Une histoire de boule(s): Quand l’intime s’invite dans le paysage

Une histoire de boule(s): Quand l’intime s’invite dans le paysage

Drôle ou vulgaire ? Belle ou rebelle ? Cette nouvelle façon de faire de la photographique laisse rarement noir ou blanc. Tout juste à la rencontre entre le 8ème art, la photographie, et le 7ème ciel, l’intime s’invite aujourd’hui sur les photos. Dans un angle parfois caché, suggéré, ou bien en plein milieu de l’image, les bijoux de famille hantent les paysages ou y ajoutent des rondeurs nouvelles.

C’est un courant libérateur, peut-être sensuel mais surtout drôle : les fesses et les « nuts » arrivent dans le paysage ! Découverte d’un phénomène nouveau de libération de l’intime et du corps.

Une histoire de boule(s) ?

Les photos intimes ne sont pas nouvelles. Mais ces derniers temps, une nouvelle mode poilante (pas trop non plus !) sévit.

Des hommes ou femmes posent en effet, les fesses à l’air, face à des paysages magnifiques. Toutes les fesses sont là, toutes les formes, toutes les tailles, toutes les couleurs. Il y en a pour tous les goûts. Paysages et couleurs prennent alors une toute nouvelle dimension et prêtent au sourire : c’est un pur plaisir pour les yeux et pour les zygomatiques. Les fesses sont là, en toute simplicité, face à l’infini. Alors on sourit, mais on y pense aussi, devant cette nudité décalée, pure, complétant l’immensité. Un bref aperçu à approfondir sur le compte Instagram dédié : cheekyexploits

Ailleurs, des “nuts” (“noisettes”) s’invitent plus discrètement, en haut des photos, laissant le reste au paysage. A apprécier sur le site dédié : nutscapes

Des photos qui ne sont en fait que les deux faces d’une même pièce… En tout cas, on ne peut que vous recommander ces beaux paysages, couplés d’un voyeurisme drôle et bon enfant. À regarder sans modération !

Il paraît qu’à Sorb’on aussi on va faire quelques photos…