« Espèces en voie d’illumination », l’art de sensibiliser par l’émerveillement

« Espèces en voie d’illumination », l’art de sensibiliser par l’émerveillement

Pour la première fois, le Jardin des Plantes accueille de curieuses et merveilleuses créatures, qui, lorsque la nuit s’installe, s’illuminent pour éclairer nos esprits trop souvent inconscients des conséquences du réchauffement climatique.

Ces animaux tout en couleurs nous invitent à une promenade nocturne qui sensibilise aux risques d’extinction de certaines espèces ; en évoquant celles qui depuis longtemps ont disparu et la diversité de celles vivant dans la Ménagerie de Paris.

Un rêve éveillé : la poésie des lumières

D’incroyables animaux, se dressant sur plusieurs mètres, dominent majestueusement l’entrée du Jardin des Plantes. Ils nous invitent à vivre un voyage féerique et époustouflant de la Préhistoire à nos jours, en passant par le XVIIIe ou le XIXe siècles. Tels Alice pénétrant dans le Pays des Merveilles, entrez dans un jardin surprenant et sublime, afin d’admirer cet art visuel qui met à l’honneur de nombreuses espèces animales. Le contraste entre la noirceur du soir et l’éclat des animaux crée cette magie qui nous plonge hors du temps et nous fait oublier le monde alentour pour apprécier ces animaux fantastiques, sans passer par le cinéma. Le regard ne sait plus où se poser, nos sens émerveillés jouissent de cette symphonie de couleurs qui nous hypnotise.

Le voyage se poursuit ainsi à travers la Ménagerie, afin de la (re)découvrir comme nous ne l’avons jamais vue. Ses habitants prennent des corps de lumières et deviennent des œuvres d’art. Seule l’odeur qui vient nous picoter le nez, nous rappelle la présence d’animaux réels, invisibles la nuit. Ces animaux sublimés permettent de sensibiliser les visiteurs aux risques du changement climatique, alors que les plus jeunes seront les premiers touchés. Une belle fantaisie à s’offrir pour prolonger Noël.

S’émerveiller tel un enfant, pour ouvrir les yeux sur la réalité

À l’esthétique se mêle l’enseignement. Comme en littérature, en peinture ou au cinéma, une histoire est racontée pour mieux toucher le promeneur et faire comprendre à quel point il est important de freiner le réchauffement climatique. Des panneaux nous informent sur l’évolution des espèces représentées : la disparition d’animaux comme le couagga, le thylacine ou le bouquetin des Pyrénées, l’actuelle mise en péril des ours polaires, des tigres et des bisons ou encore l’arrivée des animaux de la Ménagerie. Nous découvrons les déboires du féroce Kako, l’hippopotame du Sénégal, ou la mélancolie de Hans et Parkies, deux éléphants à qui la joie était transmise par l’orchestre du Conservatoire. L’ours polaire allongé sur le bloc de glace, ne sera peut-être qu’un lointain souvenir pour nos enfants, comme les sont les dinosaures à nos yeux.

C’est un voyage instructif qui éveille les consciences en douceur, en montrant la beauté de ce que nous pouvons perdre au moment où la COP24, qui s’est déroulée en décembre en Pologne, a peiné à faire évoluer les choses. Cette conférence visait à renforcer la mise en application des accords de Paris de 2015 et faire le bilan des engagements de chaque pays afin de mesurer s’ils sont suffisants pour contenir la hausse de la température. Rappelons que celle-ci atteindra 3°C à la fin du siècle si nos comportements ne changent pas. Les appels au secours se multiplient, et aux marches pour le climat, s’ajoute l’art qui se déploie dans le Jardin des Plantes, chacun dénonçant le réchauffement climatique à sa façon.

Plus d’infos

  • Expo « Espèces en voie d’illumination » jusqu’au 15 janvier, de 18h-23h
  • Jardin des Plantes, 2 place Valhubert ou 2 rue Buffon, 75005 PARIS
  • Accès : Métro ligne 10 Gare d’Austerlitz
  • Tarifs : tarif réduit = 12€ / plein tarif = 15€

Hits: 94