Elections en Algérie, usage excessif de la force sur les Gilets Jaunes, Affaire Barbarin, … la semaine en bref du 04 au 10 mars

Elections en Algérie, usage excessif de la force sur les Gilets Jaunes, Affaire Barbarin, … la semaine en bref du 04 au 10 mars

Vous n’avez pas suivi les informations ? Voici les principaux points à retenir en cette semaine du 4 mars. 

Algérie Abdelaziz Bouteflika confirme sa candidature à la présidentielle algérienne.Malgré les manifestations, Abdelaziz Bouteflika a confirmé sa candidature à la présidentielle du 18 avril. Toutefois, il s’est engagé à ne pas aller au bout de son mandat, s’il était relu, et à se retirer à l’issue d’une élection présidentielle anticipée. Cette déclaration n’a pas suffi à taire la colère des dizaines de milliers d’Algériens qui réclament son départ. À l’âge de 81 ans, le chef de l’État est diminué par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime en 2013. Il est hospitalisé en Suisse depuis février, et son retour n’a pas été encore annoncé. 

Affaire Goshn Carlos Goshn libéré sous caution. Huit millions d’euros, soit un milliard de yens, c’est la somme demandée par la justice japonaise pour que Carlos Goshn puisse sortir de prison après plus de 100 jours de détention. Les procureurs qui enquêtent sur l’affaire n’ont pas réuni assez de preuves pour accuser l’ancien PDG du groupe Renault-Nissan dans d’autres affaires, liées à l’obtention d’appartements de luxe. Il est interdit de quitter le territoire et demander une autorisation pour des déplacements. 

ONU/ Gilets Jaunes :Le haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a réclamé à la France « une enquête approfondie » sur les violences policières qui se sont produites lors des manifestations des gilets jaunes depuis la mi-novembre. Ce discours fait suite à un communiqué publié par un groupe d’experts du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 14 février qui estimait déjà que « le droit de manifester en France a été restreint de manière disproportionné ».

Affaire Barbarin : Pris dans la tourmente depuis la révélation de l’affaire Preynat, en 2016 parLa Parole Libérée, le tribunal de Lyon a reconnu coupable le cardinal Philippe Barbarin de non-dénonciation d’agressions pédophiles sur mineur. La justice l’a condamné de 6 mois de prison avec sursis. Quelques heures plus tard, dans une courte allocution aux médias, le prélat a annoncé sa volontéde proposer sa démission au pape dans les prochains jours. 

Emmanuel Macron publie une tribune européenne : A moins de trois mois des élections européennes, Emmanuel Macron a publié une tribune, diffusée auprès de quotidiens européens, dans lequel il dresse une liste de mesures visant à réformer l’Union Européenne.  Le texte, intitulé « Pour une renaissance européenne », est articulé autour de trois thèmes (liberté, protection et progrès). Dans un contexte troublé par le Brexit et « le repli nationaliste »« il y a urgence », car « jamais l’Europe n’a été autant en danger », plaide le chef de l’état. Parmi les propositions faites : la création d’une banque pour le climat, d’une agence de protection des démocraties ou encore la mise en place d’un salaire minimum. Il souhaite également instaurer une « préférence européenne », et appelle à « sanctionner ou interdire en Europe les entreprises qui portent atteinte à nos intérêts stratégiques et nos valeurs essentielles ».

AlgérieAbdelaziz Bouteflika confirme sa candidature à la présidentielle algérienne.Malgré les manifestations, Abdelaziz Bouteflika a confirmé sa candidature à la présidentielle du 18 avril. Toutefois, il s’est engagé à ne pas aller au bout de son mandat, s’il était relu, et à se retirer à l’issue d’une élection présidentielle anticipée. Cette déclaration n’a pas suffi à taire la colère des dizaines de milliers d’algériens qui réclament son départ. À l’âge de 81 ans, le chef de l’Etat est diminué par les séquelles d’un accident vasculaire cérébral (AVC) dont il a été victime en 2013. Il est hospitalisé en Suisse depuis février, et son retour n’a pas été encore annoncé. 

Affaire GoshCarlos Goshn libéré sous caution. Huit millions d’euros, soit un milliard de yens, c’est la somme demandée par la justice japonaise pour que Carlos Goshn puisse sortir de prison après plus de 100 jours de détention. Les procureurs qui enquêtent sur l’affaire n’ont pas réuni assez de preuves pour accuser l’ancien PDG du groupe Renault-Nissan dans d’autres affaires, liées à l’obtention d’appartements de luxe. Il est interdit de quitter le territoire et demander une autorisation pour des déplacements. 

ONU/ Gilets Jaunes:Le haut commissaire aux droits de l’homme de l’ONU a réclamé à la France « une enquête approfondie »sur les violences policières qui se sont produites lors des manifestations des gilets jaunes depuis la mi-novembre. Ce discours fait suite à un communiqué publié par un groupe d’experts du Conseil des droits de l’homme de l’ONU le 14 février qui estimait déjà que « le droit de manifester en France a été restreint de manière disproportionné ».

Affaire Barbarin: Pris dans la tourmente depuis la révélation de l’affaire Preynat, en 2016 parLa Parole Libérée, le tribunal de Lyon a reconnu coupable le cardinal Philippe Barbarin de non-dénonciation d’agressions pédophiles sur mineur. La justice l’a condamné de 6 mois de prison avec sursis. Quelques heures plus tard, dans une courte allocution aux médias, le prélat a annoncé sa volonté de proposer sa démission au pape dans les prochains jours. 

Emmanuel Macron publie une tribune européenne: A moins de trois mois des élections européennes, Emmanuel Macron a publié une tribune, diffusée auprès de quotidiens européens, dans lequel il dresse une liste de mesures visant à réformer l’Union Européenne.  Le texte, intitulé « Pour une renaissance européenne », est articulé autour de trois thèmes (liberté, protection et progrès). Dans un contexte troublé par le Brexit et « le repli nationaliste »« il y a urgence », car « jamais l’Europe n’a été autant en danger », plaide le chef de l’état. Parmi les propositions faites : la création d’une banque pour le climat, d’une agence de protection des démocraties ou encore la mise en place d’un salaire minimum. Il souhaite également instaurer une « préférence européenne », et appelle à « sanctionner ou interdire en Europe les entreprises qui portent atteinte à nos intérêts stratégiques et nos valeurs essentielles ».

Hits: 0