La 3ème Mi-Temps #8 : Les JO de Pyeongchang à l’honneur, le XV de France impuissant face à l’Ecosse, Pouille sacré à Montpellier…

La 3ème Mi-Temps #8 : Les JO de Pyeongchang à l’honneur, le XV de France impuissant face à l’Ecosse, Pouille sacré à Montpellier…

Sorb’on revient pour vous sur l’actu sportive qui a marqué la semaine. Au programme, les Jeux Olympiques de Pyeongchang avec le miracle Perrine Laffont, la défaite des Français face à l’Ecosse en rugby, le retour de Monaco en deuxième place de Ligue 1, et bien plus encore ! La 3ème Mi-Temps, c’est maintenant !

[PYEONGCHANG] – C’est parti pour les Jeux-Olympiques d’hiver !

Vendredi s’ouvrait la 23e édition des Jeux Olympiques d’hiver à Pyeongchang, en Corée du Sud. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter l’article de Sorb’on sur le sujet. Tout au long de la cérémonie d’ouverture, le public suivait le parcours de cinq enfants, trois garçons et deux filles. Le stade olympique, comble, a pu observer 6 tableaux différents ainsi que le traditionnel défilé des nations. Comme à son habitude, la Grèce ouvrait la marche et la Corée, pays hôte, la clôturait. Comme annoncé, et pour la première fois depuis 2006, les deux Corées ont défilé ensemble, sous un tonnerre d’applaudissements. La délégation française était menée par le double champion olympique de biathlon, Martin Fourcade. Toute la délégation n’avait cependant pas fait le déplacement, certains préférant se ménager pour leurs épreuves à venir. Ainsi, parmi les 108 membres de la délégation, 47 ont défilé derrière le biathlète.

L’Allemagne est, après seulement deux jours de compétition, déjà à la tête du classement des médailles. Les Allemands ont en effet réussi à décrocher 7 médailles d’or, une d’argent et 2 de bronze. Ils sont suivis de près par les Pays-Bas, qui totalisent également 7 médailles mais seulement 3 en or. Pour le moment, la France est 6e ex-æquo avec 2 médailles d’or et une de bronze. Rappelons qu’aux derniers Jeux Olympiques d’hiver à Sotchi, la France avait fini à la 10e place avec un total de 4 médailles d’or. Déception pour Martin Fourcade qui disputait ce dimanche le sprint et qui a dû se contenter d’une 8e place après des erreurs de tirs. En revanche, le Français a pu savourer une médaille d’or amplement méritée remportée ce lundi en poursuite en biathlon. Et dans la même épreuve, chez les femmes, c’est Anaïs Bescond qui permet à la France de décrocher sa première médaille de bronze.

  • Perrine Laffont médaille d’or

C’est donc la jeune skieuse de 19 ans qui ramène la première médaille à l’équipe de France ce dimanche ! Elle remporte l’épreuve du ski de bosses devant Justine Dufour-Lapointe (Canada) et Yulia Galysheva (Kazakhstan). Alors qu’à Sotchi, elle finissait 14e et en larmes, la jeune française a aujourd’hui pris sa revanche en triomphant sous les yeux de sa famille. Perrine Laffont est en effet issue d’une famille également adepte du ski de bosses. Alors qu’elle finissait 6e et 3e des deux runs de qualification, la jeune femme est montée en puissance pour s’imposer au terme d’une finale haletante.

[FOOTBALL] – Ligue 1 : Monaco puissance 4, Marseille ralentit

Cette semaine, la bataille pour la deuxième place a continué de faire rage en Ligue 1. Et c’est Monaco qui parvient à se hisser sur la deuxième marche du podium en battant Angers 4-0. Les deux autres concurrents ne parviennent pas à remporter les trois points. Marseille est accrochée à Saint-Étienne, où les deux équipes terminent à 2 buts partout. Lyon enchaîne sa troisième défaite d’affilée en Ligue 1 en se faisant surprendre par Rennes qui remporte le match 2-0. Paris remporte son match contre Toulouse 1-0 avant d’affronter le Real Madrid mercredi soir en Ligue des Champions. Dans les autres matchs, Montpellier, Dijon, Strasbourg et Bordeaux parviennent à s’imposer respectivement face à Metz, Nice, Troyes et Amiens. Guingamp et Caen ne parviennent pas à se départager (0-0), tout comme Nantes et Lille qui se quittent sur un match nul (2-2).

  • Coupe de France, PSG-OM en quart de finale !

Les huitièmes de finale de la Coupe de France étaient à l’honneur cette semaine. Parmi les rencontres, l’Olympique de Marseille a fait respecter la loi du plus fort, infligeant à Bourg-en-Bresse une véritable correction. En effet, grâce à deux triplés de Mitroglou et Ocampos, puis des buts de Gustavo, Payet et Njie, l’OM écrase son adversaire 9-0 à l’extérieur et se qualifie pour les quarts de finale. A Sochaux, le PSG se déplaçait dans cette même optique de qualification. Il démarre la rencontre de la meilleure des façons en inscrivant le premier but après quelques secondes de jeu, par l’intermédiaire d’Angel Di Maria. Cependant, une dizaine de minutes plus tard, Sochaux va égaliser, par Martin, avant que Cavani ne redonne l’avantage aux Parisiens, 1-2 à la mi-temps. En seconde période, Paris déroule, et Di Maria ajoute deux réalisations à son compteur pour s’offrir un triplé, le PSG s’impose 4-1 au stade Bonal. On aura toutefois eu l’occasion de voir Dani Alves enfiler les gants de gardien en fin de match après l’expulsion de Trapp. Ainsi, après tirage au sort, Paris et Marseille se retrouveront au tour suivant !

Dans les autres matchs, stupeur au stade Abbé Deschamps, où Auxerre tombe dans le piège de Vendée les Herbiers. A domicile, les Bourguignons encaissent trois buts, et sortent par la petite porte, pour laisser le club de National 1 poursuivre l’aventure. L’Olympique Lyonnais sera également de la partie en quarts de finale, après sa victoire 2-1 à la Mosson contre Montpellier. Enfin, Caen, Lens et Chambly ont rempli leur contrat, en venant respectivement à bout de Metz, Troyes et Granville.

Calendrier des ¼ de finale :

Strasbourg – Chambly
Paris SG – Marseille
Vendée les Herbiers – Lens
Caen – Lyon

[RUGBY] – L’Angleterre et l’Irlande, seuls encore en lice

La première journée du Tournoi des VI Nations est souvent la plus attendue, mais qu’en est-il de la deuxième ? Cette journée où les matchs sont tout autant décisifs, où le nom du Champion se dessine peu à peu avec l’élimination pour le titre de certaines nations…

En ouverture de la deuxième journée, l’Irlande recevait l’Italie. Dès les premières minutes, le quinze du trèfle a imposé son rythme : vitesse, jeu au pied, ballons portés. Les Irlandais ont développé leur jeu et ont enchainé les essais. A la mi-temps, les hommes en vert rentrent au vestiaire avec le bonus offensif déjà en poche : quatre essais, tous transformés et un score sans appel de 28 à 0. En seconde période, les bonnes intentions des Italiens n’y changeront rien. Les Irlandais privent les Transalpins de ballon qui n’arrivent pas à le faire vivre quand ils en ont la possession : fautes de mains à répétitions, de quoi laisser des munitions en route. S’enchaine alors un va-et-vient d’essais entre les deux équipes qui aplatissent chacun à leur tour. Au final, les Italiens s’inclinent 56 à 19. Huit essais à trois, et cinq points pour l’Irlande qui prend la tête du classement, et par la même occasion voit ses chances de remporter le Grand Chelem toujours présentes.

Une quête que l’Angleterre poursuit toujours après sa victoire face au Pays de Galles dans un match très ouvert. A domicile, les Anglais ont déroulé dès l’entame du match. Déjà 12 à 0 après seulement vingt minutes de jeu et un doublé de Jonny May. Un essai injustement refusé aux Gallois laisse l’avantage du score aux Anglais. Puis, le match s’est équilibré, les Gallois sont revenus dans la partie : 12-3 à la mi-temps. Au retour des vestiaires, les joueurs du XV du poireau sont rentrés sur le terrain plus que déterminés. Ils ont fait trembler leurs voisins anglais à plusieurs reprises avec notamment deux essais venus mourir à quelques centimètres de la ligne d’en-but. Malgré leurs intentions de jeu et leur volonté, les Gallois verront leurs efforts récompensés par seulement trois points. Une pénalité qui ramène le score à 12 à 6, seuls points marqués en seconde période. Les Gallois ont tenté à maintes reprises, mais les Anglais ont cadenassé leur défense. Pas d’essais donc en deuxième mi-temps, peu de fautes également sur l’ensemble de la rencontre. Les joueurs ont su rester lucides malgré l’intensité de la rencontre sous une pluie battante. Score final : 12-6 en faveur du quinze de la Rose, toujours en course pour le Grand Chelem.

Une course qui a pris fin pour le XV de France. Pourtant, l’équipe de France marque après seulement trois minutes avec un essai signé Teddy Thomas. Aussitôt transformé alors qu’une Marseillaise retentit dans les tribunes de Murrayfield. Pénalité pour les Français, et les voilà qui mènent 10 à 0 en Ecosse. Les Ecossais répliquent aussitôt. Tout comme les Tricolores quelques minutes plus tard avec un nouvel essai de Teddy Thomas. Le chassé-croisé continue avec un deuxième essai écossais. Déjà quatre essais après une demi-heure de jeu, de quoi laisser entrevoir la perspective d’un match serré. A la mi-temps, les Tricolores mènent au score : 14-20. Les Français montrent un autre visage que celui de la semaine dernière, beaucoup plus offensif. En seconde période, l’issue du match est simple : pénalité sur pénalité, trois points après trois points, les Ecossais recollent au score à chaque fois, allant même jusqu’à revenir pour dépasser les Français au tableau d’affichage. Les joueurs de Jacques Brunel n’arrivent à déployer leur jeu, et les fautes s’enchainent les unes après les autres. Greig Laidlaw en profite, et permet à son équipe de reprendre l’avantage. Score final : 32-26. Nouvelle défaite du XV de France. Lui qui avait l’ambition de remporter le Grand Chelem devra se contenter de gagner au moins un match pour espérer ne pas ramener la cuillère de bois.

  • Victoires pour la France

Si le XV de France n’arrive toujours pas à remporter un match depuis plus de 300 jours, ce n’est pas le cas des Féminines et encore moins des Bleuets.

La pluie à Glasgow a rendu le match difficile. Les Bleues ont eu du mal à jouer, les ballons glissant favorisant les fautes. Il faut attendre la trentième minute pour voir les Ecossaises ouvrir le score : 3-0. La réaction des Françaises ne se fait pas attendre : essai d’Agathe Sochat, essai non transformé, mais qui permet aux Tricolores de mener (3-5). Les Françaises vont consolider leur avance avec un nouvel essai en fin de première période, signé Cyrielle Banet : 3-12 à la pause. En seconde période, les Françaises commettent un bon nombre de fautes. Elles redonnent ainsi trop facilement les ballons aux Ecossaises qui n’arrivent cependant pas à franchir le rideau bleu. Les Bleues vont néanmoins récupérer des ballons en mêlée, point de cette formation tricolore qui rafle tout sur son passage. Les Françaises vont également accroître leur avance dans les dix dernières minutes : deux essais transformés signés Caroline Boujard et Jade Le Pesq. Victoire bonifiée des Tricolores sur le score de 3 à 26. Un match compliqué dans des conditions peu propice au jeu de mouvement. Il en fallait plus pour démotiver les Bleues à la poursuite d’un Grand Chelem.

Du coté des Espoirs, le Grand Chelem est bel et bien à porter de main cette année. Preuve en est avec la démonstration des Bleuets face à aux Ecossais. Il faut peu de temps aux Français pour débloquer leur score : 0-3 puis 0-10 après une pénalité de Romain Ntamack et un essai transformé de Maxence Lemardelet. Puis, les jeunes tricolores vont tout simplement dérouler. Trois nouveaux essais viennent ponctuer la première mi-temps : Pierre Boudehent, Maxime Lamothe et Baptiste Heguy aplatissent dans l’en-but adverse. Essais tous transformés par Romain Ntamack. Les Bleuets récitent leur rugby, leurs fondamentaux : touches, ballons portés, mêlées, gestes techniques à l’image de la chistera d’Arthur Coville sur le quatrième essai. La seconde période ne sera que le reflet de la première. Engagement de Romain Ntamack qui arrive parfaitement dans les bras de Lucas Tauzin qui file à l’en-but pour signer le cinquième essai. Le score s’alourdit avec le doublé d’Adrien Seguret. Les Bleuets mènent alors 55 à 0. Les Ecossais scoreront toutefois par deux fois ramenant le score à 12-55. Deux essais qui n’arrêtent pas les Bleuets : essais de Louis Carbonel et d’Adrien Seguret qui signe là un triplé. Score final : 19-69, 100% au pied, neuf essais tricolores. Les Bleuets s’imposent largement à l’extérieur, avec en tête le Grand Chelem toujours possible.

La semaine prochaine, le Tournoi des VI Nations fait une pause, le championnat reprend ses droits le temps d’un week-end.

[ATHLETISME] – Lavillenie et Braz da Silva au sommet !

Renaud Lavillenie a brillé ce samedi à Rouen, dans le cadre du Perche Elite Tour. Mais il n’était pas le seul à vouloir se démarquer. En effet, le perchiste tricolore a réalisé la meilleure performance mondiale de l’année, à égalité avec le Brésilien Thiago Braz da Silva. Le coude à coude entre les deux athlètes aura été jusqu’au bout du suspense. Dès leur première tentative, les deux hommes franchissent la barre des 5,90 mètres, et réalisent déjà la meilleure performance de l’année. Toutefois, Lavillenie après deux échecs aux 5,95 mètres, décide avec audace de tenter les 6 mètres, mais se loupe de peu. Le Français, et le champion olympique brésilien décident de boycotter le barrage pour se départager et montent ensemble sur la première marche du podium. Lavillenie déclare tout de même qu’il est « toujours frustrant de finir ex-aequo ».

De son côté, le Grec Kostas Filippidis termine troisième, après avoir franchi 5,70 mètres. Enfin, Kevin Mayer, le champion du monde et vice-champion olympique de décathlon a voulu se confronter à la perche. Résultat, il explose de 20 centimètres son record personnel, passant ainsi de 5,40 mètres à 5,60 mètres. Tout cela, le jour de son anniversaire.

[TENNIS] – Lucas Pouille, étincelant à Montpellier

Que ce fut difficile samedi pour Lucas Pouille face à Tsonga ! Dans le cadre de l’ATP de Montpellier, Lucas Pouille affrontait en demi-finale Jo-Wilfried Tsonga. Largement dominé, le Manceau bénéficie de deux balles de matchs face à Pouille, mais si près du but, son corps lâche à nouveau. Ainsi, après avoir remporté facilement le premier set 6-1, Tsonga est contraint à l’abandon dans le deuxième set (5-5), ce qui permet à Pouille de remporter une place en finale face à…Richard Gasquet.

Dimanche, il aura fallu 1h27 à Lucas Pouille pour se défaire de son compatriote Gasquet. Après un premier set remporté 7-6, puis un second 6-4, le 17ème joueur mondial remporte là le premier titre de la saison, le cinquième de sa carrière. Il faut dire que Lucas Pouille réussit plutôt bien face à Gasquet, puisqu’en cinq confrontations, il comptabilise pas moins de quatre victoires.

Article rédigé par Léna Trichet, Stéphanie Millet et Geoffrey Wetzel.