Art Rock, festival improbable

Art Rock, festival improbable

À Saint-Brieuc, chef-lieu des Côtes d’Armor, se déroule la 35ème édition du Festival Art Rock qui fait vibrer la cité bretonne pour 3 jours de fête assurés.
Avez-vous déjà imaginé votre ville en désordre ? Oui. À Paris, on aime la fête mais en Bretagne, on a déjà dépassé ce stade. 

Il est 18H, vous arrivez en gare de Saint-Brieuc et vous apercevez déjà les affiches du festival avec l’évidente devise « Let’s Dance ». Il semble que ce ne soit plus une petite ville de Bretagne dans laquelle vous arrivez mais le temple de la célébration. Et le soleil est au rendez-vous, il ne pleut pas en Bretagne.

Vous plongez au cœur d’un espace où chaque boutique rime avec réjouissance. Même plus besoin de prendre un pass 3 jours, vous vivez déjà l’ambiance dans chaque recoin de Saint-Brieuc. Des notes de musique jaillissent de tous les côtés, les restaurants et les bars sont devenus des boîtes de nuit et de véritables pistes de danse. C’est l’ouverture de la ville à toute personne qui aime simplement vivre.

Vous avancez davantage au cœur de la vieille ville. Vous vous retrouvez alors sur la place avec des musiciens du métro de Paris qui jouent pendant que vous dégustez des menus des chefs de la région pour 8€ seulement. Même les cavistes sont venus vous présenter leurs meilleurs vins. L’ambiance est amusante. La rue a été prise d’assaut et vous ne savez plus si vous êtes dans une ville. Vous êtes hors les murs.

L’éclectisme à l’honneur

Viens le moment où la curiosité vous amène enfin à prendre votre bracelet et rencontrer la scène musicale. Alors vous déambulez dans les rues de la vieille ville et juste à côté de la cathédrale fortifiée, vous arrivez à la Grande Scène. Sur un immense parking, entouré de petites maisons, se trouve la scène envahie par la foule. Et pour la première fois, vous êtes désinhibée. Pas besoin de faire semblant. Vous avez déjà envie de danser sans prendre garde au regard des autres, car une sensation inouïe de liberté vous habite soudainement. Serait-ce parce que la ville est à vous ?

Alors aux premières notes de Django Django, groupe de pop indé acidulé très new wave aux inspirations afros, votre corps se lâche et c’est parti pour l’expérience Art Rock.

L’éclectisme est à l’honneur dès la programmation du premier jour. Arrive VALD et la foule majoritairement jeune se déchaîne à coup de pogos. L’artiste assez déchaîné (ou plutôt arraché) n’oublie pas son public et vous dit de dire bonjour sinon « vous allez vous faire niquer votre mère ». VALD s’éloigne et vous allez chercher une bière car la vôtre a fini par terre ou sur le pull du gars en face de vous, car rien ne résiste à la folie VALD. C’est déjà l’heure d’un autre artiste, radicalement différent, Marquis de Sade, groupe de rock rennais qui vient de se reformer, quarante ans après. C’est amusant, vous voyez un public beaucoup plus vieux se rapprocher et vous vous posez la question de cette programmation Insane. Respect pour leur énergie après quelques années, mais le groupe ne réussit pas à endiabler la foule.

L’euphorie jusqu’au bout de la nuit

Vous vous ennuyez un peu et vous allez voir de l’autre côté à la Scène B. Kiddy Smile marque sa présence à coup de danse endiablée, electro-house. Voguing et scène queer au rendez-vous. Une énorme bouche rouge sensuelle derrière l’artiste, l’ambiance est excentrique. Vous regardez autour de vous, et là c’est la surprise. Juste à côté se trouve l’entrée de la cathédrale et derrière, la mairie. La rue est définitivement à vous. Moment de latence, vous décidez de sortir de l’espace du festival, il est une heure du matin et c’est le clubbing autour de vous derrière des odeurs de galette saucisse et de bières renversées. Vous observez et vous vous laissez porter. S’agiter, chanter, hurler, se remuer. Jusqu’au bout.

Il est tard et ce n’est que le premier jour, peut-être serait-il plus sage de rentrer pour tenir le week-end. Car demain ça recommence et ce sera encore plus explosif, plus incroyable, plus vivant.

C’est le 18 mai et vous êtes dans la ville de l’inattendu entre musique, cathédrale, bouffe et euphorie. À Art Rock. Premier festival urbain de France.

Pour en savoir plus :