La malédiction du PSG

La malédiction du PSG

Le 6 mars 2019, à domicile, le Paris Saint-Germain s’incline sur le score de 3 buts à 1 face à Manchester United et est éliminé de la prestigieuse Ligue des Champions. Pour la troisième année consécutive, le club de la capitale ne dépasse pas les quarts de finale.

Une désillusion d’autant plus difficile à encaisser pour les supporters parisiens que la qualification semblait acquise après le match aller. C’est un nouveau revers dans un match à très gros enjeu qui met fin, au moins pour un temps, au rêve d’Europe pour le PSG. Les rouges-et-bleus ont vécu de terribles déconvenues depuis que le club est retourné en Ligue des Champions durant la saison 2012-2013. Des défaites pas anodines pour celui qui se prétend comme futur vainqueur de la compétition la plus prestigieuse d’Europe. Plusieurs explications sont avancées pour expliquer la malédiction parisienne. Mais il faut aussi regarder vers l’avant pour le PSG, qui doit inverser la spirale négative et passer un cap sur la scène européenne.

Un parcours plein de désillusion

En Coupe d’Europe, l’ère Qatar Sport Investmentsn’est pas une grande réussite pour le PSG. Les débuts étaient pourtant prometteurs avec une élimination en quart de finale, à la différence de buts à l’extérieur, face au FC Barcelone pour leur première participation depuis l’arrivée des nouveaux investisseurs qataris. Une défaite sans perdre un match donc qui prévoyait un destin plus heureux pour Paris. Mais l’année suivante, c’est un tout autre scénario qui vient anéantir les ambitions parisiennes de demi-finale. Malgré une victoire 3 à 1 au match aller, le PSG s’incline 2-0 au match retour face à Chelsea à cause d’un but cruel de Demba Ba à la 87eminute. Encore éliminé à la différence de buts à l’extérieur, Zlatan Ibrahimovic, absent dans le second match, et ses partenaires se devaient de corriger le tir durant leurs campagnes européennes suivantes.

Cependant, les échecs vont s’enchaîner. Le FC Barcelone en 2015 puis Manchester City en 2016 mettront un terme à leur épopée en quart de finale.

Une malédiction parisienne

Après quatre éliminations consécutives au même stade de la compétition, le PSG semblait se trouver au cœur d’une malédiction et avait à cœur de renverser la tendance. La désillusion sera encore plus terrible et marquera à jamais l’histoire de ce sport.

Le 8 Mars 2017, à la 95eminute, Sergi Roberto surgit dans la surface et offre le but de la qualification au FC Barcelone. Le club catalan, encore lui, remporte ce 8ede finale de Ligue des Champions sur le score historique de 6 buts à 1 après s’être incliné 4 – 0 au match aller. Ce match que l’on surnomme désormais la « Remontada » hante encore aujourd’hui l’esprit de tous les supporters parisiens. La défaite est d’autant plus traumatisante que le PSG avait avant le match retour 100% de chances de se qualifier. Aucune équipe n’avait été éliminée après avoir gagné 4-0 au match aller. Paris est alors au fond du trou, traumatisé, mais le club de la capitale va nous montrer qu’on peut encore creuser plus profond.

En 2018, une élimination en 8ede finale face au Real Madrid sur le score cumulé de 5 à 2, clôture une terne campagne européenne. Mais c’est en cette année 2019 que les vieux démons ressurgissent. Une victoire 2-0 à Old Trafford offrait 97% de chances de qualification au PSG. Malgré cela, Manchester United, avec une équipe très remaniée, remporte le match retour au Parc des Princes 3 buts à 1 et se qualifie pour les quarts de finale. Après la Remontada, c’est le Come Backdes Mancuniens. L’humiliation ultime pour les supporters parisiens qui deviennent la risée de toute l’Europe.

La faute à qui ?

Mais comment expliquer ces échecs répétitifs du Paris-Saint-Germain en Ligue des Champions ? La réponse qui revient régulièrement est celle du manque d’envie, de rage de vaincre des coéquipiers de Thiago Silva. Le capitaine brésilien est souvent au centre des critiques pour son manque de leadership et de grintaqui pénaliseraient toute son équipe dans les grands rendez-vous. Ce sentiment d’infériorité face à l’adversaire s’est d’ailleurs vérifié lors des deux Remontada, où il manquait un véritable meneur d’hommes capable de faire front quand l’équipe était au plus mal. Dorénavant, le PSG abordera ses soirs de grands matchs avec cette peur de l’échec.

Un autre argument est souvent mis en avant pour justifier en partie certaines défaites. Il s’agit de l’arbitrage. Bien que considéré comme « l’excuse des perdants », il faut tout de même faire preuve de lucidité. Le PSG a été victime d’un scandale arbitral face au FC Barcelone en 2017 lors de la Remontada. Sans compter quelques décisions contestables face au Real Madrid en 2018, ou encore Manchester United en 2019. Malgré cela, désigner l’arbitre comme responsable de tous les maux du PSG en Ligue des Champions est purement de la mauvaise foi. Même avec cela, le club parisien n’aurait jamais dû se retrouver dans ces situations à contester l’arbitrage pour remporter un match. Le résultat aurait dû être assuré bien avant.

Accumulation de petits obstacles

Le groupe parisien n’a pas non échappé aux blessures ou aux suspensions. Neymar a manqué les deux matchs décisifs en 8ede finale depuis son arrivée au PSG en 2017. Zlatan Ibrahimovic se blesse lui aussi pour le match retour face à Chelsea en 2014. Des joueurs cadres qui ont manqué au club de la capitale pour remporter leurs doubles-confrontations. De plus, certains supporters évoquent un tirage au sort truqué, où le PSG serait lésé. Se comparant aux autres « top-clubs », ils avancent que leur parcours est plus difficile pour accéder à la finale. Cet argument n’a aucun sens. Pour parvenir à soulever la coupe, il faudra que le PSG soit en mesure de battre n’importe quelle équipe. Cela participe à ce sentiment d’infériorité qui entoure ce club.

Comment s’en sortir ?

Il faut désormais corrompre le mauvais sort pour l’équipe de Thomas Tuchel. Antero Henrique et lui doivent se pencher dès maintenant sur le mercato d’été qui s’annonce spectaculaire en Europe. Après les achats de stars comme Mbappé et Neymar, il est peut-être temps pour le club de tourner sa politique de recrutement vers des joueurs moins huppés mais qui apporteront ce qui manque à l’équipe pour franchir un palier. Il n’est pas nécessaire d’empiler les talents individuels. Il faut aussi de la cohésion d’équipe et des joueurs avec du caractère capables de tout donner sur le terrain pour l’écusson même si c’est au détriment de la qualité technique. C’est actuellement le point faible du PSG. Il y a un déficit psychologique flagrant entre ces joueurs et leurs adversaires avant le match décisif.

Qu’on se le dise aussi, à force de perdre année après année, la roue va bien finir par tourner dans le bon sens. Le rêve de soulever la « coupe aux grandes oreilles » ne touche donc pas encore à sa fin. C’est en tout cas ce qu’espèrent les supporters parisiens.

Hits: 17