Marion Maréchal-Le Pen aux Etats-Unis, un retour politique ?

Marion Maréchal-Le Pen aux Etats-Unis, un retour politique ?

[Ce texte a été rédigé par un contributeur non adhérent n’appartenant pas à la rédaction de Sorb’on. Pour plus d’informations sur le fonctionnement de Sorb’on et le statut de contributeur, rendez-vous ici]

La semaine politique américaine fut marquée par le rendez-vous annuel des conservateurs. Et, en ce jeudi 22 février, on y trouve une présence inattendue: Marion Maréchal-Le Pen, et sa longue tirade digne d’un meeting de candidat. Un retour en politique est-il envisageable?

Comprendre le conservatisme US implique de connaître l’évolution idéologique empruntée par l’électorat moyen depuis la présidence de Ronald Reagan. Certes, les principes de la foi évangélique demeurent le dénominateur commun des conservateurs américains. Cependant, outre cela, émerge désormais une conscience nationale qui a substitué un nouvel ennemi au traditionnel péril russe.

Un come-back sans retour

She’s back !… Mais pas tout à fait à en croire Arnaud Stephan, son ex-directeur de la communication: « Elle est à peine partie. Il faut arrêter d’imaginer quelle va se représenter demain matin à une élection.» Pourtant, nul ne l’attendait au carrefour atlantiste, nul n’espérait plus croiser une nouvelle fois du regard sa ferveur tricolore. Dans l’antre du conservatisme américain, et durant dix minutes d’un discours anti-mondialiste, Marion Maréchal-Le Pen s’est exercée à la langue de Hemingway.

Ce jeudi 22 février, le décor hollywoodien de la CPAC, entendez « American conservative union » a accueilli la nièce de la présidente du Front national sous les acclamations. Du jeune cadre américain ex-Obama au couple retraité nostalgique de l’ère Reagan, tous ont reçu avec enthousiasme le « Make France great again ! » lancé par l’ex-Députée FN du Vaucluse. L’intérêt du public américain pour notre pays étonne, surprend. Il semblerait que les Etats-Unis n’envisageaient la France que par Edith Piaf, Jean Dujardin, ou la Tour Eiffel.

L’U.E, la crise migratoire et la menace islamiste

Devant l’auditoire trumpiste, la nièce de Marine Le Pen a souligné des points de convergence entre conservateurs américains et droite française. Ainsi, l’Union Européenne qualifiée de « tueuse de nations millénaires », Maréchal-Le Pen a par la suite employé le verbe tribun au service de la mise en garde. D’abord contre l’immigration, mais surtout contre l’islam dont la présence contribuerait selon Mme Le Pen à faire de « la France fille ainée de l’Eglise, la petite nièce de l’islam. ».

La démarche idéologique entamée par la jeune Marion au lendemain de son retrait officiel de la vie politique reflète une volonté que nul ne saurait nier. En effet, cela traduit le profond désir de faire émerger un mouvement conservateur français. C’est par ailleurs en ce sens qu’il faut concevoir son Académie des Sciences Politiques. Un souhait évoqué dans les colonnes du média conservateur « Valeurs Actuelles ».

« La France d’abord ! La France pour le peuple Français ! », c’est en ces termes empruntés à l’univers Trump que l’ex députée Frontiste a entendu signifier sa sympathie aux conservateurs américains. Plus que cela, cette formule précise la direction idéologique que Mme Maréchal-Le Pen entend donner à sa carrière. Du moins, une fois le retour dans l’arène officialisé.

Article rédigé par Lavrente Aubert

Crédits photo : RTL

Hits: 130