Cyrano comme vous ne l’avez jamais vu… et entendu !

Cyrano comme vous ne l’avez jamais vu… et entendu !

Le fameux balcon… encore vide en attendant Roxane

Plus que quelques semaines pour aller voir un classique du théâtre français au théâtre du Ranelagh ! La compagnie Le Grenier de Babouchka propose jusqu’au 13 janvier une représentation particulièrement réussie du chef d’œuvre d’Edmond Rostand : Cyrano de Bergerac.

Entre chant et musique, entre action et émotion, replongez dans cette pièce emblématique de la littérature.

Un cadre idéal

On connaît tous l’histoire : Cyrano aime Roxane. Roxane aime Christian. Cyrano sait trouver les mots mais ne peut oublier son énorme nez. Christian est beau mais n’a pas les mots. Rien de plus simple que l’alliance des deux pour charmer Roxane, au détriment du pauvre Cyrano. Ce chef d’œuvre de la langue française est joué en ce moment au théâtre Le Ranelagh par Le Grenier de Babouchka, qui renouvelle les codes de la représentation théâtrale. Pas de besoin de beaucoup de décors dans ce théâtre pittoresque qui donne l’impression, quand on entre dans la salle, d’être déjà transporté au XIX° siècle. En effet, en 1894, Louis Mors, un constructeur mobile, fait construire le théâtre actuel. Aussi, le salon de musique, aujourd’hui la salle de spectacle, est en chêne sculpté de style néo-renaissance et l’acoustique exceptionnelle souligne la diction déjà remarquable des acteurs. Bref, ce théâtre magnifique vaut déjà le coup ! 

Redécouvrir un classique

Jean-Philippe Daguerre nous offre ici une représentation grandiose à la fois fidèle à l’œuvre de Rostand et pleine de surprises. Il dynamise ainsi le rythme et rend compte des nombreux registres de l’œuvre, à la fois comique, tragique, pathétique, lyrique, dramatique ou même épique. On redécouvre tous les aspects de cette pièce pourtant déjà si connue. Bien loin d’une diction pompeuse, les acteurs se lancent leurs répliques avec naturel et clarté, ce qui rend nos émotions d’autant plus vraies et puissantes. Avec cette mise en scène très dynamique, c’est une véritable chorégraphie qui s’exécute sur les planches. Et la fameuse scène du balcon, magnifiée par les jeux de lumière qui mettent la bouche du jeune Christian dans l’ombre et n’éclairent que ses beaux yeux, est remarquable.

« Du beau français qui fait du bien aux oreilles » pour une spectatrice. Pour une autre, « même si Cyrano assure la plus grande partie des vers, les autres acteurs ont aussi une consistance et une visibilité ». On pense alors particulièrement à l’interprète de Ragueneau qui sublime son personnage, à la fois comique et pathétique.

Une mise en scène musicale

Véritable coup de cœur pour la musique qui vient, avec justesse, renforcer la tension dramatique ou comique. Les partitions inédites imaginées par Rostand lui-même, spécialement pour la pièce, ont été utilisées. Comme l’écrit si justement Jean-Philippe Daguerre, nous assistons à « une version éminemment sonore des sublimes vers de Rostand ». Petr Ruzicka, chargé de cette mise en musique, réussit avec brio un pari osé qui accentue la sensibilité de l’œuvre. Les très bons acteurs présents sur scène arrivent d’autant plus facilement à communiquer leurs émotions. Les apparitions du violoniste rythment la représentation d’intermèdes sonores. Toujours d’après Daguerre, « Cyrano et le violoniste ne font qu’un […] c’est l’âme de Cyrano, son double ». Pour une spectatrice, « coup de cœur pour le moment où Cyrano écrit sa lettre d’amour et que le violon imite la plume ». Pour un autre, « le jeu entre Cyrano et son double musical est vraiment fantastique, notamment pendant la tirade du nez ». Et on se souviendra, pour notre plus grand plaisir, du chant des cadets de Gascogne.

Courez-y vite !

Retrouvez également la compagnie du Grenier de Babouchka au Ranelagh tous les samedis après-midi dans des grands classiques du théâtre français. Et en avril, leur nouvelle création : Don Juan !

Infos pratiques

  • Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand / mise en scène de de Jean-Philippe Daguerre / compagnie Le Grenier de Babouchka / du 14 septembre 2018 au 13 janvier 2019
  • Théâtre Ranelagh, 5 rue des Vignes 75016 PARIS
  • 0142886444
  • Accès : Métro ligne 9 La Muette ou RER C Kennedy RadioFrance
  • Tarifs : 10€ pour les étudiants et -26ans / plain tarif = 36€

Article rédigé par Clarisse Portevin

Hits: 15