« Titans » — Quand DC Universe embrasse son côté obscur

« Titans » — Quand DC Universe embrasse son côté obscur

Est-ce que Titans est une bonne série ? Difficile de répondre à cette question… La série est un ovni dans tout ce qui se fait dans le genre super-héroïque et télévisé. Il y a de l’action, de la noirceur, un scénario assez atypique et surtout une panoplie de personnages, tout droit importés de la planète Comics.

Titans, c’est l’argument marketing de la plateforme DC Universe pour inciter les Américains à s’y abonner. Alors tranchons, est-ce que Titans vaut (littéralement) le coût ?

Titans, c’est sombre et tant mieux !

Côté réalisation et mise en scène : DC a enfin pu lâcher la bride. Moins kitsch, plus mature, c’est définitivement la direction prise par la série qui s’éloigne de ce qui a été fait avec les séries diffusées sur la CW (Arrow et The Flash) ou les récentes productions Warner au cinéma (Justice League et Aquaman). Dans le genre, on pourrait faire le parallèle avec l’univers très noir du Batman v Superman de Zack Snyder.

Alors oui, il y a du sang, des gros mots et encore du sang. Et tant mieux ! Le marketing s’en est même servi pour troller Deadpool. Nos héros, les Titans, sont des personnages torturés par le monde dans lequel ils vivent. C’est cette même obscurité qui les fait grandir et devenir les héros qu’ils aspirent à être. Un grand coup de frais pour les fans DC qui rêvaient de voir cette équipe incarnée sur petit écran. Mais cette série pose une autre question…

Peut-on avoir trop de bonnes choses ?

Avec Titans, on serait tenté de répondre « Oui ». Dans ce live-action, DC a adapté tout son catalogue : Robin donc mais aussi Raven, Starfire, Beast Boy, Wonder Girl et même Batman, qui fait une apparition ! On est dans un univers foisonnant qui fera fantasmer les aficionados… mais attention à l’overdose ! Déjà parce que cette ribambelle de personnages va donner la nausée au public non-initié ; et puis, il faut bien l’avouer, cette première saison se perd parfois en exposition.

Que l’histoire soit lente, ce n’est pas bien gênant. Ce qui l’est un peu plus c’est que la trame ne se concentre pas sur une équipe mais bien sur des personnages de façon individuelle. Certains sont même complètement mis de côté comme Beast Boy, supposé être un des personnages principaux et introduit comme un cheveu sur la soupe. Cela se ressent d’autant plus dans le final, dénué de tout climax. On se contentera d’un cliffhanger (une fin à suspense) pour conclure de façon bancale la première saison.

Un pari réussi

Le final ne fait pas tout. On ne s’ennuie pas devant Titans, le rythme reste soutenu grâce à l’ambiance et la mise en scène. La musique rock est excellente notamment le générique. Il y a quelques jolies trouvailles dans certains plans qui mettent particulièrement en valeur les paysages de l’Illinois (où se déroule l’essentiel de l’intrigue) et les scènes de combat (notamment celles de Robin). S’ajoute à cela le fait que tous les épisodes s’enchaînent bien (à l’exception peut-être du sixième qui sent un peu le filler).

De plus la série est bien écrite, les dialogues sont solides et les acteurs plus que corrects. Si seulement il y avait eu un dénouement ! Originellement, douze épisodes ont été tournés. Mais la décision (marketing évidemment) a été prise de couper la saison à la fin de l’épisode onze et nous laisser sur notre faim. Alors oui, il y a un goût d’inachevé, une déception mais c’est justement parce qu’en substance, Titans nous entraîne vers quelque chose. En un sens, le pari est réussi car on attend impatiemment la saison suivante, un bon point pour les Titans donc !

Crédit photo : Netflix

Hits: 39