29e édition des Murs Ouverts au Lavo//Matik : zoom sur le duo Ensemble Réel

29e édition des Murs Ouverts au Lavo//Matik : zoom sur le duo Ensemble Réel

Pendant tout le mois de décembre 2018, les Murs Ouverts ont réuni, pour la 29e fois, jusqu’à 85 artistes aux styles et techniques divers, dont Ensemble Réel et son œuvre « Obsession enivrante ».

Le Lavo//Matik, cette galerie-librairie consacrée au street art, propose régulièrement de nombreuses expositions, avec en ce moment l’exposition « Instants » d’Inti Ansa. En attendant la prochaine édition des Murs Ouverts, du 9 au 23 février, rencontrons le duo Ensemble Réel.

Exposer au Lavo//Matik, un rêve pour Ensemble Réel

Le duo avait déjà tenté sa chance plus tôt, sans succès. Pourtant, cette fois-ci, c’est le gérant du Lavo//Matik qui a contacté les deux peintres, après avoir aperçu un de leur pochoir collé non loin de sa galerie. Depuis septembre dernier, les deux frères ont adopté une nouvelle technique, afin de partager leur art : décliner les visages de leurs toiles en différents coloris, en le pochant sur des fibres de verre, qu’ils collent dans les rues.

Vous pouvez tomber nez à nez avec une de leurs œuvres en vous promenant dans Paris, notamment dans le XIII° arrondissement. Le hashtag #ensemblereel rassemble les posts de personnes qui trouvent ces pochoirs et les partagent sur Instagram. Ainsi, Obsession enivrantea pris place parmi les autres toiles du Lavo//Matik pour cette exposition. Cette toile représente deux visages, masculin et féminin, unis, aux expressions marquées qui témoignent de la difficulté d’oublier une personne qu’on a aimée.

Une osmose fraternelle au service de la création artistique

Une même passion réunit les deux frères : la peinture. Créer à deux ? On s’imagine des conflits, de nombreux désaccords, surtout entre frères. Pas pour eux. Peindre en duo stimule leur créativité, grâce à l’échange qui s’établit. Le travail artistique de chacun nourrit celui de l’autre. Leur manière de créer, ils la comparent à l’exercice du cadavre exquis. Leur œuvre ne leur appartient qu’à moitié : « On a chacun notre individualité dans nos toiles. » confient-ils. En effet, pour comprendre toute la profondeur de leur message, il faut prendre en compte leurs deux touches artistiques. Ainsi, la toile semble parfois leur échapper, lorsqu’elle évolue vers une autre dimension que celle qu’ils avaient envisagé dans leur croquis. Leur osmose s’est construite sur une confiance mutuelle, mais aussi la possibilité de rattraper le coup, en cas de raté.

Ils peignent toujours dans un sentiment de bien-être, souvent accompagné de musique et improvisent même parfois une petite danse entre deux coups de pinceaux : « le mythe de l’artiste traumatisé chez nous ne marche pas ». C’est au retour d’un voyage au Vietnam qu’ils réalisent leur première exposition commune intitulée « Ce monde manque de love » à Courcouronnes.

L’impact du regard, la primauté de l’expression

Actuellement, les visages empreints de mélancolie et de tristesse, aux regards expressifs et plein d’émotion inspirent les deux artistes. « Moi, le regard c’est une des choses que j’aime vraiment travailler parce que tu as toute l’émotion. Tu ne peux pas mentir avec le regard. Tu peux sourire et tout, mais si le regard ne sourit pas, tu le vois tout de suite. On dit souvent que c’est le reflet de l’âme et je trouve que c’est vrai. » confie Ensemble Réel.

Selon eux, ce sont les hommes qui se prêtent le mieux à cet exercice avec leurs « gueules cassées », plus bruts que le visage lisse et apprêté des femmes. Leurs œuvres mettent en avant notre génération, qui vit ce que les anciennes n’ont pas vécu, qui subit les diktats des tendances. Intéressé par l’égalité homme-femme, Ensemble Réel est également très féministe. Bien que le duo avoue, à présent, faire primer l’esthétique face au message, qui était plus flagrant dans leurs anciennes peintures.

Un style bien à eux, en constante évolution

Leur style mixe la technique du pochoir et l’acrylique, mais Ensemble Réel utilise également les encres et les pastels pour enrichir ses toiles. Ils réalisent un vrai travail de composition qui se construit au fur et à mesure de leur création. Ils débutent leurs tableaux par un croquis qu’ils travaillent ensuite sur Photoshopavant de se lancer dans la peinture sur la toile. Les œuvres sont donc mûrement réfléchies.

Pour le pochoir, tout part d’une photographie, qu’ils postérisent ou non sur Photoshoppour limiter le nombre de couches de couleurs, afin d’obtenir les formes de leurs pochoirs. Ces techniques, ils les acquièrent seuls. Autodidactes, initiés aux arts par leur père, ils prennent plaisir à tester eux-même et faire des expériences pour découvrir des techniques qu’ils ne connaissent pas. Observer le travail des grands maîtres du street art, leur manière de créer, leur permet également de perfectionner leur propre style et d’affiner leur technique.

Et maintenant qu’ils sont lancés, retrouvez une nouvelle fois Ensemble Réel au Lavo//Matik, pour la 30è édition des Murs Ouverts, où ils exposeront leur toute nouvelle toile :  La force de ma nature.

Infos pratiques :

  • 12h-19h du mardi au samedi
  • Lavo//Matik, 20 Boulevard Général Jean Simon, 75013 PARIS
  • Accès : Métro Bibliothèque François Mitterrand ligne 14 + RER C

Hits: 363