Nuit des musées : Exposition Kupka au Grand Palais

Nuit des musées : Exposition Kupka au Grand Palais

Quoi de mieux après une session de partiels que de profiter des merveilles dont regorge la ville de Paris. À l’occasion de la nuit européenne des musées, qui permet à chacun de visiter gratuitement n’importe quel musée de France, nous avons eu la chance de pouvoir pénétrer au sein du Grand Palais après plus d’une heure de queue.

L’exposition « Kupka, pionnier de l’abstraction », riche d’environ 300 œuvres, nous fait voyager à travers le temps. On entrevoit l’évolution de l’artiste au fil des salles.
De ses premiers dessins satiriques sur le capitalisme et la religion à ses travaux s’inscrivant dans le symbolisme, l’artiste prend finalement un tournant novateur. Et pour cause, ses œuvres s’orientent progressivement vers l’abstraction.

Une recherche de la perfection

Kupka (1871-1959) est un artiste profondément engagé. Cela se voit dès les premières salles où une multitude de dessins caricaturaux tournent au ridicule de manière plus ou moins virulente la religion. L’artiste critique également le capitalisme naissant. Il est ainsi intéressant de constater que ses travaux d’il y a plus d’un siècle traitent de sujets encore brûlants d’actualité.
Outre ces dessins réalisés pour des journaux et des livres, les visiteurs s’attroupent en masse devant les différents tableaux exposés. D’une grande variété, la collection exposée par le Grand Palais offre aux visiteurs une très belle odyssée. Il est incroyable de voir comment le travail de l’artiste a évolué dans le temps. Les premières œuvres ne sont pas comparables aux dernières. Et pourtant, l’exposition de celles-ci rend la visite fluide et la métamorphose tout à fait naturelle.

La synesthésie retranscrite dans ses œuvres

Les belles couleurs sont abondantes et de plus en plus surprenantes au fil de l’exposition. L’artiste les répand avec une telle harmonie désordonnée que le résultat est sublime. Nous pouvons voir à travers cela la volonté progressive du peintre de rejeter les conventions. Les couleurs employées nous procurent des émotions physiques et psychologiques. Au gré de l’exhibition, le sujet tend à disparaître des tableaux. Nous passons progressivement de représentations figuratives telles des autoportraits à des œuvres non figuratives que le visiteur doit lui-même interpréter.

C’est la raison pour laquelle je pense que cette exposition est accessible à tout le monde, chacun est libre d’apprécier le travail de Kupka à sa manière.
Les toiles sont somptueuses, les nuances de couleurs magnifiques, la collection impressionnante et le cadre splendide. C’est une très belle rétrospective que je recommande sans aucune hésitation !

Informations pratiques :

  • l’exposition termine le 30 juillet 2018
  • Elle est accessible du jeudi au lundi de 10 h à 20 h et le mercredi de 10 h à 22 h.
  • Le billet plein tarif est facturé 14 €
  • Tarif réduit 10 €
  • Tarif tribu (4 personnes dont 2 jeunes de 16-25 ans) 38 €
  • Gratuit pour les jeunes de 16 à 25 ans inclus, sans billet ni réservation, les mercredis 6 juin et 4 juillet, entre 19 h et 22 h (dernière entrée 21 h).

Vous pouvez retrouver toutes les informations ici

Crédits photo : Expositions Paris