Monaco, c’est grave docteur ?

Monaco, c’est grave docteur ?

L’AS Monaco, club mythique du championnat de France vit une saison 2018-2019 plus que difficile. Actuellement barragiste, il est plus qu’urgent pour l’ancien-nouveau coach Leonardo Jardim de remettre le club sur les bons rails. Si rien ne change, le richissime Dmitri Rybolovlev verra son équipe être reléguée en Ligue 2.

Qu’elles semblent loin les grandes heures de Monaco sur la scène française et européenne. Une saison au bilan comptable catastrophique, qui semble être la suite logique d’une politique sportive trop risquée et d’une mauvaise gestion de l’équipe par la direction.

UNE SAISON CATASTROPHIQUE

Monaco est 18e au classement. Le dauphin du Paris Saint-Germain de la saison passée est dans une position très défavorable pour son maintien. La deuxième pire défense de Ligue 1 peine à retrouver le niveau européen qui était le sien ces dernières années. Avec seulement 4 victoires en 23 journées, les Monégasques se dirigent dramatiquement en Ligue 2 et cela malgré des prestations convaincantes comme à Marseille au début du mois de janvier.

L’équipe n’arrive pas à trouver la solution à une descente en enfer qui ne semble jamais s’arrêter. Le fond de jeu n’y est pas, et ce n’est pas le public, absent, du Stade Louis-II qui risque d’inverser la tendance. L’ASM n’a pas non plus été épargné par les blessures qui se sont multipliées tout au long de la saison. L’infirmerie accueille aujourd’hui douze joueurs et pas des moindres avec Nacer Chadli, ou l’attaquant Stevan Jovetic.

Il reste peut-être un espoir pour encore sauver leur saison. Malgré la 18e place totalement indigne d’un club comme celui-là, tout n’est pas perdu. Le club de la principauté aura le privilège de disputer à domicile les confrontations directes, notamment face à Caen et Amiens.

UNE POLITIQUE SPORTIVE QUI PIÉTINE

Il semble que la politique sportive de la direction accuse pour la première fois le coup. Le mercato estival aura laissé des traces cette année. La perte de cadres importants comme Thomas Lemar, Fabinho ou Moutinho a été mal gérée cet été. L’argent récupéré par ses ventes a permis de recruter une trentaine de jeunes joueurs à fort potentiel. Cette politique de vendre ses meilleurs éléments en faisant une énorme plus-value et d’acheter de jeunes joueurs dans l’espoir qu’ils prennent de la valeur avait bien fonctionné ces dernières années. L’ASM s’était toujours maintenu dans la tête du classement grâce à l’immense travail de son entraîneur Leonardo Jardim.

Mais cette année, cela semble plus difficile. Les cadres n’ont pas été remplacés, l’effectif est alors un des plus jeunes de Ligue 1. De plus, les joueurs sont très inexpérimentés, la plupart commencent à peine leurs carrières professionnelles. Quand les mauvais résultats s’enchaînent, ils n’ont pas tous l’expérience et la maturité pour redresser la barre. L’équipe manque de stabilité, ce qui est une condition obligatoire pour réussir à long terme dans le monde du football de haut niveau. Cette politique très risquée a atteint sa limite.

Mais là, encore une fois, le sort de l’AS Monaco n’est pas définitif. Le club a le troisième plus gros budget de France grâce à l’immense fortune de son actionnaire majoritaire Dmitri Rybolovlev, ce qui lui a permis durant le mercato hivernal de compléter son effectif avec des joueurs d’expérience de très grande renommée comme Fàbregas, ou Naldo, des joueurs habitués à la Ligue 1 comme Vainqueur et Ballo-Touré, ainsi que d’autres jeunes joueurs talentueux comme Gelson Martins. C’est un atout non négligeable qui peut permettre à Monaco de devancer ses concurrents et de se maintenir.

LA FAUTE DE L’ENTRAÎNEUR

C’est là aussi une grande erreur de la direction qui avait décidé de limoger son entraîneur Leonardo Jardim à la mi-saison. Certainement pour créer un électrochoc dans l’équipe et inverser la spirale négative de mauvais résultats. La situation n’a alors pas changé avec Thierry Henry, qui entamait là sa première expérience en tant qu’entraîneur principal. L’ancien Champion du monde 98 n’a jamais su imposer son style et son équipe a continué à enchaîner les défaites. Le club a alors décidé de rappeler son ancien coach.

Leonardo Jardim a été injustement viré. Malgré la saison compliquée qu’il menait, tout n’est pas à mettre sur son dos. Il a été le principal concurrent du PSG en France, et a même réussi à ramener le titre de Champion de France durant la saison 2016/2017. Au niveau européen, comment ne pas se souvenir de l’épopée de la même année où il arrive jusqu’en demi-finale de Ligue des champions, perdue face à la grande Juventus de Turin après avoir éliminé Manchester City, et le Borussia Dortmund. Avec un effectif qui change chaque saison, le technicien portugais a toujours su maintenir son équipe au plus haut niveau, mais difficile pour lui d’avoir une vision à long terme. Malheureusement dans le football, on se concentre davantage sur le présent et on oublie souvent la réussite passée.

Il reste encore quelques mois pour Jardim et ses joueurs pour maintenir le club et repartir de zéro la saison prochaine. Le dernier pari de la direction en ramenant Jardim sur le banc de l’AS Monaco portera-t-il ses fruits ? En attendant le dénouement de la saison… Oui ça devient grave.

Crédit photo : AFP

Hits: 44