Les 24 cases de Sorb’on – Case #23

Les 24 cases de Sorb’on – Case #23

Faut-il interdire les cadeaux pourris ?

Ça y est, nous y sommes. Noël. Cette emblématique fête religieuse qui célèbre la naissance du petit Jésus ou plutôt celle du Fils « prodigue ». Car ce 24 décembre (ou le 25 au matin ; débat séculier et sans intérêts), marque l’avènement de ce matérialisme annuel qui sème l’euphorie dans nos foyers. Mais encore faudrait-il que l’envie compulsive d’offrir concorde avec celle de recevoir. Car il y a chaque année une asymétrie intolérable entre le cadeau souhaité et le cadeau obtenu. A croire que certaines personnes analysent finement tous vos goûts, toute vos attentes et choisissent l’antithèse de ce qui pourrait vous plaire. Alors pour ou contre des cadeaux tous pourris ?

CONTRE !

Contre car déjà, cette frénésie de l’achat vous répugne. Dans la mesure où sous cette pyramide de boîtes, se cache votre diable de petit frère. Un pourri-gâté, un profiteur juvénile, un sale gosse en somme, qui, malgré toutes les crasses infligées aux parents, est couvert de cadeaux. Quel salopiot !

Contre car la tante ou l’oncle du frère de votre mère (que vous n’avez pas vu depuis 1856) vous lance ce fameux « MAIS QU’EST-CE QUE TU AS GRANDI ! » et juge bon chaque année de vous offrir le tout dernier circuit Hot Wheels, des fournitures Maped ou de la pâte à modeler Play-Doh, et vous, d’arborer votre plus beau sourire de désespoir, lassé de leur répéter que vous avez « tout de même » 20 ans. 

Contre car les amis des amis de vos parents qui ne vous connaissent pas personnellement, ne vont pas « venir les mains vides », et dans une charité dont vous vous seriez bien passés, vous offre une « sublime » boule à neige, une clé USB ananas ou encore le dernier bouquin d’Elie Semoun. Et tout d’un coup, naît en vous une sensibilité inédite pour la cause environnementale et réfléchissez à la manière avec laquelle vous allez pouvoir recycler ce déchet. Ah si seulement tous les cadeaux étaient biodégradables !

Tous ? Peut-être pas. Car les cadeaux pourris ont peut-être leur charme.

POUR !

Pour, car voir toute la famille s’amuser avec des objets qu’ils n’utiliseront peut-être que quelques jours, quelques semaines mais rarement quelques années c’est toujours mieux que de la voir se fâcher pour l’héritage de mamie Odette (qui en plus fête peut-être son dernier noël…)

Pour, car les cadeaux comestibles ne font jamais long feu. Ils dépassent rarement la soirée et ont la faculté de faire asseoir chaque invité sur le fauteuil du salon en se plaignant d’avoir « trop mangé » et ne pas avoir été « raisonnable ». Et aux bons vivants de rétorquer « Mais bordel c’est Noël profite ! ».

Pour, car certains cadeaux beaufs peuvent susciter de véritables instants de complicité, des moments d’anthologies familiaux par l’intermédiaire du rire. En effet, un penis sur ressort, une sucette en forme de vagin ou bien une paire de charentaises sont des objets pourvoyeurs d’un rire universel.

Mais après tout, un cadeau ne serait-il pas simplement un emballage d’amour ?

Hits: 21