Olympique Lyonnais : Crise passagère ou irrégularité chronique ?

Olympique Lyonnais  : Crise passagère ou irrégularité chronique ?

L’Olympique Lyonnais ne pointe aujourd’hui qu’à la quatrième place de notre Ligue 1, en raison de trop nombreux points concédés face à des clubs pourtant jugés inférieurs. Cette irrégularité, loin d’être une nouveauté, fait débat.

Exit le Lyon des années 2000 ! L’époque où l’Olympique Lyonnais dominait notre championnat de France semble révolue, notamment au profit des Parisiens. Les Gones souffrent depuis quelques années d’une rotation (excessive ?) régulière de leurs entraîneurs et d’une irrégularité bien trop importante pour prétendre au sommet européen.

Un début de saison en dents de scie, marquée par une irrégularité en LDC

Le club rhodanien connaît un début de saison compliqué avec des résultats très hétérogènes. Capable du meilleur comme du pire, il ne se situe aujourd’hui qu’à la quatrième place du classement de Ligue 1, derrière l’invaincu Paris Saint-Germain, Lille et Montpellier.

Cependant, cette « crise » traversée par les joueurs lyonnais a comme un goût de déjà-vu et a tendance à rappeler aux supporters la saison passée, où le club s’était hissé sur le podium du championnat in extremis, arrachant ainsi son ticket pour la Ligue des champions, où les Gones ne font que confirmer cette irrégularité.

Mercredi 29 septembre, 21h, tous les supporters lyonnais sont prêts. Après une longue année d’attente, l’hymne des Champions résonne pour leurs joueurs. C’est un match d’ouverture on ne peut plus compliqué, contre Manchester City, à l’extérieur. Personne ne donne alors cher de la peau de Nabil Fekir et de ses coéquipiers. Cependant, le capitaine lyonnais montre la voie aux siens en délivrant une magnifique passe décisive pour Maxwell Cornet, avant d’y aller lui-même de son but. C’est l’euphorie, Lyon réalise l’irréalisable et s’impose (1-2).

Dès lors, les médias ne parlent que de cette performance hors du commun, en décrivant l’OL comme un club tant ambitieux que prometteur sur la saison, mais le retour à la réalité ne fut pas indolore.

Trois matchs nuls consécutifs, dont deux concédés à la dernière minute contre Hoffenheim, viennent ternir cette belle réussite collective. Se retrouve alors au cœur de la tourmente Memphis Depay…

Une cohésion interne fragile : de l’affaire Memphis au problème Génésio

Memphis Depay, attaquant lyonnais arrivé de Manchester United à l’hiver 2016-2017, a été à l’origine d’une importante polémique, notamment pour son attitude envers son entraîneur Bruno Génésio. Mis sur le banc en Ligue 1, il a demandé davantage de respect à son égard, après avoir littéralement porté ses coéquipiers vers une victoire capitale.

L’entraîneur rhodanien avait repris de volée l’attaquant durant une séance d’entraînement, en lui reprochant ses comportements, que ce soit sur ou en dehors du terrain. C’est ce même entraîneur qui est largement critiqué par ses supporters, bien que soutenu par son président Jean-Michel Aulas.

#GenesioDemission. Voilà le hashtag qui tourne en masse au sein des groupes de supporters lyonnais. Nombre d’entre eux tiennent Bruno Génésio comme responsable des moultes contre-performances de l’Olympique Lyonnais en ce début de saison.

Alors que certains tentent de faire preuve de sarcasme pour dédramatiser la situation, d’autres sont beaucoup plus véhéments et n’hésitent pas à fustiger ouvertement le coach sur Twitter :

L’approche du derby, la clé pour que les joueurs se transcendent ?

Cette fois, ils n’ont plus le choix. Président, entraîneur, joueurs… Tous devront répondre présents pour le tant attendu derby, le 23 novembre.

Je me suis entretenu avec Mathis, un supporter lyonnais de 18 ans qui suit les Gones depuis sa petite enfance, afin de connaître son opinion et ses inquiétudes à l’approche du derby. « On reste favoris, […] on est en dents de scie mais dans les derbys on est souvent là, on se souvient du 5-0 de l’an dernier, alors qu’on traversait une mauvaise passe ».

Il est vrai que l’Olympique Lyonnais a tendance à se transcender dans ses grands matchs, si l’on oublie la lourde défaite subie au Parc des Princes en octobre dernier (5-0). L’affaire Memphis, source de conflits au sein même de l’effectif, semble appartenir au passé grâce au doublé inscrit par le Néerlandais à Guingamp (10 novembre dernier).

La question de l’entraîneur divise toujours

Cependant, la question Génésio perdure et crée des divergences parmi les supporters.

« Pour moi, la démission de Génésio ne dépend que de ce qu’on va récupérer derrière, il a au moins le mérite de créer du jeu et je ne veux pas d’un entraîneur au jeu défensif, même si ça gagne plus » confie le jeune supporter.

Le technicien rhodanien devra donc se surpasser pour trouver une composition et une tactique capables de faire plier les Verts, qui étaient parvenus à arracher un match nul au Parc OL la saison dernière (1-1).

Un grand OL contre les grands, un petit OL contre les petits, mais pourquoi ? Beaucoup en parlent et le reprochent à Bruno Génésio : les joueurs ne sont pas assez motivés. L’entraîneur ne parviendrait pas à pousser ses joueurs à se transcender sur chaque match, ce qui serait à l’origine des grandes désillusions, notamment à domicile.

Mais alors, si les joueurs apparaissaient surmotivés pour le derby, et de même pour leurs deux prochaines (et peut-être dernières) rencontres de Ligue des champions, seraient-ils capables de faire la différence et de s’imposer avec les honneurs ? Premier élément de réponse le 23 novembre.

Crédit photo : Foot01.com

Hits: 43