Trois Français décrochent l’or à l’Open de Karaté !

Trois Français décrochent l’or à l’Open de Karaté !

Le Stade Pierre de Coubertin accueillait l’Open Paris Karaté 2018, du 26 au 28 janvier. Le karaté était à l’honneur pour trois jours intenses pendant lesquels les karatékas du monde entier se mesuraient les uns aux autres. Au total, huit Français se sont hissés en finale, dans l’espoir de soulever l’or avant les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Retour sur ce tournoi.

Ils viennent de tous les horizons, que ce soit de France, du Venezuela, d’Iran, du Maroc, ou encore du Japon. Ils sont là avant tout pour partager ensemble leur passion commune : le karaté. Puis a fortiori, pour briller et s’imposer dans leur discipline. Mais ils ne viennent pas seuls. Leurs supporters ont fait le déplacement pour encourager leurs idoles. L’ambiance était également au rendez-vous dans l’enceinte du stade de Coubertin. Elle était assurée par l’enthousiasme et les chants des supporters, turques et espagnols notamment. Côté français, l’ambition pouvait être grande. Huit athlètes tricolores demeuraient encore en lice dimanche après-midi pour remporter leur finale respective, d’autant plus qu’ils combattaient à domicile.

Les différentes épreuves

Les épreuves se divisaient en deux catégories : la partie combat, appelée kumite et la partie technique, appelée kata. En technique, aucun Français n’était parvenu à se hisser dans les finales ou dans les combats pour la médaille de bronze. Cependant, les différents concurrents, tant en épreuves individuelles que par équipes, ont offert de belles performances au public.

Les gagnantes japonaises en kata par équipes

Les Français prometteurs

En combat, il y avait 5 catégories de poids différentes, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Sur les 10 finales de ces catégories, 7 chances de médailles d’or s’offraient aux Français puisque l’une d’entre-elles était franco-française. Mais avant cela, les combats pour les médailles de bronze comprenaient six français. L’équipe de France parvient à en remporter quatre. Ainsi, Lucie Ignace et Kenji Grillon — qui à eux deux cumulent 9 titres internationaux — parviennent à décrocher le bronze en catégories -61kg et -84kg.

Lucie Ignace (bleu) évitant un Ura Mawashi Geri de Ionita Claudia (rouge)

Dès le matin, les supporters français étaient au rendez-vous pour soutenir leurs champions, notamment durant le combat entre Kenji Grillon et l’Ukrainien Andriy Toroshanko.

Johan Lopes et Leïla Heurtault font de même en -60kg et -61kg.

8 Français en finale

Mais c’est le dimanche après-midi que se disputaient les finales les plus attendues où huit Français étaient engagés. Et c’est Alexandra Recchia, quintuple championne du monde de -50kg qui ouvrait le bal. Portée par un public enthousiaste, elle n’est malheureusement pas parvenue à s’imposer face à la combattante japonaise, Miho Miyahara. Deux autres Françaises ont échoué dans la quête de la médaille d’or : Gwendoline Philippe (-61kg) et Sabrina Ouihaddadène (-55kg). Elles peuvent tout de même être fières de leurs belles médailles d’argent. Petite déception également pour le jeune Mehdi Filali (-84 kg) chez les hommes. Il n’a certes pas remporté sa finale mais montre tout de même des choses prometteuses pour les années à venir.

Steven Da Costa (-67kg) réussit à arracher la victoire, à seulement 21 ans, en marquant le point décisif à 3 secondes de la fin du combat. Il est ainsi venu offrir la première médaille d’or de cet open à l’équipe de France. Il fut ensuite rejoint par Alizée Agier (-68 kg) qui parvient également à terrasser sa concurrente, la Japonaise Kayo Someya, 4 à 0. Enfin, la dernière finale (+68kg) remportée par une française en opposait deux : Nancy Garcia en bleu face à Nadège Aït-Ibrahim en rouge.

L’affrontement fut serré et c’est Nadège Aït-Ibrahim — triple championne du monde — qui parvient à s’imposer dans les dernières secondes du combat.

Résultat, la France termine deuxième nation à l’Open Paris Karaté, avec trois titres, cinq médailles d’argent, et quatre de bronze. Belle performance, qui ne permet toutefois pas d’atteindre le Japon, grande gagnante de la compétition, véritablement héroïque, à l’image de Miho Miyahara, vainqueur de Recchia, ou encore Ken Nishimura, tombeur de Aghayev (Azerbaidjan). L’Iran et l’Espagne signent également de belles performances avec respectivement 7 et 4 médailles remportées

Alizée Agier, médaillée d’or -68kg

Le karaté enfin reconnu !

Les karatékas du monde entier l’attendaient depuis longtemps : la reconnaissance de leur passion en tant que discipline olympique. Sous-médiatisé, souvent mis en second plan, voire totalement oublié, le karaté a longtemps souffert de sa moins grande notoriété, en comparaison à d’autres sports comme le football ou le rugby. Mais à force de persévérance, depuis août 2016, le karaté est devenu une discipline olympique. Le Comité international olympique a annoncé la venue de cet art martial lors des Jeux Olympiques de 2020, qui se dérouleront à Tokyo (Japon), entre le 24 juillet et le 9 août.

Ainsi, 80 compétiteurs auront l’honneur de représenter leur discipline pour la première fois aux JO. Ils seront répartis dans différentes catégories. Par conséquent, cette entrée dans la famille olympique permettra peut-être au karaté d’asseoir une plus grande reconnaissance. Et quoi de mieux que d’arborer une première participation aux JO sur sa terre natale… le Japon ! Quatre autres sports feront également leur apparition lors des Jeux de Tokyo, à savoir l’escalade, le surf, le skateboard, et le baseball-softball.

Rendez-vous à Tokyo en 2020 !

 

Article rédigé par Léna Trichet et Geoffrey Wetzel.