Paris 2024, les sports retenus : entre innovation et déception

Paris 2024, les sports retenus : entre innovation et déception

Le 21 février dernier, le Comité d’organisation des Jeux Olympiques (Cojo) a présenté la liste des sports invités pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024. Un choix tourné vers la jeunesse et pas forcément novateur qui n’a pas fait l’unanimité.

Breakdance, skateboard, escalade et surf. Voici les quatre nouveaux sports qui devraient intégrer les Jeux Olympiques 2024. Le 27 mars, Tony Estanguet a défendu cette proposition devant le Comité International Olympique. La Commission exécutive s’est déclarée favorable à l’apparition de ces disciplines lors de l’édition parisienne. Leur validation définitive devrait avoir lieu fin 2020, après les Jeux de Tokyo. Pour Thomas Bach, président du CIO, elles « contribuent à favoriser la mixité ; ce sont des sports utiles, urbains et qui offrent la possibilité de se relier à la jeunesse ».

L’escalade, le skateboard et le surf seront déjà au programme des Jeux Olympiques de Tokyo. Le base-ball et le softball, l’escalade, le surf, le skate et le karaté ont en effet été invités pour l’édition de 2020. Le breakdance a lui été présenté aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en Octobre 2018 à Buenos Aires.

Le breakdance, seule vraie nouvelle discipline

Le choix de reprendre trois sports déjà présents lors de l’édition de Tokyo n’a pas fait l’unanimité. « On peut se poser la question de savoir si des sports déjà présents dans le programme olympique n’ont pas été favorisés par Paris 2024 et le CIO, ne laissant pratiquement pas d’opportunité pour d’autres sports », a déclaré la fédération internationale de squash dans un communiqué.

Le choix du breakdance reçoit également un certain nombre de critiques, préféré à des sports qui pensaient avoir leur chance pour leur pratique en France. Ainsi, la pétanque ou le ski nautique devront passer leur tour. De plus, le breakdance, sorte de hip-hop, apparait pour certains plus comme un art que comme un sport à part entière. Mais Jean-Philippe Gatien, directeur des sports de Paris 2024, défend cette proposition : « C’est un choix logique et évident ». L’épreuve constituera une battle en un-contre-un. Reste à connaître les règles qui départageront les adversaires dans une discipline si subjective.

Des recours tentés par d’autres sports

Mais ces nouveaux sports ne font pas que des heureux. En effet, le karaté, pour la première fois invité à Tokyo, se voit évincé de Paris 2024 sans avoir eu le temps de faire ses preuves. Grande déception pour les adeptes et les athlètes de la discipline qui regroupe 110 millions de pratiquants à travers le monde, de la France au Japon. Les athlètes français, pourtant présents lors des journées organisées à paris avaient pourtant reçu une salve d’applaudissements pour leurs démonstrations.

Francis Didier, président de la Fédération française de karaté, Antonio Espinos, le président la Fédération internationale (WKF) et son secrétaire général, Toshi Nagura, ont été reçus par Paris 2024 pour plaider leur cause. Mais le directeur des sports du CIO, Kit McConnell, a indiqué que « une fois que le Cojo a transmis sa proposition de sports additionnels, elle est définitive ». Le karaté fera donc une apparition en 2020 avant de se retirer.

Des disciplines qui vont et viennent

D’autres sports ont subi le même sort, comme le base-ball qui fera son entrée en 2020 mais qui ne sera pas présent à Paris. Il devrait cependant réintégrer la liste des sports pour l’édition 2028 qui aura lieu à Los-Angeles, dans un pays où ce sport est pratiqué par une grande partie de la population. Le squash n’a lui non plus pas caché sa déception de ne pas figurer dans la liste alors qu’il tente sa chance depuis de nombreuses années. Ce sport pourtant populaire à travers le monde entier pratiqué dans 190 pays et né à peu près en même temps que le tennis. Alors même qu’il avait eu le droit, comme le breakdance, à une démonstration aux Jeux Olympiques de la Jeunesse en octobre dernier, il ne figure pas sur la liste des sports retenus. Encore une fois, la discipline se voit mise de côté.

Hits: 166