Conférence de Ben Barbaud : “La chance pour nous en tant qu’organisateur, c’est notre modèle associatif”

Conférence de Ben Barbaud : “La chance pour nous en tant qu’organisateur, c’est notre modèle associatif”

Le dernier jour, quelques heures avant la fin du festival, Sorb’on a eu l’honneur de participer à la une conférence de presse animée par Ben Barbaud, président et fondateur du Hellfest. Celui-ci revient sur les points importants de cette édition 2018, aborde plusieurs idées pour le futur, et se laisse interroger par les participants.

Le fondateur de ce festival, Ben Barbaud, donne une revue des points les plus importants de cette année : une excellente météo, un festival complet avec 180 000 visites sur les trois jours et des sourires aux visages des festivaliers, des salariés, des artistes et des bénévoles. 

Une 13ème édition bien plus que satisfaisante

Du côté des nouvelles grandes infrastructures de cette année, on retrouve des jets d’eau pour lutter contre la chaleur ressentie l’an dernier, un sol pavé devant les “Main Stages” pour éviter les jambes cassés et les mauvaises chutes, ainsi que l’installation d’un nouveau bar enflammé. On notera aussi la pose d’écrans sur les côtés des scènes encore plus grand que l’an dernier. Les pistes d’améliorations pour l’an prochain concernent les soucis de queues et de déplacement dans le festival. Il sera pourtant difficile de remédier à ces derniers étant donné la configuration du site qui n’était pas un simple “terrain plat”.

Le point que soulignera Ben Barbaud tout le long de cette conférence de presse, c’est leur statut associatif. Cela permet de réinvestir 100% des bénéfices directement dans le festival ainsi que le fait de n’avoir aucun actionnaire.

En résumé, l’objectif de ce festival est de rester indépendant, à l’écoute et au service du festivalier, ainsi que de toujours proposer de la musique rock et métal sous tous ses aspects !

Quelques questions et une grande annonce

  • Serait-il possible d’imaginer un festival en hiver, pour pallier l’attente d’une année entière entre chaque Hellfest ?

“C’est une idée envisagée, mais il y a plusieurs problèmes. Notamment l’indisponibilité de la plupart des artistes à cette période de l’année. Nous pensons néanmoins à nous investir dans d’autres organisations d’événements et particulièrement avec la ville de Nantes.”

  • Un tremplin Voice of Hell pour l’an prochain aussi ? (tremplin pour petit groupe voulant se produire Hellfest)

“Oui bien sûr. Voir des petits groupes se produire devant autant de monde ça nous fait bien triper ! On rêve de les voir ensuite plus haut dans l’affiche !”

  • Le prix des places 3 jours ayant été vu à la hausse cette année, pensez-vous l’augmenter l’an prochain aussi?

“Ce n’est pas l’objectif.” commença le président du Hellfest. Il développe ensuite à nouveau l’aspect associatif de l’organisation du festival : l’ensemble des fonds sont directement investis dans le festival.

  • Quels groupes aimerais-tu avoir au Hellfest (jamais encore vu ici) ?

On retrouve en réponse une petite liste : Tool, Van Halen, Bon Jovi. Néanmoins, d’autres groupes comme AC/DC, très souhaités, impliquent d’après lui un trop grand investissement.

  • Comment justifier le succès du festival comparé à d’autres concurrents ?

Il répond simplement que l’intention du Hellfest est portée vers le festivalier, ce qui n’est pas forcément le cas de ses concurrents qui auraient des actionnaires. On livre au Hellfest une atmosphère entière.

La conférence de presse se termine avec une annonce très spéciale : 5 groupes qui joueront à l’édition 2019 seront annoncés à la fin du dernier concert le soir même. Une première pour ce festival qui a pour habitude de vendre ses places, sans même avoir communiqué la programmation.

C’est donc avec une grande émotion que le public découvre que la 14ème édition du Hellfest sera mené par SLAYER, MANOWAR, MASS HYSTERIA, DROPKICK MURPHYS.

L’annonce du HellFest 2019 :

Publiée par Hellfest Open Air Festival sur Dimanche 24 juin 2018

Article rédigé par Samuel Uzan et Thomas Dumont

Hits: 142