Quand la jeunesse tient les rênes de l’Art Contemporain Underground

Quand la jeunesse tient les rênes de l’Art Contemporain Underground

[Ce texte a été rédigé par un contributeur non adhérent n’appartenant pas à la rédaction de Sorb’on. Pour plus d’informations sur le fonctionnement de Sorb’on et le statut de contributeur, rendez-vous ici]

Paris, dans une cave du 4ème arrondissement : Ground Effect. Une galerie d’art urbain fondée il y a deux ans par un trio de jeunes entrepreneurs. Un vent nouveau dans l’art parisien.

Un lieu exclusif…

Presque deux ans après sa création, Ground Effect fait trembler le sol de Paris. Si son horizon initial était l’Art Urbain, à ne pas confondre avec le Street Art, il s’étend désormais à d’autres artistes qui ne sont pas directement liés à cet univers. Collectionneurs, amateurs et curieux dévalent les escaliers de l’immeuble haussmannien pour s’engouffrer dans cette vieille cave aux trésors. Clair-obscur, couloirs sinueux, salles mystérieuses. La plus grande d’entre elles abrite deux fois par mois un artiste différent. Ce dernier prend possession des lieux : la couleur des murs, l’éclairage, les éléments de décoration, la disposition des œuvres… Tout est sous son contrôle.

Exposition invisible

Ground Effect, dont le succès n’a cessé de fleurir depuis sa création, reste toutefois un espace underground. En effet, il faut aller à sa recherche : « les collectionneurs qui viennent ont fait une démarche. Ils ont cherché à nous joindre pour savoir où nous sommes exactement, car depuis la rue, nous sommes pratiquement invisibles », déclare le maître des lieux, 22 ans.

La galerie, plus qu’un simple lieu d’exposition, est rapidement devenue une plateforme dynamique d’échanges culturels intergénérationnels. Elle pratique l’art subtil de se réapproprier l’espace.

…animée par une génération qui fait ses preuves

Les membres du « crew » sont dix à travailler à la galerie, ils ont entre 15 à 26 ans. Néanmoins, ils s’accordent tous pour affirmer que leur jeune âge, loin de les décrédibiliser, est un atout. Si certains collectionneurs essayent de négocier à mauvais escient, ils sont rapidement replacés sur les rails par le sérieux d’une jeunesse qui a un train d’avance sur le marché de l’art contemporain.

« Le ressenti qu’on a, c’est que notre génération s’accorde parfaitement avec ce qu’il se passe en ce moment sur le marché. On sait ce qui va prendre de la valeur ou non, on comprend les goûts et les dynamiques avec le regard neuf dont ce monde avait besoin », déclare le plus jeune d’entre eux.

Une certaine réciprocité s’installe alors ; la galerie est également un tremplin pour les jeunes artistes en devenir. Elle offre une partie de ses murs aux jeunes, qui parviennent à attirer les regards au milieu des très grands comme Jean Faucheur ou Jeff Aerosol.

#thisisnotstreetart

Adresse : 160 rue Montmartre 75002
Horaires : 18-22H (chaque mercredi, jeudi, vendredi, samedi)

Article rédigé par Mona Galud