Solène Mur, une étudiante qui s’engage

Solène Mur, une étudiante qui s’engage

Sorb’on rencontre Solène, étudiante en troisième année de licence d’économie et de science politique à la Sorbonne. Elle nous parle de sa passion pour l’engagement et des combats qui la transcendent dans le cadre du lancement de l’association les Étudiants Progressistes dont elle assure la présidence.

  • Bonjour Solène ! Première question, une question d’actualité. Que penses-tu de cette phrase prononcée par le ministre de l’Éducation : « Il faut une jeunesse de France qui s’engage. La jeunesse a soif d’engagement dans la société pour la société. » ?

Bonjour Sorb’on ! Eh bien écoute, je pense qu’il a raison. Ce n’est pas parce qu’on est jeune qu’on est invisible ou qu’on n’a pas notre mot à dire. Être jeune c’est aussi être un citoyen. Personnellement, l’engagement m’a toujours paru comme une évidence me concernant, donc cette phrase a tout son sens.

  • Tu fais d’ailleurs partie de cette jeunesse qui s’engage. Comment est née l’idée de cette association les Étudiants Progressistes ?

Nous sommes partis d’un constat très simple : malgré le nombre important d’associations présentes à la Sorbonne, nous considérons que les valeurs progressistes n’étaient pas assez représentées. L’association des Étudiants Progressistes a pour objectif de promouvoir ces idées au sein du monde universitaire, tout en permettant à chaque étudiant qui le souhaite de s’exprimer librement sur ses convictions.

  • Tu parles de convictions, alors peux-tu me dire quels sont les objectifs et les valeurs que vous défendez ?

Notre association se veut une plateforme de réflexion commune ouverte à tous les étudiants qui se retrouvent dans les valeurs de liberté, de solidarité et de progrès. Nous plaçons au cœur de notre engagement la question européenne, mais aussi celle de l’égalité hommes/femmes ou encore les problématiques liées à la transition écologique et numérique. Je dis « nous » car c’est le travail concerté d’une équipe.

  • Les Étudiants Progressistes est une association ouverte à tous. Quel est le profil des personnes qui y ont adhéré ?

Tous les étudiants sont bienvenus, dès lors qu’ils se retrouvent dans les valeurs que nous défendons. Je t’invite d’ailleurs à nous rejoindre ! (rires)

Tu sais les membres de notre association sont issus de différentes filières. De l’économie comme moi, ou pas mal de personnes en droit. Mais c’est assez éclectique ! Nous pensons que les étudiants sont des citoyens à part entière : ils ont des convictions propres, des attentes. Nous souhaitons donc leur donner la possibilité de se réunir pour en discuter et proposer des solutions. La multiplication des espaces de dialogue ne peut donc être que bénéfique pour la communauté étudiante.

  • Peux-tu nous raconter vos actions en quelques mots ?

Comme tu as pu le comprendre, nous plaçons le dialogue et les rencontres au cœur de notre projet. Notre association est récente, mais on a déjà pas mal de choses. Elle a été officiellement lancée le 21 février 2018 par une conférence en Sorbonne sur le thème de la transition écologique et solidaire. À cette occasion, nous avons eu la chance de recevoir aux côtés de Débattre en Sorbonne Sébastien Lecornu, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire. Ça a été une belle expérience, mais ce n’est que le début ! Nous comptons organiser régulièrement des conférences, des débats et des rencontres avec des personnalités publiques afin de nourrir le débat public.

  • Quel est ton rôle dans l’association ? Qu’est-ce qui t’a motivée ?

Je suis présidente de l’association, je coordonne, même si comme je l’ai dit auparavant, c’est un travail d’équipe, donc tout se fait dans la concertation, comme une grande famille. Je n’ai pas dû chercher la motivation longtemps. Depuis mon arrivée à l’université, j’ai souhaité m’investir à la fois pour les étudiants de mon université, mais également pour la société en général. Je suis convaincue que la jeunesse peut être un véritable terreau d’idées. Une société qui va bien est une société dans laquelle tout le monde, et donc la jeunesse, peut s’exprimer librement. J’invite tous les étudiants qui partagent ce désir à s’engager.

  • Que dirais-tu aux personnes qui souhaiteraient s’engager dans ton association ?

S’engager dans une association est un excellent moyen pour rencontrer des personnes que vous n’auriez jamais rencontré dans d’autres circonstances. C’est aussi une occasion pour les étudiants d’agir concrètement au sein de l’université. Selon moi, il s’agit du moment idéal pour se lancer dans cette expérience. Il faut dire aussi que dans un monde qui ne cesse de changer, dans un contexte de profondes évolutions politiques et sociales, nous assistons à l’avènement de nouvelles façons de penser l’action militante et intellectuelle. Nous proposons donc à tous nos membres de penser autrement l’engagement politique. L’enjeu est de leur prouver que l’engagement n’est pas complexe : il est possible de parler simplement et d’agir efficacement.

  • Comment vois-tu l’avenir de l’association ?

Nous allons poursuivre la structuration de l’association pour renforcer notre présence et nos actions dans le milieu universitaire. Nous envisageons plusieurs projets d’évènements à partager avec les étudiants. Par exemple, nous avons des projets autour de l’égalité hommes/femmes. Nous réfléchissons également à des projets autour du thème de l’Europe. La liste n’est bien évidemment pas exhaustive. L’avis bde nos membres a beaucoup d’importance. Chacun y est écouté. En nous rejoignant, vous pourrez donc nous suggérer toutes vos idées et projets afin de développer notre association.