Les 24 cases de Sorb’on — Case #5

Les 24 cases de Sorb’on — Case #5

Flocons D’ailleurs

– Je pourrais les observer des heures, ils sont fascinants…

– Montre voir, dit l’autre en ajustant le microscope. Ah ça oui, c’est vrai qu’ils sont beaux.

De l’autre côté de la lentille, sur la plaque réfrigérante, des milliers d’organismes microscopiques déambulaient frénétiquement.

– Tu crois qu’ils savent qu’on existe ?

– Des trucs si petits ne peuvent pas avoir de conscience. Ils se déplacent au hasard et se débrouillent mécaniquement pour garantir leur survie. C’est pas avec eux que nous pourrons communiquer.

– Et pourtant je suis convaincu que c’est là que nous trouverons la forme d’intelligence que nous n’avons jamais rencontrée dans l’espace. Après tout, on connaît toutes les galaxies visibles et invisibles, mais on ne sait presque rien de nos propres micro-organismes.

– Et moi je pense que si on n’a rien trouvé là-haut, on ne trouvera rien ici-bas non plus. Va falloir te faire à l’idée qu’on est seuls dans l’univers. Oh, regarde, j’en ai isolé trois, viens voir !

Trois de ces microbes, deux gros et un plus petit, se tenaient effectivement à l’écart de la masse grouillante, immobiles.

– Ils nous regardent, j’en suis sur ! Peut-être même qu’ils nous voient ! s’exclama le premier après avoir ajusté la lunette.

– Arrête un peu de divaguer. Ils n’ont même pas d’antennes, comment pourraient-ils sentir quoi que ce soit ? Ils doivent être ralentis par la fraîcheur que dégage la plaque réfrigérante, c’est tout.

– Mais regarde, c’est évident, ils sont tournés vers nous! Surtout le plus petit… mais regarde je te dis !

– Bon, très bien, puisque tu es convaincu qu’ils nous voient, on va vérifier ça.

Sur ces mots, il se place au-dessus de l’échantillon et entreprend de se gratter avec énergie.

– Ne fais pas ça ! S’exclame l’autre, tu vas les salir avec tes résidus d’écailles, c’est immonde !

– Justement, selon ta théorie ça devrait les faire réagir !

* * *

À cet instant même, sur Terre, le petit garçon qui scrutait le ciel nuageux s’exclame :

– Oh, regardez, un cadeau des extraterrestres!

Derrière lui, ses parents le regardent avec bienveillance.

– Mais non mon chéri, ce ne sont que des flocons de neige. Tu sais bien que les extraterrestres n’existent pas.

Hits: 43