Rencontre avec Joe Bel, une nouvelle rencontre envoûtante

Rencontre avec Joe Bel, une nouvelle rencontre envoûtante

Après sa révélation dans Tout pour être heureux, la jeune chanteuse Joe Bel nous délivre son superbe album Dreams le 26 octobre dernier dans un style soul, folk et épuré.

C’est avec le plus grand plaisir que nous avons pu en savoir un peu plus sur cette artiste pleine de talents :

En quelques mots comment te présenterais-tu ?

Je suis une musicienne autodidacte, auteur, compositeur et interprète de mes chansons, depuis très longtemps, mais ça ne fait que quelques années que je me suis lancée et que je partage réellement ma musique avec les autres !

Comment en es-tu venue à te lancer dans la musique ?

J’ai mis tellement de temps à oser sauter le pas, qu’un matin ça a été l’explosion, comme une révélation, c’était ça ou rien, j’ai su que je serais malheureuse si je ne suivais pas mon instinct.

Tu as commencé à te faire connaître du grand public avec ton rôle dans Tout pour être heureux de Cyril Gelblat, mais aussi et surtout pour avoir signé la bande originale du film. Peux-tu nous en dire un peu plus sur cette aventure, ce qu’elle t’a apportée ?

Le réalisateur Cyril Gelblat a découvert ma musique sur Youtube et m’a envoyé un mail, puis nous nous sommes rencontrés pour que je passe l’audition ! Ca a été une expérience très riche de tourner ce film. J’ai pu approfondir ma réflexion sur l’expression et son honnêteté, en observant et discutant avec les acteurs, voir que, comme sur scène en concert, jouer n’est pas faire semblant mais trouver des chemins pour accéder à des émotions réelles en soi… Ça m’a donné envie de recommencer !

Le 26 octobre dernier, tu as sorti ton premier album Dreams. Que représente-t-il pour toi ?

C’est beaucoup d’envie, de travail, de dépassement de soi pour réussir à sortir un disque. C’est un accomplissement qui fait du bien! Au delà de la sortie en elle-même, c’est un disque qui me ressemble vraiment, il aborde les thèmes de l’espoir, de la fascination, du désir de liberté… Dans Dreams, dans le rêve, il y a le fantasme, et aussi la « rêverie », l’absence, le flottement. Je parle de tout ça dans ce disque, et notamment dans la chanson du même nom, « Dreams ».

Comment s’est passé l’enregistrement, quelles ont été tes inspirations pour l’écriture de l’album ?

J’ai enregistré à Montréal avec le réalisateur Marcus Paquin. C’était inspirant d’être dans une ville que je ne connaissais pas, riche culturellement et si belle, en automne, avec ses couleurs et sa lumière. J’ai donc fini plusieurs textes sur place, inspirée par la ville et les gens, leur naturel et leur ouverture d’esprit. Je crois que ça a débloqué plusieurs choses en moi, et m’a permis d’aller au bout de certaines chansons que je n’arrivais pas à terminer.

Pourquoi avoir choisi l’anglais pour tes chansons ?

Ce n’est pas vraiment un choix, ça a toujours été le langage que j’utilise pour m’exprimer en musique. Je viens d’une famille à plusieurs nationalités, je suis inspirée par les cultures, les langues différentes. Mais il y a deux chansons en français dans l’album. Et ça va continuer !

La Joe Bel de Dreams a-t-elle changé depuis celle de l’EP Hit The Roads ?

Oui, elle est plus posée, a grandi, se connaît mieux et a moins peur !

Quand et où auront lieu tes prochains concerts ? Dans quelle salle rêverais-tu de jouer ?

Je vais jouer beaucoup en Belgique et au Canada cet hiver, puis revenir en France au printemps. L’Olympia a été un moment incroyable pour moi en première partie de Asaf Avidan, alors pourquoi pas en tête d’affiche un jour ? C’est une salle sublime !

D’autres projets en cours ?

Je réalise des vidéos et c’est quelque chose qui me passionne. J’ai envie de réaliser des clips pour d’autres artistes !

Crédit photo : La Ruche — Le Label

Hits: 35