Hommage à Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU et Prix Nobel de la Paix

Hommage à Kofi Annan, ancien secrétaire général de l’ONU et Prix Nobel de la Paix

Le diplomate Kofi Annan est mort ce 18 août à l’âge de 80 ans. Dans un communiqué sur Twitter, la famille de l’ancien secrétaire général de l’ONU et sa fondation ont partagé un texte pour lui rendre hommage.


Une vie consacrée à la diplomatie

Né en 1938 au Ghana, Kofi Annan est diplômé de l’Université de Genève et de l’Institut de Technologies du Massachusetts (MIT). Il commence sa carrière au sein de l’Organisation Mondiale de la Santé en tant que fonctionnaire en charge du budget.  En 1990, après l’invasion du Koweït par l’Irak, il a pour mission spéciale d’organiser le rapatriement de l’Irak de plus de 900 fonctionnaires internationaux et ressortissants de pays occidentaux. Il dirige ensuite la première équipe des Nations Unies chargée de négocier avec l’Irak sur la question de la vente du pétrole pour financer de l’aide humanitaire.

Il commence alors son premier mandat de secrétaire général de l’ONU le 1er janvier 1997. Ainsi, il est réélu en 2001. Il obtient le prix Nobel de la paix en même temps que l’Organisation des Nations Unies pour leurs travaux « Pour un monde mieux organisé et plus pacifique »

Le 8 mars 2006, il affirme que, selon lui, le monde est prêt à voir une femme à la tête de l’ONU.

L’année suivante, Kofi Annan devient le nouveau Président de la Fondation de soutien à l’Organisation mondiale contre la torture. En outre, il contribue à la prise de conscience de l’érosion du respect des Droits de l’Homme. Il préside également l’African Progress Panel, qui prend la défense du continent africain.

Aussi membre du comité d’honneur de la Fondation Chirac, Kofi Annan participe au jury du prix pour la prévention des conflits. Il a également créé la Kofi Annan Foundation, consacrée au développement durable et à la paix.

Le 2 août 2012, il annonce sa démission de son poste de médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe en Syrie.

« La responsabilité des grands États est de servir et non pas de dominer les peuples du monde »

Une fois élu Secrétaire général, « il s’est donné comme tâches prioritaires de revitaliser les Nations Unies par un programme complet de réformes » rappelle l’ONU sur son site officiel.

En 2000, Kofi Annan propose au président du Zimbabwe, Robert Mugabe, de se retirer du pouvoir contre un asile politique et des compensations financières.

Il est ensuite réélu pour un second mandat qui débute le 1er janvier 2002 et qui s’achève au 31 décembre 2006.

Dans son discours d’adieu au poste de secrétaire général, Kofi Annan critique la politique des États-Unis et appelle à respecter les Droits de l’Homme « jusque dans sa lutte contre le terrorisme ».


Crédit photo : Denis Balibouse / REUTERS