Les 24 cases de Sorb’on — Case #10

Les 24 cases de Sorb’on — Case #10

Romy, notre Mère Noël de cinéma

Installé confortablement dans un plaid à flocons, enivré de cette odeur intense voire écoeurante de pain d’épice et de vin chaud, bercé par ces chants entêtants. Vous voici submergé par la vague, par la magie de Noël. Pour parfaire ce tableau si kitsch, je vous propose un voyage dans un autre espace-temps, celui de la monarchie viennoise du milieu du 19e siècle. Une émission de plus présentée par Stéphane Bern, me direz-vous ? Que nenni. Sorb’on revient pour vous sur un incontournable de la programmation des films de Noël. J’entends, bien sûr, celui retraçant l’histoire de Sissi l’impératrice, élevée au rang d’icône, car incarnée par la plus divine des actrices, j’ai nommé Romy Schneider.

C’est inévitable, cette période de Noël nous enchante et nous rend quelque peu rêveur. L’histoire de Sissi, celle du triomphe de l’amour, est l’un de mes rendez-vous annuels et incontournables. J’aime me plonger dans cette fresque historique où s’entremêlent bals, mariages, naissances et sacrements. Non sans un plaisir coupable et un brin de nostalgie.

Cette retranscription romanesque de la vie de l’impératrice Elisabeth d’Autriche suscite les passions. C’est avant tout un savant mélange d’événements heureux et de drames absolus. S’y mêlent d’abord le scandale, le dilemme classique entre amour et devoir. Mais aussi la maladie, le poids de la couronne et les tensions politiques. Ils nous tiennent en haleine durant 3 épisodes étonnement envoûtants. N’oublions pas que Sissi épouse l’empereur d’Autriche… Qui n’est autre que son cousin qui a lui-même refusé d’épouser Hélène, la soeur de Sissi (vous me suivez toujours ?). Et nous, on adore le mélodrame entre frangines en robe de bal meringuées. La suite suit le même ton. Sissi, à qui le poids du protocole commence à peser, tient tête à la reine. Et alors, le crêpage de chignon  entre belle-mère et belle-fille, nous, on adore encore plus.

L’ambiance chasse à cour nous plait tout autant. Alors que la beauté des paysages nous ravit. Durant l’intégralité de la trilogie, vous ferez partie des nombreux voyages entrepris par le couple princier à travers l’Europe. Entre les montagnes de Bavière et les canaux vénitiens, en passant par Madère.

Dans ce rôle, Romy magnifie Sissi qui, dans une réalité plus cruelle et bien éloignée du conte de fée qu’on nous fait avaler, était plutôt une impératrice profondément dépressive. Mais n’entachons pas cette délicieuse histoire qui fait office de caramel au coeur tendre et nous offre une parenthèse enchantée bien méritée.

Hits: 51