seconde période. Une pénalité de part et d’autre, et les Bleus continuent de défendre sans montrer de réelles intentions de jeu. Il faut attendre la 70e minute pour voir Teddy Thomas aplatir dans l’en-but adverse après une course de plus de 50 mètres. L’équipe de France passe devant au tableau d’affichage : 13-12. Il ne reste plus que quelques minutes aux Tricolores pour remporter le match. Mais c’est sans compter sur la détermination des hommes en vert : passes après passes, centimètres après centimètres, rucks après rucks, les Irlandais tentent le tout pour le tout.

Le temps réglementaire est terminé. Nous sommes dans les arrêts de jeu, l’équipe de France met du cœur à défendre, sans faute, jusqu’à ce drop de Jonathan Sexton de plus de 40 mètres. Les Verts exultent, les Bleus sont abattus. Nouvelle défaite – encore – du XV de France sur le score de 13 à 15. Un premier loupé pour les Tricolores qui ne peuvent plus espérer remporter le Grand Chelem. A noter le coup dur pour Matthieu Jalibert et Antoine Dupont, touchés au genou et pour qui le Tournoi s’est malheureusement terminé précocement. Ils seront remplacés par les lyonnais Lionel Beauxis et Baptiste Couilloud.

En clôture de cette première journée, l’Italie, pourtant à domicile, démarre elle aussi mal son Tournoi. De bonnes occasions qui n’inquiéteront jamais les Anglais. Trop d’approximation du côté italien pour espérer remporter le match. Essais après essais, les Anglais ont dessiné leur victoire au fil des minutes avec sept essais au total. Les Italiens inscriront tout de même deux essais, en vain. Victoire 46 à 15. Les Anglais sont bien trop forts. Ils semblent déterminés à remporter leur troisième Tournoi consécutif.

La victoire Bleue

L’équipe de France féminine avait rendez-vous à Toulouse où plus de 10 000 spectateurs sont venus les encourager. Et ils n’ont pas été déçus. Après seulement six minutes de jeu, les Tricolores scorent déjà : essai de Cyrielle Banet. Les Bleues poursuivent sur leur lancée : jeu, attaque, vitesse et essais. En dix minutes, les Bleues inscrivent deux nouveaux essais par l’intermédiaire de Jade Le Pesq et Jessy Trémoulière. A la mi-temps, les Françaises mènent 17 à 0.
En seconde période, les Irlandaises reviennent avec de bonnes intentions. Les Françaises sont solides en défense, attentives et ne concèdent aucun point. Les minutes s’écoulent, la victoire semble acquise. Jade Le Pesq inscrit un nouvel essai. Essai transformé. Et victoire des Tricolores sur le score de 24-0, bonus en poche. Les Françaises démarrent comme il se doit leur Tournoi, de quoi espérer pouvoir décrocher le Grand Chelem. Avant cela, les Bleues devront remporter leur match en Ecosse.

PRO D2 – Le Derby pour Biarritz

En Pro D2, défaite surprise du leader Montauban qui tombe à domicile face à Carcassonne sur le score de 13 à 15. Autre défaite à domicile, celle de Vannes face à Grenoble (20-21). Avec sa victoire bonifiée face à Colomiers, 40 à 13, Perpignan se rapproche dangereusement de Montauban et revient à un point seulement du leader.
Ce week-end était aussi l’occasion de voir l’effervescence et la ferveur basque autour du mythique derby. A l’aller, Biarritz s’était imposé à Bayonne. Cette fois-ci ce sont les Bayonnais qui se déplaçaient à Biarritz. Les joueurs se sont donnés corps et âme pour ce match, pas comme les autres. En tribune, les chants résonnent. Et ce sont les biarrots qui ouvrent le score. Le match est serré, le vainqueur long à se dessiner. Et c’est au terme de quatre-vingt minutes dantesques sous une pluie battante que les biarrots s’imposent à domicile sur le score de 17 à 14.

[RUSSIE] – Tensions entre la Russie et les JO de Pyeongchang

Les Jeux Olympiques de Pyeongchang se dérouleront en Corée du Sud entre le 9 et le 25 février prochain. Mais l’événement pourrait bien se passer d’un bon nombre d’athlètes russes. En effet, ce serait la décision du CIO (Comité International Olympique), que de ne pas accepter certains athlètes russes, pour cause de dopage. Au total, 43 sportifs russes avaient été suspendus à vie par le CIO, et n’auraient pas pu participer aux JO d’hiver à Pyeongchang. Mais le TAS (Tribunal arbitral du sport), a réhabilité 28 de ces 43 athlètes, en raison de charges insuffisantes. De là, selon un porte-parole du TAS : « En théorie, certains des 28 sportifs dont la suspension à vie a été levée peuvent prétendre à une participation aux JO de Pyeongchang. Leur participation devra au préalable être soumise à un panel du CIO ».

Néanmoins, face à cette situation, le Président russe Vladimir Poutine, a choisi son camp. Il se range du côté des sportifs russes, affrontant le CIO, et a affirmé ce mercredi vouloir mettre en place des contre-JO, pour les Russes n’étant pas acceptés dans la compétition. En effet, c’est le porte-parole du Kremlin qui s’exprime et rappelle la décision de Poutine « d’organiser une compétition pour nos athlètes qui n’ont pas été admis à participer aux Jeux olympiques ». Enfin, les vainqueurs de cet événement recevront selon le Président les mêmes primes que les médaillés des Jeux Olympiques traditionnels. Une situation tendue, mais qui malgré tout permettra à 169 sportifs russes, irréprochables, de faire partie de ces JO de Pyeongchang sous la dénomination « athlète olympique de Russie ».

[TENNIS] – Un week-end en demi-teinte pour le tennis français

Ce week-end avait lieu le premier tour de la Coupe Davis qui opposait la France et les Pays-Bas. Les rencontres du week-end avaient lieu à Albertville. C’est grâce à Adrian Mannarino, 25e joueur mondial, que la France parvient à s’imposer après 4h30 de jeu. En 5 sets, le Français est parvenue à battre Robin Haase qui, rappelons-le a passé environ 10h sur les courts en 3 jours. Alors qu’il avait échoué face à Thiemo de Bakker vendredi, cette victoire a été essentielle pour le joueur appelé en dernière minute. En effet, Tsonga et Pouille, qui devaient jouer la finale en simple, ont tous les deux déclarés forfait ! Rendez-vous en Italie du 6 au 8 avril pour la suite des aventures de l’Équipe de France.

Elle jouait également une finale ce dimanche, Kristina Mladenovic n’est cependant pas parvenue à s’imposer en finale du tournoi de Saint-Pétersbourg. La tenante du titre a en effet été balayée par la Tchèque Petra Kvitová, pourtant 29e joueuse mondiale. Et c’est en 2 sets expéditifs (6-1; 6-2) qu’elle est parvenue à briser les espoirs de la française.

[GYMNASTIQUE] – Scandale aux Etats-Unis

Il était le médecin de l’équipe américaine de gymnastique. En réalité, il était aussi l’auteur du plus grand scandale sexuel de l’histoire du sport aux Etats-Unis. Larry Nassar, ancien médecin de la Fédération américaine de gymnastique, a agressé sexuellement au moins 265 jeunes femmes : « nous avons plus de 265 victimes identifiées et un nombre infini de victimes dans l’Etat, dans le pays et dans le monde », a déclaré la présidente du tribunal Janice Cunningham.

Les victimes, dont certaines championnes olympiques, ont commencé à parler en 2016 des agissements du médecin qui se cachait derrière l’image d’un ostéopathe bienveillant. Il a ainsi agi en toute impunité alors que l’Amérique dominait la gymnastique mondiale.
Mais le verdict est tombé :« Je viens de signer votre arrêt de mort », a déclaré la juge Rosemarie Aquilina. Elle condamne ainsi Larry Nassar à une peine de 40 à 175 ans de réclusion. De quoi laisser ce monstre enfermé pour le reste de sa vie. Si la gymnastique américaine devra se relever de ce scandale, lui ne pourra plus agir.

[FORMULE 1] – Les « Grid Girls »…droit dans le ravin !

On les voyait au départ des courses automobiles en Formule 1. Dotées de leur pancarte, les fameuses « grid girls » (littéralement, les « filles des grilles ») n’existeront plus. En effet, après six semaines de réflexion, le patron de la Formule 1, Chase Carey a décidé le 31 janvier dernier de supprimer les « grid girls ». La décision sera effective dès la course de Melbourne, le 25 mars prochain. Si pour certains, ces femmes sonnaient un peu comme une tradition, une forme de festivité avant le départ des courses, pour d’autres, ce rituel portait une véritable atteinte à l’image des femmes. Montrant des mannequins toujours en jupette, se déhanchant avec leurs pancartes. Sean Bratches, directeur des opérations commerciales de la Formule 1 pense que « cette coutume est clairement en contradiction avec les normes sociétales modernes ».

Mais comment ont réagi les principales concernées ? Elles se positionnent ainsi en rupture avec cette décision, invoquant avant tout leur perte d’emploi. Ainsi l’une d’entre elles, Rebecca Cooper, s’insurge, et s’exclame : « L’inévitable est donc arrivé, les grid girls ont été supprimées de la F1. C’est ridicule que des femmes qui affirment ‘se battre pour les droits des femmes’ disent aux autres ce qu’elles devraient faire ou ne pas faire. On nous empêche de faire un travail que nous aimons et dont nous sommes fières. Le politiquement correct devient fou ! ».

D’autres, comme Lauren Jade fustige les féministes : « les féministes nous ont fait perdre notre job. J’ai été grid girl pendant huit ans et je ne me suis jamais sentie mal à l’aise. J’adore mon travail et si ce n’était pas le cas, je ne le ferais pas. Personne ne nous force à le faire. C’est notre choix », témoignages rapportés des réseaux sociaux. Enfin, pour les remplacer, des DJ pourraient œuvrer lors des départs de Formule 1.

Pour Sorb’on, par Léna Trichet, Stéphanie Millet et Geoffrey Wetzel.