Écrire, c’est peindre le monde avec des mots

Écrire, c’est peindre le monde avec des mots

Les nuées s’étirent dans l’azur, les touches du clavier font entendre leur étrange mélodie. De la combinaison des dalles numériques naissent des mots qui forment l’ossature d’une histoire.

S’ouvrent alors différentes formes, en fonction de l’âme des mains qui les parcourent, tel un conte qui vient égayer et surprendre les esprits enfantins, un essai poignant marquant des générations, ou encore un roman, une pièce de théâtre évoquant un amour impossible.

« Écrire, c’est lutter »

Écrire, c’est peindre le monde avec des mots. Chaque mot choisi, dans son intensité, constitue la nuance du contexte que l’on peint au travers de l’écriture.

L’écriture dessine de nouveaux horizons. L’écriture est une arme puissante voire un rempart face à la construction d’un monde esclave de puissances pernicieuses, fondé sur des dérégulations en tout genre qui transforment la planète en un train fou au bord du déraillement.

Quand les puissances de ce monde restent sourdes ou quand elles se rendent complices d’atrocités, la plume s’arme alors de son puissant verbe pour réveiller les consciences et soulever les peuples au-delà des frontières et traversant les siècles.

« Écrire c’est lutter » disait la féministe Violette Leduc.

Prendre la plume…

Prendre la plume, c’est s’exprimer face à un monde sous emprise. Prendre la plume pour publier mon premier essai La voix d’une jeune, pour lancer des pavés dans la mare, comme un cri de défense des droits des femmes, des réfugiés, contre le racisme, contre le harcèlement scolaire.

« Agir, c’est modifier la figure du monde »

Sartre

Je m’essaie en toute conscience, en retraçant dans cet ouvrage un certain nombre de mes engagements au travers de poèmes, d’articles et de nouvelles sur les thèmes de la lutte pour les libertés. C’est un cri de l’espérance positive pour le propre de l’existence de l’Homme, « être libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et qui renforce la liberté des autres. » (Nelson Mandela).

S’insurger…

Je m’insurge ainsi contre les violences faites aux femmes. Je m’insurge ainsi contre le racisme. Je m’insurge ainsi contre le harcèlement scolaire. Je m’insurge ainsi contre les violations des droits de l’Homme. Je m’insurge ainsi contre les injustices de ce monde et la procrastination dans ses résolutions que l’on m’impose… En m’engageant, je cultive ainsi un jardin, mon jardin, dans l’espoir sans faille de faire croître les fruits de l’espoir et de la paix. Prendre la plume c’est refuser l’inacceptable en m’engageant et luttant plus encore.

« Je dis aux jeunes : cherchez un peu, vous allez trouver. La pire des attitudes est l’indifférence, dire je n’y peux rien, je me débrouille. En vous comportant ainsi, vous perdez l’une des composantes essentielles qui fait l’humain. Une des composantes indispensables : la faculté d’indignation et l’engagement qui en est la conséquence. »

Stéphane Hessel.

Article rédigé par Victoria Bruné

Hits: 96