Joana Vasconcelos, une artiste portugaise subversive à Paris

Joana Vasconcelos, une artiste portugaise subversive à Paris

L’artiste portugaise Joana Vasconcelos présente ses œuvres surprenantes dans la capitale française. Portrait de l’artiste, accompagné d’un retour sur ses dernières œuvres exposées : le cœur Porte de Clignancourt, et « Simone la Valkyrie » au Bon Marché.

Une artiste féministe

Joana Vasconcelos, souvent parée de coiffures originales, est née à Paris en 1971 mais travaille au Portugal, à Oeiras, dans l’ouest de Lisbonne. En 2012, son œuvre au Château de Versailles, intitulée « A Bride », avait fait verser beaucoup d’encre. Une œuvre subversive qui casse les codes et questionne la féminité, en représentant un immense lustre fait de tampons hygiéniques. Quel était le message d’une telle œuvre dans un haut lieu du pouvoir ? Questionner l’opulence à la cour, dans un espace domestique ; « l’intime dans le mondain », dit-elle dans son entretien, que l’on peut retrouver sur son site.

Joana Vasconcelos, A Noiva [A Bride], 2001-2005, tampons OB, acier inoxydable, fil de cotton, cable en acier, 600 x Ø 300 cm, Courtesy Unidade Infinita Projectos Ajuda National Palace, Lisbonne, © Photo : Luís Vasconcelos, © ADAGP, Paris

Une artiste reconnue internationalement

L’artiste jouit d’une vraie notoriété. Elle expose depuis 1990 mais elle a surtout été connue à partir de son exposition à la Biennale de Venise en 2005. Depuis, elle est régulièrement invitée à exposer dans de grandes institutions, à l’instar du Château de Versailles (2012), du Palais Grassi (2011) et du Museu Coleçao Berardo à Lisbonne (2010). Elle a également gagné de nombreux prix récompensant son travail.

Simone la Valkyrie

Aujourd’hui elle expose au Bon Marché, grâce à une installation intitulée « Simone la Valkyrie ». « Simone », en référence à deux figures inspirantes selon elles : Simone Veil et Simone de Beauvoir, bien que cette œuvre aux dimensions impressionnantes soit une ode à toutes les femmes. Les Valkyries sont des guerrières vierges nordiques qui emprisonnent les hommes, sous les ordres d’Odin, maître des Dieux. Cette installation composée de pendants de rideaux, de tissus blancs et de lumières bleutées semble évoquer des courbes sensuelles et féminines. Les bras de cette Valkyrie « Branco Luz » (« blanc lumière », pour le mois du blanc) traverse les escalators style art-déco du Bon Marché, dans un mélange éclectique et délectable. Son installation a même été prolongée jusqu’au 24 mars. Courrez-y vite !

Son cœur à Clignancourt

Joana Vasconcelos expose également en extérieur, pour une plus longue durée cette fois, dans le XVIIIe arrondissement. A la sortie du métro Porte de Clignancourt, les passants peuvent apercevoir un énorme cœur surprenant, là encore aux dimensions étonnantes. Rouge, brillant, 9 mètres de haut, illuminé la nuit par un système LED et inauguré le 14 février, pour la Saint Valentin. Dans quel objectif son art urbain s’inscrit-il ? Peut-être rassembler autour de valeurs communes : ici, l’amour. Cette œuvre a été sélectionné par les membres du centre social de la Maison Bleue, groupe de résidents du quartier. Bien que le prix de l’œuvre, s’élevant à 650 000 euros, ait fait débat. Malgré tout, l’œuvre de Joana Vasconcelos égaie les passants sur leur chemin.

Infos pratiques

  • Expo « Branco Luz » de Joana Vasconcelos au Bon Marché (10h-20h)
    • Le Bon Marché, 24 rue de Sèvres, 75007 PARIS
    • Accès : Métro Sèvres-Babylone lignes 10 & 12
  • Le « Cœur de Paris »
    • Accès : Métro Porte de Clignancourt ligne 4

Article rédigé par Jeanne Aulanier

Hits: 0